Loi ELAN : construire plus, plus vite et partout

TRIBUNE - Didier Kling est le président de la Chambre nationale des conseils experts en immobilier patrimonial (CNCEIP).

Le projet de loi ELAN (Evolution du logement, de l'aménagement et du numérique), à l'initiative du Gouvernement, actuellement débattu à l'Assemblée Nationale poursuit trois objectifs : construire du logement et promouvoir la mixité des fonctions urbaines, contractualiser les opérations d'aménagement entre acteurs publics et privés, revitaliser les centres-villes.

Classe d'actifs plébiscitée par les Français, il s'avère toutefois que notre pays ne dispose assez de logements neufs pour répondre à la demande. Ainsi et pour y remédier, il faudrait en construire 500 000 par an, pendant 10 ans.

Bien entendu, les mises en chantier ont connu un accroissement notable de 15,7% l'an passé, mais le rebond est loin de satisfaire aux nécessités. Depuis l'automne dernier, les promoteurs estiment que le marché est en train de repartir à la baisse après avoir atteint son plus haut niveau sur les 10 dernières années. Pourquoi ce retard ? En 30 ans, notre démographie s'est accrue de 57 à 67 millions d'habitants mais les réglementations, les procédures administratives, les recours en justice se sont multipliés, complexifiant la construction. Sans compter la hausse des prix du foncier à bâtir.

Quel est le constat ? En région parisienne, un ménage francilien sur dix a changé de logement, à Paris ou dans un département de petite couronne. Toutefois, changer de logement en Île-de-France s'avère en fait plus difficile qu'en province. En effet, la relative faiblesse du niveau de la construction durant la période 2006-2013 et le coût du logement freinent les mobilités résidentielles des ménages franciliens. En province, la région Centre qui gagnerait 8 350 ménages chaque année d'ici 2020, si les tendances récentes se prolongeaient aurait besoin de 9 600 logements par an. En Rhône-Alpes, PACA, Nord-Pas-de-Calais, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, on constate aussi une pénurie.

Il est donc temps de créer un « choc de l'offre », tout en assouplissant les règles, pour construire plus et plus vite, en Île de France mais aussi en Régions.

Pour augmenter les mises en chantier, il est nécessaire d'accélérer les procédures des permis de conduire et de lutter contre les recours abusifs ; 300.000 constructions étant aujourd'hui bloquées en France, pour ces motifs. Mais aussi de libéraliser le foncier public, en appliquant une décote pouvant aller jusqu'à 100 % lors de la cession de terrains destinée à du logement intermédiaire ou à des activités d'intérêt économique majeur.

Par ailleurs, un choc de l'offre n'ira pas sans un choc de simplification. A l'exception des normes de sécurité, il doit être donné un coup d'arrêt à la normalisation excessive durant le quinquennat, voire à l'assouplir les réglementations existantes. Notamment, la faculté pour les collectivités compétentes d'instaurer une concertation publique préalable au dépôt de permis de construire de certains projets qu'elles définissent, compte tenu des distorsions générées entre territoires, du double emploi avec le processus de concertation sur le PLU et de l'alourdissement de l'instruction de l'autorisation.

De plus, pour libérer et offrir de nouvelles opportunités, un partenariat public-privé doit responsabiliser les acteurs sur les objectifs à atteindre, pour construire et rénover plus de bâtiments.

Enfin, faciliter la transformation des bureaux vides en logements qui représentent à ce jour 500 000 m², tout en prévoyant un bonus de constructibilité de 30% au lieu de 10%.

Ces pistes législatives pourraient alors diminuer considérablement les tensions sur le marché de l'immobilier accentuées depuis la crise de construction en 2011.

