La fiscalité locale va augmenter à Lyon

Le maire de Lyon a présenté mercredi le compte administratif 2013, sorte de bilan financier de l’année écoulée. L’occasion pour l’édile d’indiquer que l’année prochaine devrait être marquée par des hausses de fiscalité locale et des coupes dans les dépenses de la ville.

Le maire de Lyon présentait mercredi, avec l’adjoint délégué aux Finances publiques, Richard Brumm, le compte administratif 2013, sorte de bilan financier de la ville au titre de l’année dernière. Les dépenses de fonctionnement se sont élevées à 547 millions d'euros, quand les recettes réelles de fonctionnement atteignaient 632.4 millions d’euros. La fiscalité directe a notamment rapporté 311 millions à la ville, quand les dotations de l’Etat représentaient 114.7 millions.

Côté dépenses, la masse salariale représente la majeure partie de celles-ci, avec 308,6 millions d'euros soit une hausse de 2% par rapport à 2012, liée notamment à la création de 48 postes affectés à la fois à la cantine scolaire et à la police municipale.

Reste toutefois qu’un phénomène tend à impacter de plus en plus la ville, à savoir le FPIC (fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales). Ce mécanisme de péréquation devrait de plus en plus affecter les communes riches comme Lyon, qui reverseront aux communes en plus grande difficulté.

 Résister au choc

« Comme vous le savez, l’État a décidé de porter son action sur la réduction de la dette publique. Vous savez que sur la baisse de 50 milliards, 11 milliards seront prises en charge par les collectivités locales. Ce qui veut dire que les dotations vont baisser de 11 milliards » a expliqué le maire de Lyon, qui a qualifié cette baisse d’ « extrêmement drastique » « La ville de Lyon est dans une situation bien meilleure que bien des collectivités locales. Nous allons nous mettre en position de résister à ce choc » a-t-il indiqué. De ce fait la municipalité prévoit une hausse de la fiscalité directe. « Elle sera moindre que celle que nous avions fait en 2008, malgré la gravité de la situation. Elle se montera à 5% et non pas à 6% comme lors du précédent mandat. Mais il n'y a aucun caractère de soutenabilité si nous ne faisions pas cette augmentation d'impôt» a indiqué l'élu. Cette hausse de la fiscalité se repartira notamment sur les taxes d’habitation et foncières.

« Nous avons pris comme hypothèse que ce sont les communes et intercommunalités qui allaient le plus subir l’effet de ce prélèvement sur les dotations des collectivités locales, de manière à pouvoir appréhender l’avenir avec un certain réalisme. Si nous avons une bonne surprise, c’est tant mieux» a expliqué le maire. Pour pouvoir faire face à ces prélèvements, la commune va donc réduire ses dépenses de fonctionnement, et « refaire une évaluation du périmètre de la ville de Lyon », de manière à pouvoir trouver 40 millions d’économies. Un niveau d'investissement sera maintenu, à 600 millions d'euros. "La ville de Lyon connait un accroissement démographique relativement important et il faut mettre en place un certain nombre d'équipements nouveaux". Pour le maire, Lyon a géré jusqu’à maintenant avec rigueur l’évolution des charges, et notamment la masse salariale. Pour permettre de pouvoir générer de l’autofinancement. « Mais là, c’est un effort supplémentaire, un changement d’échelle qu’il va falloir réaliser d’ici les prochaines années » annonce-t-il.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Normal, c’est la seule façon de faire de la gauche !!
C’est facile et seuls les « bons » paient.

Signaler un abus

J’ai déjà pris 350% de plus l’année dernière sans raison, je n’ai pas les moyens de poireauter plus cette années… Saleté de gouvernement et de lobbying !!!

Signaler un abus

des pourris ces politiques , vive la revolte !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Jean Castex valide les propositions de la commission Rebsamen

nullEn ouverture du congrès de l’USH, le Premier ministre a annoncé la compensation de l’exonération de TFPB, mais aussi une réforme du dispositif Cosse, un recensement des ressources foncières publiques, et la mise en place de contrats de relance du logement.


Réactions plutôt positives suite aux annonces de Jean Castex

La FFB et In’li ont réagi au discours du Premier ministre devant le congrès de l’USH.


Lyon acte une hausse de taxe d’habitation sur les résidences secondaires

null
Le conseil municipal de Lyon a voté plusieurs délibérations portant sur des ajustements fiscaux, dont la hausse du taux de la taxe d’habitation de 20% à 60% pour les résidences secondaires.


Un conseil de la Métropole de Lyon pour une erreur sur le taux de la TFPB

nullLes élus se sont réunis par visioconférence ce lundi, pour corriger une erreur sur les bases fiscales sur le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties. L’opposition a critiqué un « amateurisme » et « un manque de démocratie ».


Baisse de 1,29 milliard d’euros des impôts de production dans la région

La préfecture de Région a fait part des chiffres de baisse des impôts de production en région Auvergne-Rhône-Alpes dès cette année 2021.


Loi de finances 2021 : un budget logement de 16,2 milliards d’euros

Bercy a dévoilé ce lundi son projet de loi de finances 2021. La hausse du budget logement s’élève à 390 millions d’euros.


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.