La trêve hivernale prolongée de deux mois

Les places hivernales d’hébergement d’urgence sont maintenues et les expulsions locatives reportées.

Le Président de la République a, ce jeudi, annoncé le report de 2 mois de la trêve hivernale, du fait de la crise du Coronavirus. La trêve hivernale est ainsi prolongée jusqu’au 31 mai 2020. « Cette épreuve exige aussi une mobilisation sociale envers les plus démunis, les plus fragiles. La trêvehivernale sera reportée de deux mois, et je demande au Gouvernement des mesures exceptionnelles,dans ce contexte, pour les plus fragiles », a affirmé Emmanuel Macron.

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, se rendra ce matin au siège la Croix Rouge Française, où se situe la cellule de gestion de crise de l’organisation, pour échanger notamment avec les directeurs territoriaux et les équipes.

14.000 places ouvertes

Il a préalablement, dans un communiqué, détaillé les mesures exceptionnelles mises en place pour anticiper la gestion de la propagation du coronavirus dans le secteur de l’hébergement. Pour le ministre, l’enjeu est d’éviter toute remise à la rue de personnes dans le contexte sanitaire actuel. « Le principe de solidarité nationale envers les personnes les plus démunies est ainsi placé au cœur du dispositif de l’Etat pour répondre à l’épidémie », indique le ministère.

Julien Denormandie transmettra aux préfets « une instruction leur demandant de surseoir à tout concours de la force publique pour la mise en œuvre d’expulsions locatives si une solution de relogement pérenne n’a pas été trouvée en amont ».

Côté hébergement d’urgence, les 14.000 places ouvertes pour la période hivernale sont maintenues deux mois supplémentaires afin d’éviter toute remise à la rue de personnes hébergées. « Par ailleurs, au-delà du 31 mai, jusqu’à 7.000 de ces places ouvertes initialement pour l’hiver seront transformées en places pérennes ouvertes tout au long de l’année », précise le ministère.

Défi pour le secteur de l’hébergement

La propagation du Covid-19 est un défi pour le secteur de l’hébergement, lequel accueille 157.000 personnes sans domicile, dont des personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques.

Le ministère chargé de la Ville et du Logement travaille depuis le début de l’épidémie en coordination avec les associations et les services de l’État, afin d’anticiper la gestion du virus dans le secteur de l’hébergement. « La Direction générale de la cohésion sociale a activé une cellule de crise afin de répondre aux questions des services de l’Etat et des opérateurs. Les consignes concernant les gestes barrière ont ainsi été traduites en 25 langues pour être comprises d’un maximum de publics fréquentant les structures d’hébergement ou vivant dans des campements », a noté le ministère, qui a en outre demandé aux réseaux associatifs d’actualiser leurs plans de continuité d’activité. Pour les structures qui n’en disposent pas, la direction générale de la cohésion sociale (DGCS) a diffusé des recommandations de base à l’ensemble du secteur associatif pour assurer la continuité du service.

En complément, dès que possible, la DGCS, en liaison avec les préfets, a demandé d’identifier a minima un site par région dit de « desserrement », lequel permettra « d’accueillir et d’isoler en chambre individuelle ou en zones confinées les personnes sans domicile diagnostiquées mais ne nécessitant pas une hospitalisation ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le CSN et le SNPI lancent un appel

Le syndicat national des professionnels immobiliers et le Conseil supérieur du notariat appellent à une relance rapide de l’activité. Et critiquent par cette occasion la FNAIM, contre laquelle le CSN a récemment engagé une action en justice.


Le PIB pourrait diminuer de 20 % au deuxième trimestre

Suite au déconfinement, l’activité reste à un niveau inférieur de 21% par rapport à une situation normale, selon une note de conjoncture de l’INSEE.


Immobilier neuf : les prix toujours orientés à la hausse

C’est le constat tiré par le baromètre de Trouver-un-logement-neuf.com, publié ce mercredi.


Fitch confirme la note AA de la Métropole de Lyon


L’agence de notation met en avant une capacité de désendettement qui s’est nettement améliorée, un environnement économique des plus favorables en France.


Immobilier : pas de pertes d’emploi en avril, selon ADP

Selon le rapport national sur l’emploi d’ADP®, le secteur privé en France a enregistré la perte de 18.500 emplois en avril.


Le groupe Cabinet Hermès s’implante à Valence

Le spécialiste de la transaction immobilière destinée aux professionnels poursuit son déploiement en Auvergne-Rhône-Alpes via une collaboration avec Didier Lacoste, associé de Lacoste Cabinet Conseil.


Les parcs à nouveau ouverts à Lyon, réouverture prochaine des terrasses

null
La Ville rappelle que si les parcs sont a nouveau ouverts, les aires de jeux et de fitness restent fermées. Elle a également indiqué qu’en prévision de la réouverture envisagée des restaurants, elle allait autoriser l’installation des terrasses estivales.


A Lyon, cet automne, une 2ème édition du salon immobilier de montagne

Le salon est programmé les 15, 16 et 17 octobre 2020, à la Cité Internationale de Lyon.


Rhône et Haute-Savoie: en mars-avril, une surmortalité supérieure à 30%

L’INSEE Auvergne Rhône-Alpes a fait un point ce mardi sur la surmortalité observée dans les territoires de la région du 2 mars au 26 avril, période marquée par l’épidémie de coronavirus.


Christophe Geourjon pousse à la création d’un Réseau Express Métropolitain

Les propositions que l’UDI porte depuis 3 ans pour la création d’un « RER à la lyonnaise » sont, selon lui, plus que jamais d’actualité.


Une fréquentation moyenne de l’ordre de 25% sur le réseau TCL


Le SYTRAL a fait un bilan de la première semaine de déconfinement et annoncé des dispositifs affinés et renforcés dans les jours et semaines à venir.


Auvergne-Rhône-Alpes : 420.000 habitants dans un logement suroccupé

Selon l’INSEE, cette situation concerne, en situation de confinement, 5,5 % des habitants de la grande région, soit une proportion inférieure à celle observée en France métropolitaine.


La crise sanitaire n’arrête pas LPA


Malgré une activité ralentie en cette période de crise sanitaire, cette dernière s’est traduite, chez Lyon Parc Auto, par l’expérimentation de nouveaux services, du parking relais «modes doux» au «drive des producteurs».


Lyon, 1ère ville en nombre de très hauts revenus, derrière Paris et Neuilly


L’INSEE a publié une étude sur les très hauts revenus. En Auvergne-Rhône-Alpes, ceux-ci sont souvent localisés dans les métropoles et près de la frontière suisse.


Déconfinement : une charte pour préciser le recours aux transports en commun

Une charte a été signée ce mardi par nombre d’acteurs afin de préciser les modalités d’organisation pour les transports en commun en période de déconfinement.