Wauquiez met la pression sur Macron avant sa visite en Auvergne

Avant la visite du président de la République en Auvergne, le président des républicains demande un engagement ferme pour la LGV reliant Paris à Lyon en passant par Clermont-Ferrand.

Emmanuel Macron se déplace ce jeudi et vendredi en Auvergne. Le président de la République se rendra d'abord sur le site de Ladoux, pour visiter le centre de recherches de l'entreprise Michelin. Il déjeunera ensuite à Aurières, chez un producteur de Saint-Nectaire, avant de présenter ensuite, à Saint-Genès-Champanelle, à 15 heures, ses vœux au monde agricole. Le soir, il se rendra à Chamalières, au lycée général et lycée des métiers de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme, et dinera sur place.

Avant ce déplacement, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez (qui est d’ailleurs l’invité ce soir de l’émission politique de France 2), a souhaité mettre la pression sur le président de la République sur la question des territoires, en pointant le possible abandon du projet POCL, ligne à grande vitesse qui pourrait un jour relier Paris, Orléans, Clermont-Ferrand et Lyon, en passant par Roanne. Il a ainsi rendu public un courrier, adressé au président de la République.

Un grand projet d’aménagement structurant

« L’annonce du renoncement aux grands projets d’infrastructures, malgré des engagements majeurs, de nombreuses décisions de justice et l’expression des habitants des territoires, suscite, par contrecoup, une très forte inquiétude quant à l’avenir de la ligne à grande vitesse Paris Orléans Clermont Lyon (POCL) », a indiqué le président de Région.

Ce dernier met en avant le fait que ce grand projet d’aménagement ferroviaire est structurant pour Auvergne Rhône-Alpes et qu’il l’est tout particulièrement pour le désenclavement de l’Auvergne et la poursuite de son développement économique.

Il rappelle également, dans ce courrier, que des engagements forts avaient été pris par l’État depuis 2008, notamment à travers l’inscription dans la loi de programmation du Grenelle de l’environnement du 23 juillet 2009. Il rappelle ainsi que « la population, les chefs d’entreprise et les élus locaux manifestent une très forte attente vis-à-vis de ce grand projet d’infrastructure ». « Ils vivraient comme une trahison une défaite de l’intérêt général l’abandon de cette LGV auquel nous tenons fortement », indique-t-il dans sa lettre.

Le POCL délaissé au profit du Grand Paris ?

Le nouveau président du parti « Les républicains » pointe également une politique de transports financièrement tournée vers la capitale. « Il est très frappant de noter que ce grand projet est estimé à 13 milliards d’euros, ce qui équivaut à la seule dérive des coûts du Grand Paris Express, que la Cour des comptes a réévalués la semaine dernière de 25,5 à 38,5 milliards d’euros. Une politique d’aménagement du territoire qui se limiterait au chantier du Grand Paris et mettrait à l’arrêt les infrastructures de transport de province ne serait pas acceptable », indique-t-il.

L'État doit selon lui respecter ses engagements vis-à-vis des territoires. « Consacrer les crédits destinés aux grandes infrastructures parisienne et négliger les besoins de nos territoires nous interrogerez sur votre conception de l’égalité républicaine », écrit-il. Il demande enfin, au nom de la Région, « un engagement ferme dans la réalisation de cette infrastructure ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Bonjour,
Le POCL est un projet imposé et inutile qui a déjà coûté très cher aux contribuables et a fait perdre énormément de temps à nos territoires pour se développer économiquement. Une ligne à grande vitesse (pour les seuls TGV) est uniquement rentable pour faire circuler des clients entre deux grandes métropoles (PARIS/LYON, NORD/SUD). Les arrêts intermédiaires dans les villes moyennes ne sont pas rentables et donc rares. Le POCL n’est pas la solution pour le développement des territoires : nos villes moyennes et campagnes ont besoin d’une offre de trains fréquents, de proximité, accessibles en prix, confortables et avec une qualité de service (fiabilité). La solution passe notamment par la modernisation des infrastructures existantes (voies, matériels et services). La focalisation sur le MIRAGE POCL a engendré le désengagement des investissements sur nos trains du quotidien, a accru le manque d’attractivité économique de tous nos territoires, nous a interdit de penser autrement que par le TGV les besoins de tous nos concitoyens (grandes villes, villes moyennes et campagnes).
OUI à l’abandon du POCL et VITE réfléchissons en 21ème siècle et non plus comme il y a 40 ans.
Le progrès oui, mais le vrai!
Robert Mileta, citoyen du Cher, usager quotidien du train.

