Auvergne-Rhône-Alpes dénonce la réforme de l’apprentissage

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a critiqué la réforme qui, selon elle, recentralise et fragilise les centres de formation.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes donne de la voix sur la question de la réforme de l’apprentissage. Les Régions de France ont rencontré, le 15 janvier, le Premier ministre Edouard Philippe, dans le cadre de la préparation de la loi qui sera présentée au printemps sur la réforme de l’apprentissage. La Région met d’ores et déjà l’exécutif en garde contre les risques d’une réforme « dont le contenu met en péril l’équité entre les territoires, fragilise les territoires ruraux et compromet l’avenir de certains métiers et centres de formation ».

Pour Stéphanie Pernod Beaudon, la vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes déléguée à la Formation professionnelle et à l’Apprentissage, cette réforme « met en danger les centres de formation d’apprentis ancrés au cœur de nos territoires ». Jusqu’à présent gestionnaires de la politique de l’apprentissage, les Régions ont pu garantir des formations correspondant aux besoins et aux spécificités des emplois nécessaires pour le développement des entreprises de leur région. Le gouvernement semble, selon elle, avoir en partie entendu, lors des récentes rencontres avec la ministre du Travail et le ministre de l’Education, l’intérêt de conserver les Régions dans le dispositif. Mais la réforme en préparation «ne doit pas se faire au détriment des territoires et des différents métiers qui sont la clé des emplois de demain, prévient-elle.

"Vision parisienne"

« La réforme proposée par le gouvernement témoigne d’une vision parisienne erronée qui oublie les spécificités de notre pays dont la force est faite de la diversité de ses territoires et de besoins en formation spécifiques selon les bassins d’emploi », indique-t-elle.

La remise en cause du pilotage des CFA par les Régions au profit des branches professionnelles aboutirait à s’éloigner de la réalité des enjeux du terrain. En voulant confier l’apprentissage aux multiples branches professionnelles, le gouvernement multiplie les interlocuteurs et les frais de fonctionnement induits, soumet les choix au poids national des branches professionnelles pas toujours représentatives des besoins en emploi des entreprises locales et se prive de la vision de proximité acquise par l’expérience des Régions.

Selon la Région, « au détriment de l’intérêt général », la réforme vise « à privatiser le fonctionnement de l’apprentissage au profit des intérêts particuliers des branches ». Cela compromettra, pour elle, « non seulement l’avenir de centres de formation ancrés au cœur de nos territoires ruraux mais mettra en plus en péril les formations spécifiques locales, à l’image des métiers de bouche et de l’hôtellerie qui, en Auvergne-Rhône-Alpes, constituent l’écosystème et le dynamisme de notre région ».

La Région vigilante

La Région se dit vigilante du bon octroi des deniers publics de l’apprentissage en fonction des demandes des entreprises, des territoires, des besoins des apprentis et des CFA, en gèrant avec un coût de fonctionnement limité ce budget « puisqu’elle reverse non seulement la totalité des recettes issues de la taxe d’apprentissage par l’Etat mais verse en plus, en propre, près de 13 millions d’euros par an aux actions pour le développement de l’apprentissage »

Pour Stéphanie Pernod Beaudon, « jamais au cours de ces dernières années les branches professionnelles n’ont alloué des fonds libres de taxe d’apprentissage en dehors de leur propre branche. Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, le subventionnement par la Région des Centres de Formation pour Apprentis, ne constitue pas une «subvention d’ équilibre » destinée à pallier une mauvaise gestion des CFA, elle permet au contraire un pilotage fin de leurs ressources en fonction de leurs besoins, des besoins des territoires et des entreprises. En plus d’une chute du nombre d’apprentis visible dès le court terme, on verra à long terme se dupliquer à l’apprentissage les défauts du système de la formation professionnelle ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Pollutec : la navette Mia officiellement présentée

La navette a été présentée mardi avant sa mise en service sur le site de la ZAC des Gaulnes à Meyzieu-Jonage en janvier prochain.


Gecina vend un portefeuille d’immeuble pour 266 millions d’euros

L’immeuble comprend notamment les immeubles Terralta et Panoramic.


Les prix de l’immobilier en baisse à Lyon sur 3 mois, selon LPI Seloger

LPI Seloger a fait état lundi de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier, sur trois mois et un an.


Lyon, métropole la plus recommandée par ses actifs

null
RégionsJob et Hays ont publié une étude basée sur plusieurs critères, comme le marché du travail, la qualité des infrastructures, ou encore la culture et l’environnement.


HOP et Ouibus lancent une offre intermodale bus/avion

La compagnie aérienne a lancé mercredi une nouvelle offre de transport intermodale en partenariat avec Ouibus à Lyon-Saint Exupéry.


Le plan hivernal 2018-2019 a été présenté mardi

Sur la circonscription du Rhône, l’État va mobiliser 1.200 places, dont 880 places mobilisables dans le courant de l’hiver et 320 places mobilisables en période de grand froid.


Bientôt une navette autonome au sein de la ZAC des Gaulnes

La Métropole de Lyon va permettre le projet de navette autonome « MIA » sur ce site situé à Meyzieu-Jonage, en consacrant un budget de 180.000 euros pour l’aaménagement des voiries du secteur.


Vers une péréquation horizontale des recettes de droits de mutation

C’est ce que Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a annonce vendredi devant le congrès de l’Assemblée des départements de France.


Lyon a reçu le prix de « Capitale européenne du tourisme durable »

Lyon a été distinguée lors de la « Journée Européenne du Tourisme », organisée hier à Bruxelles par la Commission européenne.


Lyon 5 : Le local du Bastion Social, quai Pierre Scize, fermé

La Ville de Lyon a pris un arrêté, motivant celui-ci par l’état des locaux, qui « compromet gravement la sécurité du public ».


Sully Promotion rachète Copra Rhône-Alpes

La fusion de ces deux acteurs de la promotion immobilière va permettre de constituer une entité générant plus de cent millions d’euros de chiffre d’affaires.


Gérard Collomb réélu maire de Lyon

Le conseil municipal de Lyon procédait ce matin à l’élection du maire de Lyon. L’ex-ministre de l’Intérieur a, sans surprise, retrouvé son fauteuil.


Vers une desserte quotidienne du Grand Stade

Le Sytral a lancé un appel d’offres pour une mission de maîtrise d’oeuvre afin de réaliser une étude sur les évolutions de la ligne T3, avec notamment une desserte quotidienne du Grand Stade.


Premier coup de pelle pour la station de métro « Oullins-Centre »

Cette station sera reliée au point d’arrêt actuel de la ligne B, situé à la gare d’Oullins, et au futur terminus de la ligne B de métro qui sera mise en service en 2023, « Saint-Genis-Laval/Hôpitaux-Sud ».


Ouverture ce jeudi de Viving, salon des projets de la maison

null
Ce salon se tient du 18 au 21 octobre à Eurexpo Lyon, et vise à préparer et concrétiser tous les projets de la maison.