Les prix de l’immobilier à la mise en vente stables sur Lyon

Le baromètre Seloger.com a fait état d’une stabilité des prix de mise en vente sur Lyon intra-muros.

Les prix à la mise en vente restent stables sur Lyon intra-muros. C’est le constat délivré par le dernier baromètre Seloger.com réalisé notamment sur Lyon et quelques grandes villes de la région Rhône-Alpes. A 2971 euros, le prix au m² mis en vente est à peine supérieur à celui observé il y a un mois, lorsqu’il atteignait 2967 euros.

Les grandes tendances observées ces derniers mois sur certains arrondissements se confirment : les prix de mises en vente ont nettement reculé ce mois-ci dans les 2ème (4547 euros du m² en novembre vs 4598 en octobre), 6ème (4484 vs 4564 euros), et 8ème (2958 vs 3053 euros) arrondissements. Sur 3 mois, la chute est ainsi particulièrement significative sur les 8ème (-3.1%), 6ème (-4.3%), et 2ème arrondissement (-2.1%).

Légère baisse des prix sur Villeurbanne

Sur Lyon intra-muros, la hausse n’est plus que de 1.8% en rythme annuel, alors même que la baisse des prix de mise en vente est déjà effective sur Villeurbanne (-0.3%). Sur Vénissieux, où les prix ont reculé ce mois-ci à 2280 euros (ils étaient à 2319 euros en octobre), la hausse des prix est également anecdotique (+0.9%) sur un an.

En Rhône-Alpes, on remarquera que  le prix au m2 à Saint Etienne est en repli de 1.2% sur trois mois, à 1464 euros du m² en novembre (il était à 1470 euros en octobre). Sur Grenoble, les prix sont quasiment stables, à 2521 euros du mètre carré.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Les prix de mise en vente sont effectivement stables (-4% seulement), en revanches le négociations ont fortement évolué
et il n’est pas rare de voir des prix minorés de 15 à 20%.
Nous craignons une année 2013 avec des diminutions de prix (et donc de recettes) très supérieures à celle que nous avons connues début 2009.

Signaler un abus

Quand on constate les écarts pour des biens comparable entre Lyon et St Etienne, Villefranche, Bourgoin ou Vienne, on se dit qu’il y a de la marge à la baisse.
Ensuite il faut être réaliste, croire que les prix vont remonter avec ce qui nous attend en 2013. je plains ceux qui seront obliger de vendre…

Signaler un abus

L’année 2012 se termine avec une baisse modérée à Lyon intra-muros mais 2013 devrait être le théâtre d’une chute vertigineuse.

Signaler un abus

Lyon est surévalué de 35 à 40% suivant les secteurs. Les arrondissements qui doivent baisser le plus sont les 2ème et 6ème. Leur baisse a débuté l’été 2012 mais devrait s’accentuer dans les mois qui viennent, surtout le 6ème qui a le plus grand nombre de logements vacants, lesquels devraient rapidement être mis en vente à bon prix. Les négociations sont maintenant de l’ordre de 10 à 20% suivant le prix de mise en vente. Les propriétaire souhaitant vraiment vendre doivent se positionner tout de suite sur un prix correct car le retournement est enclenché.

Signaler un abus

comment peut-on publier un indicateur qui n’est basé que sur la prétention des vendeurs, et dire ensuite que les prix sont stables ?????

regarder l’évolution des volumes de ventes et vous verrez que le marché est bloqué et que les prétentions sont donc trop élevées.

Signaler un abus

Pouvons nous leur pardonner ? Ils font semblant de ne pas savoir.

Je suis également multi-propriétaire sur Lyon et pourtant parfaitement outré par l’attitude hautement spéculative des vendeurs souhaitant tirer un profit optimum de biens minables sur l’agglomération.

Honte à eux ! et ils se tirent une balle dans… le pied (ou la tête ?) car sauf à utiliser ces fonds vilement acquits pour s’installer dans une région à l’abandon (ce qui n’apporte rien si ce n’est la mélancolie), ou tenter de les faire fructifier en bourse (ha ! ha ! ha ! bon courage à ces boursicoteurs du dimanche), ou en d’autres produits financiers dont ils ne comprennent rien (assurances vies incluses), ils contribuent à ce que législateur interdit dans d’autres secteurs puisque suicidaire, vous savez le système « pyramidal » autrement récemment appelé le système « Madoff »… Mais ce désormais pauvre personnage
n’a rien inventé. Depuis les tulipes de Hollande (et bien z=avant même), cette technique n’a cessé et ne cessera malheureusement d’être mise en oeuvre, pour le plus grand désastre de tous. Honte eux donc car ils ne sont pas pardonnable.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.