Brémond veut poursuivre sa croissance en Rhône-Alpes

Candidat retenu pour le concours de la reconversion de l'Hôtel de Région à Charbonnières, le groupe Brémond a exposé, jeudi dernier, lors d’une conférence de presse, sa stratégie en Rhône-Alpes. Le groupe compte s’appuyer sur ses valeurs en termes de compréhension des territoires et de développement durable pour poursuivre sa croissance dans la région.

C’est jeudi 14 juin, à l’épicerie Pop, dans le premier arrondissement de Lyon, que le groupe Brémond avait invité la presse pour exposer sa stratégie en Rhône-Alpes. Ludovic Boespflug, le directeur du groupe dans la région, a donc présenté, à cette occasion les principaux projets et programmes en cours du groupe.

Né dans la région nantaise il y a quarante ans, le groupe Brémond, qui compte une centaine de personnes s’est développé géographiquement de manière assez ciblée, d’abord dans la région francilienne dans les années 1990, puis en Rhône-Alpes il y a six ans. Sur la seule région Rhône Alpes, Brémond réalise un chiffre d’affaires de 20.7 millions en 2011, qu’il compte porter à 45 millions d’euros en 2016. Le promoteur compte désormais une douzaine de personnes, une équipe largement pluridisciplinaire.

« Nous n’arrivons pas avec un savoir-faire imposé» explique Ludovic Boespflug. Dans la démarche qui est la sienne, le groupe s’emploie d’abord à comprendre son territoire. « A chaque fois que l’on intervient sur un site, quelles que soient sa taille et son échelle, nous avons ce même travail d’analyse, de compréhension et de cartographie, pour partir de quelque chose qui soit complétement argumenté et construit» affirme le dirigeant. Au sein du personnel de Brémond, on trouve donc beaucoup de gens issus de bureaux d’études, d’analyse, et de programmation : géographes, cartographe, architectes, urbanistes, ou encore un sociologue, François-Xavier Trivière. "On fait ce travail  d'analyse de territoire très dynamique, en se demandant sur quoi on peut s'appuyer pour accompagner les collectivités dans le développement d'un nouveau quartier, de sa mutation" explique ce dernier. Une diversité de compétences qui constitue assurément l'identité du groupe, aux côtés de son attention portée au développement durable.

De nombreux projets en cours

En six ans, le groupe s’est développé au travers de plusieurs projets en Rhône-Alpes, principalement dans des zones aménagées, dont un premier, à Lyon Confluence, l’Amplia, qui a, cette année, été récompensé par deux Pyramides d’Argent. «  Ce projet a été une sorte de fil conducteur jusqu’à présent » explique Ludovic Boespflug, qui explique qu’à l’époque, fin 2007, proposer un bâtiment à énergie positive lors du concours avait été déterminant. La livraison du bâtiment, la première dans la région, interviendra cet été. Mais bien d’autres projets sont en cours de développement dans d’autres secteurs du Grand Lyon.

Comme à Francheville, où Brémond a été lauréat en 2009 du concours privé d’opérateurs pour la réalisation d’un éco-quartier de 5.8 hectares sur le site de l’Union des coopératives d’Elevage Alpes Rhône. Sur ce site, le groupe va développer, en coopération avec le Grand Lyon, une opération de rénovation urbaine, qui mixera commerces, services de proximité, équipements publics, et plusieurs centaines de logements tant en accession libre, qu’en accession ou en location sociale. Le groupe a également développé un programme passif à Fontaines sur Saône, «Suites de Saône » dans la ZAC de la Norenchal, dont l’aménageur n’est autre que l’OPAC du Rhône. Parmi les grosses opérations en cours, figurent la ZAC Pop 8 (Lyon 8ème) avec le « Red Factory » et le « Blue Factory », à Bron avec le programme Octavia, à la Tour de Salvagny avec Aurea, ainsi que sur la ZAC des « îlots verts » (ex ZAC du triangle) à Saint-Priest, avec le programme Verbana. Sur 2012, 226 logements devraient, en tout, être livrés. En outre, 347 logements sont en cours sur la région et 417 sont en cours de montage.

Si le groupe a d’abord ciblé le logement, avant l’immobilier d’entreprise, un secteur dans lequel le groupe est pourtant très présent hors de Rhône-Alpes, c’est que les besoins en ce domaine étaient nombreux dans la région. « Le développement sur Rhône-Alpes a été axé prioritairement sur le logement parce qu’il y a un fort besoin, mais aussi parce que le marché du tertiaire est compliqué à pénétrer» souffle Ludovic Boespflug. Le groupe a néanmoins remporté un petit programme d’immeubles de bureaux d’activités à la Duchère, Le Scéno, d’une surface de 1800 m2, dans un marché « décalé » qui peine toutefois encore à émerger.

