La bulle immobilière continue de gonfler en Chine

Une étude rapportée par le China Daily montre une surévaluation des prix immobiliers à l'Est et dans le sud du pays.

Mieux appréhender la bulle immobilière chinoise. C'était en substance l'objectif de l'enquête, couvrant 35 villes grandes et moyennes de Chine, réalisée en septembre par l'Institut des Finances, de l'Économie et du commerce de l'Académie chinoise des sciences sociales (CASS).

Ce dernier a ainsi conçu un indicateur, l' « indice de bulle », qui tente de donner une estimation de la part artificielle du prix dans le bien réel. L'indice de bulle a été conçu pour prendre en compte 11 sous-indices, y compris l'infrastructure publique et des installations, et la moyenne des revenus disponibles par habitant.

A Fuzhou et dans six autres villes du pays, ce dernier est ainsi supérieur à 50% du prix de marché. A Fuzhou, la capitale de la province du Fujian, au sud est de la Chine, la valeur réelle d'un bien est ainsi évaluée à 3998 yuans, un prix bien inférieur aux 13457 yuans déboursés actuellement sur le marché. Mais les grandes villes ne sont pas en reste. Des villes de premier rang telles que Beijing, Shanghai et Shenzhen sont ainsi parmi les 11 villes où l'indice de bulle compte pour 30 à 50% des prix du marché. Huit villes ont un index de bulle 10 à 30%, et l'indice dans neuf villes sont en dessous de 10%. L'indice de bulle moyen des 35 villes est de 29,5 pour cent. En revanche, le rapport indique qu'il y a peu ou pas de bulle immobilière à Taiyuan, Hohhot, Shenyang, Xiamen, Haikou, Yinchuan et Urumqi.

Ralentissement l'an prochain

Le rapport annuel se montre plus optimiste pour 2011, le rythme rapide de la hausse des prix des logements en Chine étant attendu en net ralentissement l'an prochain, le gouvernement ayant pris des mesures visant à ralentir la progression des prix. En octobre, la Banque populaire de Chine a relevé les taux d'intérêt pour la première fois en près de trois ans, dans une tentative de lutter contre l'inflation et d'absorber la liquidité excessive du marché.

Le gouvernement tente également de faire appliquer de manière stricte les politiques au niveau local, les gouvernements locaux étant désormais responsables d'éventuels manquements dans l'application de politiques nationales.

Toutefois, le marché de l'immobilier chinois reste confronté à de nombreux défis, comme les achats fonciers des ménages confrontés à une hausse de l'inflation, et ceux des investisseurs étrangers attirés par les perspectives du pays en matière de croissance économique.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.