Auvergne-Rhône-Alpes dénonce la réforme de l’apprentissage

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a critiqué la réforme qui, selon elle, recentralise et fragilise les centres de formation.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes donne de la voix sur la question de la réforme de l’apprentissage. Les Régions de France ont rencontré, le 15 janvier, le Premier ministre Edouard Philippe, dans le cadre de la préparation de la loi qui sera présentée au printemps sur la réforme de l’apprentissage. La Région met d’ores et déjà l’exécutif en garde contre les risques d’une réforme « dont le contenu met en péril l’équité entre les territoires, fragilise les territoires ruraux et compromet l’avenir de certains métiers et centres de formation ».

Pour Stéphanie Pernod Beaudon, la vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes déléguée à la Formation professionnelle et à l’Apprentissage, cette réforme « met en danger les centres de formation d’apprentis ancrés au cœur de nos territoires ». Jusqu’à présent gestionnaires de la politique de l’apprentissage, les Régions ont pu garantir des formations correspondant aux besoins et aux spécificités des emplois nécessaires pour le développement des entreprises de leur région. Le gouvernement semble, selon elle, avoir en partie entendu, lors des récentes rencontres avec la ministre du Travail et le ministre de l’Education, l’intérêt de conserver les Régions dans le dispositif. Mais la réforme en préparation «ne doit pas se faire au détriment des territoires et des différents métiers qui sont la clé des emplois de demain, prévient-elle.

"Vision parisienne"

« La réforme proposée par le gouvernement témoigne d’une vision parisienne erronée qui oublie les spécificités de notre pays dont la force est faite de la diversité de ses territoires et de besoins en formation spécifiques selon les bassins d’emploi », indique-t-elle.

La remise en cause du pilotage des CFA par les Régions au profit des branches professionnelles aboutirait à s’éloigner de la réalité des enjeux du terrain. En voulant confier l’apprentissage aux multiples branches professionnelles, le gouvernement multiplie les interlocuteurs et les frais de fonctionnement induits, soumet les choix au poids national des branches professionnelles pas toujours représentatives des besoins en emploi des entreprises locales et se prive de la vision de proximité acquise par l’expérience des Régions.

Selon la Région, « au détriment de l’intérêt général », la réforme vise « à privatiser le fonctionnement de l’apprentissage au profit des intérêts particuliers des branches ». Cela compromettra, pour elle, « non seulement l’avenir de centres de formation ancrés au cœur de nos territoires ruraux mais mettra en plus en péril les formations spécifiques locales, à l’image des métiers de bouche et de l’hôtellerie qui, en Auvergne-Rhône-Alpes, constituent l’écosystème et le dynamisme de notre région ».

La Région vigilante

La Région se dit vigilante du bon octroi des deniers publics de l’apprentissage en fonction des demandes des entreprises, des territoires, des besoins des apprentis et des CFA, en gèrant avec un coût de fonctionnement limité ce budget « puisqu’elle reverse non seulement la totalité des recettes issues de la taxe d’apprentissage par l’Etat mais verse en plus, en propre, près de 13 millions d’euros par an aux actions pour le développement de l’apprentissage »

Pour Stéphanie Pernod Beaudon, « jamais au cours de ces dernières années les branches professionnelles n’ont alloué des fonds libres de taxe d’apprentissage en dehors de leur propre branche. Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, le subventionnement par la Région des Centres de Formation pour Apprentis, ne constitue pas une «subvention d’ équilibre » destinée à pallier une mauvaise gestion des CFA, elle permet au contraire un pilotage fin de leurs ressources en fonction de leurs besoins, des besoins des territoires et des entreprises. En plus d’une chute du nombre d’apprentis visible dès le court terme, on verra à long terme se dupliquer à l’apprentissage les défauts du système de la formation professionnelle ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La remise en cause de la TVA réduite inquiète le secteur du bâtiment

La FFB et la CAPEB se sont inquiétées des récentes déclarations de Bruno Le Maire/


Des rames entièrement rénovées pour le funiculaire de Fourvière

Le Sytral a inauguré vendredi les nouvelles rames de l’infrastructure desservant le Vieux Lyon, Saint-Just et Fourvière.


Mort de Fernand Galula, un grand nom de la presse lyonnaise

Il avait fondé ou développé plusieurs titres de la presse lyonnaise, comme «l’Activité Immobilière», «Les Petites Affiches Lyonnaises», mais aussi «Lyon Capitale» et «Tribune de Lyon». Le maire de Lyon, Georges Képénékian, lui a rendu hommage.


La loi ELAN en discussion à l’Assemblée nationale

Le projet de loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique est depuis ce mercredi en discussion à l’Assemblée nationale.


Un nouveau président pour la chambre des notaires de l’Isère

null
Maître Philippe Wuthrich a été élu nouveau président par les 235 notaires du département.


La population d’Auvergne-Rhône-Alpes dépasse 8 millions d’habitants

Le territoire a ainsi gagné plus de 150.000 habitants supplémentaires entre 2015 et 2018.


Prix de l’immobilier à Lyon : hausse dans tous les arrondissements

null
Plus aucun arrondissement ne voit ses prix signés baisser sur un an, selon le dernier baromètre LPI-Seloger. Dans 4 arrondissements sur 9, les hausses de prix au m² sont à deux chiffres.


Saint-Priest : Act’Y Urban’East lancé début mai

Urban’East développera à terme 138.000 m² d’activités mixtes. En son sein, Act’Y Urban’East comprendra 4 bâtiments de 2.000 m² divisibles à partir de 500 m².


La perspective de note du SYTRAL ajustée par Moody’s

L’agence de notation a ajusté la perspective de la note de stable à positive.


Lyon investit dans de nouvelles écoles

5 nouvelles écoles vont être créés d’ici 2020. La création de 3 nouveaux groupes scolaires est déjà engagée, et 2 sont à venir.


1.700 créations d’emplois dans le secteur privé, mais des pertes dans l’immobilier

Le rapport national sur l’emploi en France d’ADP® du mois d’avril a fait état de dynamiques variées selon les secteurs d’activité.


Lyon 1 : des travaux préparatoires à une sécurisation de la place Colbert

null
La coupe de plusieurs arbres malades ou responsables des fissures constatées sur les murs de soutènement de la place a débuté ce lundi.


Des prix de l’immobilier toujours en forte hausse à Lyon

Selon LPI-Seloger, les prix sont toujours en hausse de 9% sur 12 mois à Lyon. Sur les trois derniers mois, on notera toutefois une petite correction des prix dans la ville.


Une aide financière de la Métropole de Lyon pour les vélos électriques

A l’occasion du Conseil métropolitain de vendredi, une délibération permettant d’obtenir une aide financière pour l’achat de plusieurs types de vélos a été votée.


Le carrefour Pinel-Rockfeller fermé

Dans le cadre des travaux du T6 et de son raccordement avec les autres lignes de tramway sous maîtrise d’ouvrage Sytral, le carrefour Pinel-Rockfeller est désormais fermé pour 4 mois.