Lyon : la hausse des prix ralentit, selon les notaires

Les Notaires de France ont présenté hier leur note de conjoncture. Ils ont fait état d’une nette baisse des volumes dans le pays, et une stabilisation des prix. A Lyon, celle-ci est déjà sensible.

La hausse des prix n’est plus que de 1.9% à Lyon, à 3171 euros, selon la dernière étude des notaires de France, basée sur les chiffres du deuxième trimestre 2012. Et en Rhône Alpes, certaines villes ont basculé dans le rouge. C’est le cas pour les appartements à Grenoble (-2.3% à 2381 euros) et Saint-Etienne (-2.7% à 1211 euros).

Côté maison, même tendance est observée sur la capitale du Dauphiné, où les prix sont reculé de 0.3% à 312800 euros. A Saint-Etienne, les prix sont toujours à la hausse (+3% à 185.000 euros) tout comme à Lyon (+2.1% à 303100 euros).

Les transactions en baisse au niveau national

Les prix se sont de leur côté nettement stabilisés au niveau national. « En Province, les indices Notaires-Insee du deuxième trimestre reflètent sur un an une stabilité (+0,1%) du prix des appartements et une baisse du prix des maisons (– 1,3%) » notent les notaires.

Les volumes ont, eux, nettement baissé en, avec une baisse des volumes de 17% à fin août 2012 par rapport à août 2011. Le mouvement de recul est perceptible en Ile de France, de 23% sur les maisons et de 20% sur les appartements.

Les prix en repli dans le neuf

Au niveau des chiffres du logement neuf sur la région Rhône Alpes, les prix ont reculé de 0.9%, à 3693 euros. « Si le nombre absolu des ventes à investisseurs dépend aussi de la conjoncture économique et immobilière, leur part dans les ventes des promoteurs est essentiellement liée à leur attractivité. Ainsi le recul attendu de la part des ventes en « Scellier » entre 2010 et 2012 est-il dû aux « coup de rabot » sur les « niches » fiscales » notent les notaires.

« De même, les dispositifs plus sociaux, c’est-à-dire assortis de plafonds de loyers abaissés et de ressources des locataires, connaissent un succès moindre, même en l’absence d’alternative, comme ce fut le cas du « Besson ». Si l’on admet que l’objectif économique d’augmenter l’offre de logements locatifs ne suffit pas à justifier une aide de l’Etat, il faut veiller à ce que les contraintes « sociales » n’amputent pas trop la rentabilité attendue » indique les Notaires.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Les chiffres des notaires ont de 3 à 6 mois de retard et ne prennent pas en compte la typologie des biens vendus.
En fait, depuis le début de l’année les prix ont dévissé de 6,2%,et si l’on tient compte que les rares ventes sont sur des biens de petites surfaces et des biens « haut de gamme » la chute des prix est bien plus importante.
Pour notre part, nous pensons que les prix immobiliers lyonnais vont rapidement se retrouver au deçà de ceux constatés début 2009.
Les vendeurs qui seront réticents à accepter de fortes négociations pourront le regretter d’ici peu.

Signaler un abus

Rien à ajouter, je partage tout à fait l’analyse de Norbert.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.