Immobilier neuf à Lyon : retour à la normale ?

Le CECIM présentait vendredi matin ses chiffres sur neuf mois 2012 à Lyon. Les volumes sont en net repli, de 22.7%, et les prix se sont stabilisés, en légère baisse de 0.9%.

Les ventes sont en nette baisse sur l’aire urbaine de Lyon, selon les derniers chiffres du CECIM présentés ce matin. Avec 2704 réservations au 30 septembre 2012, les ventes sont en repli de 22.7% par rapport aux neuf premiers mois de 2012. Une contreperformance qui s’explique selon l’observatoire, par une baisse des ventes aux investisseurs, qui, faute d’un dispositif Scellier, moins attractif, sont moins intervenus sur le marché. Aussi la demande des investisseurs est tombée à 894 ventes, contre 1351 réservations de la part des utilisateurs. Côté ventes en bloc, la proportion reste stable, avec 459 logements livrés.

Et avec l’objectif de réaliser 150.000 logements sociaux chaque année, cette catégorie pourrait trouver un nouveau souffle, les ventes aux opérateurs sociaux pouvant s’amplifier. « Si ce choix politique est maintenu, c’est quelque chose qui va résister et même s’amplifier » indique ainsi Jean Jacques Mathias.

Les prix restent stables

Mais si les transactions chutent, les prix, eux, ne semblent pas baisser. Sur l’enveloppe moyenne des biens vendus, « le mouvement de hausse ne s’est pas poursuivi », note Jean Jacques Mathias, le président du CECIM. Les prix sont donc étales, avec une stabilisation du panier moyen - 50 m² pour les investisseurs, 65m² pour les acquéreurs - et de l’enveloppe moyenne, à 233981 euros pour les particuliers et à 193116 euros pour les investisseurs.

Sur l’année 2012, les prix sont donc étales à 3760 euros le mètre carré sur l’Aire Urbaine de Lyon (-1.3%), et à 4446 euros sur Lyon Intra muros (-0.3%). « Lyon est très au-delà des autres villes de l’agglomération, ce qui est moins vrai dans les autres métropoles » remarque Jean Jacques Mathias, et si on constate une baisse du côté des mises en ventes, ceci est plus faute de site que d’acquéreurs ». Si le Grand Est est toujours abordable en termes de prix, Villeurbanne se rapproche de l’hypercentre de Lyon et de la barre des 4000 euros le mètre carré.

Inquiétude sur les dispositifs

Un brin d’inquiétude est toutefois perceptible chez les promoteurs, au regard des dispositions à venir sur les mesures d’aides à l’investissement locatif – le dispositif Duflot – prévues dans la loi de finances actuellement en discussion à l’Assemblée, qui sur les bases actuelles pourrait selon un consensus assez partagé dans la profession manquer son objectif de catalyseur de marché.

Pourtant, pour le président du CECIM, Jean Jacques Mathias, note que le risque de surproduction – l’un des points décriés du Scellier - est faible. « Il n’y a jamais eu de crise de l’investissement locatif sur Lyon, et tous les appartements produits trouvent preneur » note Jean Jacques Mathias. « Si cette offre locative n’est pas mise sur le marché, aucune autre institution ne mettra sur le marché » avertit Jean Jacques Mathias, qui ne voit pas l’offre de locatif social se supplanter à la promotion.

L’offre toujours à l’Est

Du côté de l’offre, la fin des grandes opérations d’aménagement public, comme la phase 1 de la Confluence, a pour conséquence un amoindrissement de l’offre disponible dans Lyon intra-muros, en attendant les pré-commercialisations sur la ZAC des Girondins et la Phase 2 de la Confluence. Et si les réservations sur Lyon représentent encore 30% du total des neuf logements de l’agglomération, la part des mises en en vente de Lyon au sein de l’agglomération est nettement orientée à la baisse : elles ne représentent ainsi qu’un peu plus du quart des mises en vente du Grand Lyon (26%). Un seul arrondissement, le 7ème, fait exception, avec une offre toujours abondante. L’offre est en outre toujours abondante sur l’Est lyonnais, qui concentre 43% de l’offre disponible, mais aussi 36% des réservations.

Néanmoins, de l’avis du CECIM, le problème n’est pas tant du côté de la demande que de l’offre, la partie supérieure du marché rencontrant une demande bien plus forte que les 50% où les prix sont inférieurs à 3500 euros. Selon Jean Jacques Mathias, il y a même « plus d’offre que de demandes concrétisées à ce prix-là ». « Le marché s’est adapté à la demande» constate-t-il. Aussi, pour lui, « il n’y a pas de dérapage » du marché.