Signaler un abus

Un projet imposé ?? c est le seul vrai projet dans sa version ouest structurant pour le territoire francais qui permet de permet de rejoindre des métropoles comme clermont orléans a paris ou lyon dans des temps corrects sans oublier des villes moyennes comme bourges chateauroux blois… qd je vois que mon tgv s arrête aujourd’hui a sable sur sarthe pour 2 pequins la est l abberation de la politique tgv passée pas celle relier des métropoles !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Vers une résiliation à tout moment de son assurance de prêt

La proposition de loi a été adoptée par l’Assemblée nationale.


Action Logement Auvergne-Rhône-Alpes a tenu sa convention annuelle

A l’occasion de cet évènement organisé au Palais de la Bourse de Lyon, l’organisme paritaire a signé une convention de partenariat avec la foncière solidaire du Grand Lyon.


Un deuxième comité de pilotage national de l’habitat inclusif

L’ambition du gouvernement est de faire de l’habitat inclusif « un pilier des politiques du logement pour les personnes ayant besoin d’être accompagnées dans leur autonomie ».


Un atelier de concertation grand public sur la ZFE ce mercredi

La concertation citoyenne sur la zone à faibles émissions de la Métropole de Lyon se poursuit jusqu’au 5 février. Le prochain atelier se déroule ce 24 novembre.


Saint-Bonnet-de-Mure : Alliade Habitat construit 40 logements

Ces logement ont été pensés avec le BIM.


Un protocole pour accélérer la production de logements intermédiaires

Le groupe Action Logement, le ministère du Logement et six partenaires ont signé un document pour mettre en place de nouveaux dispositifs favorisant la production dans ce segment.


Le PNR du Pilat, territoire rural en croissance soutenue

nullCe parc naturel régional, territoire rural en croissance démographique soutenue, dépend fortement des villes qui l’entourent, avec une double influence de Lyon et de Saint-Étienne.


La consultation sur le métro cumule déjà plus de 5.000 avis

nullLe SYTRAL a communiqué sur les résultats de la première phase de la grande consultation publique portant sur le développement du réseau métro.


Réaménagement de la rive droite du Rhône : la concertation est lancée


La Métropole et la Ville de Lyon ont annoncé avoir lancé la concertation préalable au réaménagement de la rive droite du Rhône du 8 novembre au 30 décembre.


La perspective de la note du SYTRAL rehaussée par Moody’s

L’agence de notation a annoncé rehausser à stable la perspective de la note Aa2 du SYTRAL.


La ligne C16 va accueillir les premiers bus électriques sur batterie

Le président du Sytral, Bruno Bernard, a présenté ce lundi à Lyon les premiers bus électriques dont la mise en service est prévue le 22 novembre sur cette ligne forte de transport en commun reliant Vénissieux à Villeurbanne. Ceux-ci fonctionnent exclusivement sur batterie.


Pour le climat, Grégory Doucet affirme l’importance de la coopération entre villes

Le maire de Lyon était en déplacement à Leipzig dans le cadre de l’assemblée générale d’ « Eurocities ».


Début de la concertation sur la 1ère étape de la ZFE

Ce mercredi, la 1ère étape de la concertation démarre sur le périmètre de l’actuelle zone à faible émission. Elle consiste en une interdiction des véhicules particuliers classés Crit’Air 5 et non classés en juillet 2022.


Thierry Kovacs réélu président du SMT AML

Le président de Vienne Condrieu Agglomération a été réélu président du syndicat des mobilités des territoires de l’aire métropolitaine Lyon Saint-Etienne.


France Rénov’, nouveau nom du service public de rénovation de l’habitat

Celui-ci délivrera à compter du 1er janvier 2022 l’information, le conseil et l’accompagnement des ménages.