L'auteur de cette tribune, Didier Kling, est le président de la CNCEIP, unique organisation professionnelle représentative de la chaîne des métiers de l'investissement immobilier patrimonial, née de la convergence de deux syndicats professionnels  (CNCEF et UPMIP) et de professionnels.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La FFB se félicite des annonces de Bruno Le Maire pour le bâtiment

La fédération a qualifié de positives les annonces du ministre de l’économie réalisées à l’occasion du congrès de la FFB à La Baule.


Vénissieux : Nacarat construit la dernière opération de «Jardins du Monde»

Le groupe a inauguré il y a quelques jours la résidence « Osmose » et a posé la première pierre de « Connect », deux opérations situées dans l’îlot Romain Rolland.


Villeurbanne : Nexity a inauguré T-Vert

Le promoteur a inauguré le 5 juin cette résidence située à l’angle de la rue Geoffray et de la rue de Fontanières.


Loi ELAN : construire plus, plus vite et partout

null
TRIBUNE – Didier Kling est le président de la Chambre nationale des conseils experts en immobilier patrimonial (CNCEIP).


«Des valeurs foncières moins élevées pourraient réguler les prix»

Michel le Faou est adjoint au maire de Lyon et vice-président de la Métropole délégué à l’urbanisme, au renouvellement urbain, à l’habitat et au cadre de vie. Lyon Pôle Immo évoque avec lui la tension observée sur les prix de l’immobilier au sein de la Métropole de Lyon.


« La loi ELAN devrait améliorer les processus, les fluidifier, et les accélérer »

null
Michel le Faou est adjoint au maire de Lyon et vice-président de la Métropole délégué à l’urbanisme, au renouvellement urbain, à l’habitat et au cadre de vie. Lyon Pôle Immo revient avec lui sur plusieurs sujets, dont le projet de loi ELAN, actuellement en discussion à l’Assemblée nationale.
» « La réouverture de Vivier-Merle est prévue pour 2020, j’espère même un peu avant »
» «Des valeurs foncières moins élevées seraient de nature à réguler les prix»
» PLU-H : « Les positions des personnes publiques associées sont globalement positives »


Capelli annonce une poursuite de sa croissance, et déménage

Le groupe a fait état d’une hausse de 29% de son chiffre d’affaires consolidé à 162,5 millions d’euros, et a indiqué, dans le même temps, déménager son siège social de Champagne-au-Mont-d’Or à Paris.


Baisse des ventes de logements neufs, mais hausse des prix

La FPI a fait état ce jeudi de son point trimestriel au niveau national sur l’évolution des ventes de logements neufs au niveau national. Les prix sont en nette hausse, au niveau national, mais aussi, de façon plus marquée à Lyon.


Changement à la tête de BNP Paribas Immobilier Promotion Résidentiel en Rhône-Alpes

Guillaume Berthier a rejoint BNP Paribas Immobilier Promotion Résidentiel en tant que Directeur de l’agence dans ce secteur.


Recul, sur trois mois, des mises en chantier de logements

null
Les constructions de logements sont en assez nette baisse, comparé aux trois mêmes mois de 2017.


Nomination chez Sogeprom

Caroline Fortier a été nommée directrice générale du groupe Sogeprom, filiale de Société Générale. Elle prendra ses fonctions à compter du 1er juillet 2018.


« Nous ne sommes pas dans une course au volume »

Olivier Badarelli est le nouveau directeur général de SLC Pitance. A l’occasion des 60 ans de la société, il évoque l’histoire de la société et le positionnement de la société sur les marchés lyonnais et genevois.


« Il y a, à Lyon, une volonté politique forte et une culture de la concertation »

Olivier Wigniolle est le directeur général d’Icade.


Pose de la 1ère pierre du groupe scolaire Rosa Parks

null
La première pierre de ce complexe situé au sein de la ZAC du Gratte-ciel a été posée le 26 avril en présence du maire de Villeurbanne.


Les artisans du bâtiment restent vigilants

La CAPEB d’Auvergne-Rhône-Alpes a publié vendredi sa dernière étude de conjoncture.