Ludovic Boespflug devant le chantier de l'Amplia, le 6 juin (SDH/ Lyon Pôle Immo)

Le groupe prêt pour l’Hôtel de Région

Depuis le début de l’année 2012, le groupe a été lauréat de deux concours, l’un lancé par Portes des Alpes Habitat, à Saint Priest pour un programme de 39 logements, et l’autre lancé par le Grand Lyon pour lot 1 de la ZAC Amstrong à Vénissieux. Il a également candidaté sur l'îlot A3, sur la deuxième phase de la Confluence, un programme de 28.000 m2 SHON. Surtout, le groupe a été admis à concourir pour la reconversion du site de la région Rhône-Alpes, à Charbonnières, un site de 10.5 hectares. « Nous étions en veille sur ce projet» indique Ludovic Boespflug. Pour mettre toutes les chances de son côté, le groupe s’est associé à la financière Rive Gauche, et s’est attelé à composer une équipe performante, composée de l’urbaniste François Leclercq, de deux cabinets d’architecture lyonnais, Clément Vergely et Tectoniques, de l’agence de paysage Base, et du bureau d’études d’environnement ITF. Car il y aura de la concurrence : Bouygues Immobilier, le duo Icade/Altarea, Bouwfonds Marignan et Nexity seront également sur les rangs.

Si le groupe se refuse à dévoiler des précisions sur ce sujet avant le 29 août, date de dépôt des projets, il lance toutefois quelques pistes sur ce programme qui devrait être composé à deux tiers de logements, et à un tiers de bureaux, commerces et services. Pour Ludovic Boespflug, « sur un tel projet, on ne peut pas être radical, ni tout détruire, ni tout garder. En revanche, on s’intéresse beaucoup à la problématique de l’énergie grise : aujourd’hui, l’énergie est nécessaire pour construire un bâtiment performant, et entre 50 et 60 ans se passent. On s’évertue à faire des économies très importantes pour les consommations des bâtiments, mais parfois on oublie d’économiser sur l’énergie nécessaire pour le construire (…) Tout ce qu’on peut réutiliser, adapter, on le fait, après il y a parfois des contraintes techniques, réglementaires ou urbaines, qui font que l’on ne peut pas toujours tout garder» assène le dirigeant. D'autres contraintes joueront toutefois un rôle primordial dans ce dossier : le volet financier, mais aussi la place accordée à la mixité sociale et au logement abordable, un thème cher actuellement au président du Grand Lyon, Gérard Collomb.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Je suis très déçu de Bremond
Nous venons d’acheter un appartement sur plan sur Lyon « the red factory » Lyon 8. Nous venons d’apprendre après des appels téléphoniques et mail que le programme a dû retard sachant que notre appartement devrait être livré au 4éme trimestre 2012
Je ne trouve pas très sérieux de la part de Bremond Lyon
Car de plus si je ne les appelais pas au téléphone ou par mail je n’aurais aucunes nouvelles. Grâce à Bremond je vais être dehors de mon appartement le 28 décembre 2012, car nous avons donnés notre dédite car pour nous le programme était en avance et de plus Bremond ne nous disait rien.
MERCI BREMOND
Antoine

Signaler un abus

Je suis également moi aussi très déçue, j’ai fait confiance à BREMOND qui m’avait assuré au moment de la signature qu’il n’y aurait aucun problème pour une livraison fin 2012, ce constructeur assurant toujours les délais promis, et je devais plutôt m’attendre à une livraison plus tôt qu’annoncée alors qu’aujourd’hui j’apprends que je dois prévoir une livraison en février 2013 !!
Je peux comprendre quelques jours de retard, mais où sont placés tous ces jours d’intempéries ?? s’agit-il d’une mauvaise gestion ? le retard pris va-t-il avoir pour conséquences de terminer le travail très rapidement au détriment de la qualité ??
Toutes ces questions me font moi aussi douter du sérieux de mes interlocuteurs.

