Wauquiez met la pression sur Macron avant sa visite en Auvergne

Avant la visite du président de la République en Auvergne, le président des républicains demande un engagement ferme pour la LGV reliant Paris à Lyon en passant par Clermont-Ferrand.

Emmanuel Macron se déplace ce jeudi et vendredi en Auvergne. Le président de la République se rendra d'abord sur le site de Ladoux, pour visiter le centre de recherches de l'entreprise Michelin. Il déjeunera ensuite à Aurières, chez un producteur de Saint-Nectaire, avant de présenter ensuite, à Saint-Genès-Champanelle, à 15 heures, ses vœux au monde agricole. Le soir, il se rendra à Chamalières, au lycée général et lycée des métiers de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme, et dinera sur place.

Avant ce déplacement, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez (qui est d’ailleurs l’invité ce soir de l’émission politique de France 2), a souhaité mettre la pression sur le président de la République sur la question des territoires, en pointant le possible abandon du projet POCL, ligne à grande vitesse qui pourrait un jour relier Paris, Orléans, Clermont-Ferrand et Lyon, en passant par Roanne. Il a ainsi rendu public un courrier, adressé au président de la République.

Un grand projet d’aménagement structurant

« L’annonce du renoncement aux grands projets d’infrastructures, malgré des engagements majeurs, de nombreuses décisions de justice et l’expression des habitants des territoires, suscite, par contrecoup, une très forte inquiétude quant à l’avenir de la ligne à grande vitesse Paris Orléans Clermont Lyon (POCL) », a indiqué le président de Région.

Ce dernier met en avant le fait que ce grand projet d’aménagement ferroviaire est structurant pour Auvergne Rhône-Alpes et qu’il l’est tout particulièrement pour le désenclavement de l’Auvergne et la poursuite de son développement économique.

Il rappelle également, dans ce courrier, que des engagements forts avaient été pris par l’État depuis 2008, notamment à travers l’inscription dans la loi de programmation du Grenelle de l’environnement du 23 juillet 2009. Il rappelle ainsi que « la population, les chefs d’entreprise et les élus locaux manifestent une très forte attente vis-à-vis de ce grand projet d’infrastructure ». « Ils vivraient comme une trahison une défaite de l’intérêt général l’abandon de cette LGV auquel nous tenons fortement », indique-t-il dans sa lettre.

Le POCL délaissé au profit du Grand Paris ?

Le nouveau président du parti « Les républicains » pointe également une politique de transports financièrement tournée vers la capitale. « Il est très frappant de noter que ce grand projet est estimé à 13 milliards d’euros, ce qui équivaut à la seule dérive des coûts du Grand Paris Express, que la Cour des comptes a réévalués la semaine dernière de 25,5 à 38,5 milliards d’euros. Une politique d’aménagement du territoire qui se limiterait au chantier du Grand Paris et mettrait à l’arrêt les infrastructures de transport de province ne serait pas acceptable », indique-t-il.

L'État doit selon lui respecter ses engagements vis-à-vis des territoires. « Consacrer les crédits destinés aux grandes infrastructures parisienne et négliger les besoins de nos territoires nous interrogerez sur votre conception de l’égalité républicaine », écrit-il. Il demande enfin, au nom de la Région, « un engagement ferme dans la réalisation de cette infrastructure ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Bonjour,
Le POCL est un projet imposé et inutile qui a déjà coûté très cher aux contribuables et a fait perdre énormément de temps à nos territoires pour se développer économiquement. Une ligne à grande vitesse (pour les seuls TGV) est uniquement rentable pour faire circuler des clients entre deux grandes métropoles (PARIS/LYON, NORD/SUD). Les arrêts intermédiaires dans les villes moyennes ne sont pas rentables et donc rares. Le POCL n’est pas la solution pour le développement des territoires : nos villes moyennes et campagnes ont besoin d’une offre de trains fréquents, de proximité, accessibles en prix, confortables et avec une qualité de service (fiabilité). La solution passe notamment par la modernisation des infrastructures existantes (voies, matériels et services). La focalisation sur le MIRAGE POCL a engendré le désengagement des investissements sur nos trains du quotidien, a accru le manque d’attractivité économique de tous nos territoires, nous a interdit de penser autrement que par le TGV les besoins de tous nos concitoyens (grandes villes, villes moyennes et campagnes).
OUI à l’abandon du POCL et VITE réfléchissons en 21ème siècle et non plus comme il y a 40 ans.
Le progrès oui, mais le vrai!
Robert Mileta, citoyen du Cher, usager quotidien du train.