Un équilibre utilisateurs / investisseurs

Pour Frédéric Marchal, patron de la FPI Rhône Alpes, « nous ne sommes pas dans une situation où il n’y a que des prix chers. Celui qui cherche un appartement accessible le trouve, certes dans l’est, mais le trouve ». Reste qu’il existe une prime à la centralité, du fait qu’« une masse d’acquéreurs recherche Lyon ville ».

Il note en outre que la région de Lyon dispose d’un atout indéniable sur d’autres régions, à savoir celui de l’équilibre entre investisseurs et acquéreurs-utilisateurs. « Une vente sur deux se fait toujours pour la résidence principale » note-t-il. « Je ne voudrais pas que l’on soit comme à Toulouse oui la défiscalisation représente 70 à 80% du marché » indique le patron de la FPI.

Pour Yann Pommet, président de l’UCI FFB de Lyon, les utilisateurs représentent globalement plus de 2000 logements chaque année. « Cela dénote d’un attachement fort de la population lyonnaise de rester dans sa ville ou encore d’un effet d’attraction. Chaque année, ce sont 4500 personnes qui viennent habiter à Lyon » rappelle-t-il. Aussi, parie-t-il que « le niveau moyen du marché devrait être retrouvé, après trois années qui étaient hors normes ». Le nombre de réservations devrait cette année, selon le CECIM, se rapprocher de son potentiel moyen terme des 4500 ventes.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Tant que les prix de vente seront anormalement hauts le marché sera plat.
Les économistes (dont ceux du Crédit Agricole) disent que les prix sont surévalués de 25%, ce qui veut dire qu’à moins d’une baisse rapide de ce montant les agences vont fermer les unes après les autres.
Il faut cesser de penser que les acheteurs sont des gogos !!!
La baisse molle à laquelle on assiste est loin de suffire au redémarrage des ventes.

Signaler un abus

Un équilibre investisseurs / utilisateurs plutôt qu’un équilibre acquéreurs / utilisateurs, non?

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Renaud Payre, nouveau président de l’OFS métropolitain

Le vice-président de la Métropole de Lyon délégué à l’habitat, au logement social et à la politique de la ville, a été élu ce lundi président de l’organisme de foncier solidaire métropolitain.


Loi de finances 2021 : la FFB presse le gouvernement


La FFB attend de nombreux compléments et détails par voie d’amendements pendant les débats parlementaires ou sous forme de textes règlementaires à venir.


Benjamin Courraud, nouveau délégué régional de la FPI Alpes


Le nouveau délégué souhaite instaurer une proximité avec l’ensemble des élus locaux, leurs représentants et leurs administrations, ainsi qu’avec l’ensemble des institutions locales.


« Jazz » a été bien accueilli aux Minguettes

null
Lyon Métropole Habitat, office public de l’habitat métropolitain, a lancé le week-end dernier son nouveau programme d’accession sociale à la propriété dans ce secteur de Vénissieux.


Les mises en ventes de logements neufs en chute libre à Lyon

La fédération des promoteurs immobiliers a communiqué il y a quelques jours les derniers chiffres en matière de réservations de logements neufs, et de prix, toujours orientés à la hausse.


Immobilier neuf : les craintes des promoteurs

La fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a fait un point la semaine dernière sur l’activité du secteur au cours du premier semestre, marqué par le confinement.


Ardoix : pose de la première pierre de l’usine ASF 4.0

La Région Auvergne-Rhône-Alpes accompagne ce projet, qui devrait à terme permettre la création de 40 emplois.


Entrée en vigueur des logements évolutifs au 1er janvier prochain

Dans un peu plus de trois mois, l’obligation de construire des logements neufs avec des salles de bain adaptables avec zéro ressaut de douche sera effective.


LCA-FFB devient le « Pôle habitat FFB »

null
LCA-FFB organisait ce jour sa convention nationale. Elle a émis des propositions pour une reprise du secteur et annoncé son changement de dénomination


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Nous sommes entrés dans une crise de l’offre»


Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’activité du marché immobilier neuf.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


Pierre Berger, nouveau président de la CERC Auvergne-Rhône-Alpes

Le président de la fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes a été élu à la tête de la cellule économique régionale de la construction Auvergne-Rhône-Alpes.


La CAPEB mitigée sur le plan de relance

La confédération s’est montré satisfaite des intentions du gouvernement en matière de rénovation énergétique, mais elle lui demande de lever les freins existants pour une relance efficace de l’activité du secteur.