Signaler un abus

Bonjour Baiardi
Je lis votre message.
Quel est le nom de votre programme ?
Le nôtre est « the red factory » sur lyon8
Nous venons de recevoir un courrier, en nous précisant que la livraison est prévu pour le 28 février 2013
En espérant vous lire
Antoine

Signaler un abus

je ne ferai pas l’éloge du groupe Brémond, complétement dépassé , et qui apparemment n’a pas mis les moyens en place pour assurer une bonne fin de ses programmes
Investisseur sur le programme AUREA , à la TOUR DE SALVAGNY, immeuble BBC, l’appartement a été livré avec 3 mois de retard.
Prévue pour la fin du 3ème trimestre 2012, nous l’avons réceptionné le 22 novembre 2012, et n’a été habitable que le 15 décembre 2012, et à ce jour 6 mars la totalité des réserves formulées le 22 novembre 2012 au cours de la réception ne sont pas encore levées, Ex la salle de bains n’est toujours pas terminée ( meuble vasque,miroir et éclairage).
Et que dire des parties communes ( 25 pages de réserves formulées entre le 21 12/2012 et le 10/01/2013 jours de visites pour réception, et ça avance à la vitesse d’un escargot..a ce train c’est pas fini avant l’été.
un désastre

Signaler un abus

bremond est à éviter totalement. Ayant fait plusieurs investissement, je vous assure que vous trouverez meilleur plus facilement. Retard de livraison, finition pitoyable, disparaisse ensuite. Pour un investisseur, je pense que faire confiance a ce groupe, c’est aller dans de long soucis pour rien.

Signaler un abus

En ce qui concerne le programme « Suites de saône » je viens d’être livré dans le délai prévu d’un appartement destiné à la défiscalisation .Sur le plan des reprises des malfaçons, je trouve que nos interlocuteurs Brémond se démènent efficacement dans un monde d’entrepreneurs ou le manque de sérieux est aujourd’hui une généralité .Mon dernier investissement qui remonte à 5 ans chez Bouwfond Marignan s’est soldé par un procès .Pour le prochain qui devrait se faire dans les mois à venir, si un programme de Brémond m’intéresse, je n’hésiterais pas .

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Jazz » a été bien accueilli aux Minguettes

null
Lyon Métropole Habitat, office public de l’habitat métropolitain, a lancé le week-end dernier son nouveau programme d’accession sociale à la propriété dans ce secteur de Vénissieux.


Les mises en ventes de logements neufs en chute libre à Lyon

La fédération des promoteurs immobiliers a communiqué il y a quelques jours les derniers chiffres en matière de réservations de logements neufs, et de prix, toujours orientés à la hausse.


Immobilier neuf : les craintes des promoteurs

La fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a fait un point la semaine dernière sur l’activité du secteur au cours du premier semestre, marqué par le confinement.


Ardoix : pose de la première pierre de l’usine ASF 4.0

La Région Auvergne-Rhône-Alpes accompagne ce projet, qui devrait à terme permettre la création de 40 emplois.


Entrée en vigueur des logements évolutifs au 1er janvier prochain

Dans un peu plus de trois mois, l’obligation de construire des logements neufs avec des salles de bain adaptables avec zéro ressaut de douche sera effective.


LCA-FFB devient le « Pôle habitat FFB »

null
LCA-FFB organisait ce jour sa convention nationale. Elle a émis des propositions pour une reprise du secteur et annoncé son changement de dénomination


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Nous sommes entrés dans une crise de l’offre»


Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’activité du marché immobilier neuf.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


Pierre Berger, nouveau président de la CERC Auvergne-Rhône-Alpes

Le président de la fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes a été élu à la tête de la cellule économique régionale de la construction Auvergne-Rhône-Alpes.


La CAPEB mitigée sur le plan de relance

La confédération s’est montré satisfaite des intentions du gouvernement en matière de rénovation énergétique, mais elle lui demande de lever les freins existants pour une relance efficace de l’activité du secteur.


Alila déçu par le plan de relance

Le groupe présidé par Hervé Legros a regretté un « manque total d’ambition » du plan de relance pour sortir de la crise du logement.


La FFB satisfaite du plan de relance, mais émet des réserves sur le neuf

La fédération s’est montré positive sur le plan, qui comprend 7 milliards d’euros d’aides supplémentaires pour la rénovation énergétique du parc existant. Elle émet toutefois des réserves sur le logement neuf.


Chiffres mitigés pour la construction de logements en juillet

Si la construction de logements est toujours en phase de reprise après le trou d’air de mars-avril, juillet a été marqué par un léger reflux de la construction après un vif rebond suite au déconfinement.