Signaler un abus

Un projet imposé ?? c est le seul vrai projet dans sa version ouest structurant pour le territoire francais qui permet de permet de rejoindre des métropoles comme clermont orléans a paris ou lyon dans des temps corrects sans oublier des villes moyennes comme bourges chateauroux blois… qd je vois que mon tgv s arrête aujourd’hui a sable sur sarthe pour 2 pequins la est l abberation de la politique tgv passée pas celle relier des métropoles !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un marché locatif « fortement touché par la récession », selon une étude

A l’initiative de Cushman & Wakefield, une étude rédigée par un think tank international composé de chercheurs et d’économistes du monde entier aborde les conséquences de la crise sanitaire sur l’immobilier de bureaux.


Jean-Pierre Berger, nouveau président du SCOT Sud-Loire

Il succède à Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, président de Saint-Etienne Métropole.


Fermeture de la traversante entre la rue des Capucins et la rue Terme

Un segment de rue situé dans le premier arrondissement de Lyon est désormais fermé à la circulation de véhicules motorisés.


Alliance de Dynacité et de la CERA dans le logement intermédiaire

Les deux entités ont annoncé mercredi créer MyLi, une société spécialisée dans la production et la gestion de logements locatifs intermédiaires.


Fabien Bagnon, nouveau président de LPA

Le 13ème vice-président de la Métropole de Lyon chargé des mobilités actives été élu PDG de l’entreprise par le conseil d’administration de la SEM.


La commission permanente adopte des mesures face à la crise sanitaire

La commission permanente s’est réunie et a adopté une série de délibérations pour faire face à la crise sanitaire du Covid- 19.


Avec l’usage croissant du vélo, la mortalité des cyclistes augmente

Avec le passage du tour de France à Lyon, la préfecture a tenu à sensibiliser les usagers.


Les zones d’emploi des Métropoles regroupent la moitié de l’emploi de la région

L’Insee Auvergne-Rhône-Alpes a publié une étude, réalisée avec la Direccte, sur les nouvelles zones d’emploi de la région.


Le salon pour le logement des jeunes moins fréquenté du fait de la Covid


Cet événement qui se tient chaque année en septembre a pu être organisé en seulement quelques jours au sein de l’Hôtel de Ville de Lyon, suite à l’autorisation de la municipalité.


Rencontre prévue entre Eric Piolle et la majorité de Villeurbanne pour un partage d’expérience

Celle-ci aura lieu ce samedi.


En Auvergne-Rhône-Alpes, la population regroupée sur un dixième du territoire

Une récente étude de l’INSEE montré que les deux tiers de la population d’Auvergne-Rhône-Alpes se trouvaient, en 2016, localisés sur 11 % du territoire.


La centrale de production de froid de Dalkia opérationnelle à la Part-Dieu

Celle-ci amène une climatisation économe en énergie dans le quartier et participe à la climatisation de 70 bâtiments du quartier, dont la tour Part-Dieu, Silex, Sky56, ou encore le Campus Orange.


Travaux en cours pour le prolongement de la ligne de tramway T2

Dans l’optique de relier au printemps prochain Saint-Priest Bel-Air à Confluence, le SYTRAL démarre les travaux d’infrastructure.


La droite critique le cumul des mandats de Bruno Bernard


Le rassemblement de la droite et du centre à la Métropole de Lyon s’est fendu d’un communiqué critique suite à l’élection de Bruno Bernard en tant que président du Sytral.


Après la présentation du plan de relance, la FRTP veut des actes


Suite à la présentation de« France Relance », la fédération des travaux publics a salué « de réelles ambitions qui doivent se traduire en actes ».
» 6,7 milliards d’euros pour la rénovation énergétique au coeur du plan de relance