Les principales niches fiscales immobilières dans le viseur de Bercy

De la TVA à 5.5% au dispositif Scellier, tour d’horizon des niches fiscales dont la suppression ou la réforme sont actuellement étudiées par Bercy.

Les niches fiscales immobilières pourraient bien pâtir des prochaines dispositions qui seront annoncées la semaine prochaine par le gouvernement. Benoist Apparu ne l’a pas confirmé, mais le ministère du logement pourrait donc être mis lourdement à contribution dans les prochains jours pour trouver une partie des 10 milliards d’euros d’économies, prévus par le gouvernement afin de diminuer les déficits publics. PTZ+, abattements sur plus-values : tour d’horizon des principales niches fiscales, de leur coût et des principales réformes envisagées.

TVA à 5.5% : 5.05 milliards d’euros

Le taux de TVA à 5,5 % pour les travaux d’amélioration, de transformation, d’aménagement et d’entretien portant sur des logements achevés depuis plus de deux ans est la niche fiscale la plus couteuse pour l’Etat. Elle coute en effet chaque année 5.05 milliards à l’Etat. Mais elle pourrait bien ne pas être visée par Bercy, du fait de l’impact négatif qu’aurait un relèvement de la TVA pour le secteur de l’artisanat. Reste que Gilles Carrez a récemment évoqué l’idée de pouvoir relever le taux à 8 ou 9%, pour pouvoir relever le rendement fiscal de la taxe. Benoist Apparu ne parait toutefois pas emballé par une telle idée, indiquant qu’un troisième taux de TVA serait source de complexité.

PTZ+ : 2.6 milliards d'euros

A l’origine, l’objectif du PTZ+ était déjà de faire des économies. Car les mesures que le PTZ+ a remplacées (ancien prêt à taux zéro, Crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt, pass foncier…) auraient couté, sans cela, 4,4 milliards en 2013. Reste que l’idée d’une nouvelle ponction sur les aides accordées à certains ménages fait son chemin. Alors qu’auparavant, le PTZ+ était accordé à tout primo-accédant, l’idée d’imposer des conditions en termes de revenus fait son chemin. Le dispositif pourrait en outre fusionner avec l’éco-PTZ+.

Scellier : 2.3 milliards d’euros

L’hypothèse défendue par Gilles Carrez, le rapporteur général UMP de la commission des finances à l’Assemblée nationale, d’une réduction du taux de déduction dans le cas d’un investissement locatif dit « Scellier » fait son chemin. Au lieu des 22% accordés aujourd’hui pour un logement BBC, cette réduction d’impôt pourrait passer à 15 %. Alors qu’il coutait 4 milliards l’an dernier, et que son coût a déjà été ramené à 2.3 milliards cette année, le coût du dispositif pourrait ainsi passer à 1,2 milliard, avec un objectif moins ambitieux de 45.000 logements par an. Reste que cette mesure pourrait se traduire par une accentuation de la crise dans le neuf, alors même que le secteur subit de plein fouet une crise depuis début 2011 :« si un coup de rabot supplémentaire au dispositif Scellier est apporté en 2012, nous descendrons peut-être à 80 000 ventes de logements neufs l’an prochain, contre 115 000 en 2010» prévenait récemment Marc Pigeon, le président de la FPI, au Figaro.

Crédit d’impôt pour les économies d’énergie : 1.95 milliards

Le dispositif issu du Grenelle de l’environnement a l’un des couts les plus élevés pour l’Etat. Il pourrait toutefois ne pas être touché par le tour de vis de Bercy, beaucoup d’emploi ayant été créé dans le secteur, grâce à cette mesure.

Déduction des grosses dépenses de réparations : 850 millions

Tout comme la TVA à 5.5% sur les travaux de rénovation et le crédit d’impôt sur les énergies renouvelable, cette déduction devrait subsister, celle-ci pouvant avoir des répercussions sur l’emploi.

Abattement sur les plus-values de cession : non chiffré

Jusqu’ici, un abattement de 10% par an était appliqué à partir de la sixième année sur ces dernières. Au bout de 15 ans, aucune taxe sur la plus-value n’est exigible. Le gouvernement pourrait de ce fait décider de faire passer de 10% à 5% cet abattement, ce qui reviendrait à faire passer à 25 ans le seuil à partir duquel la taxe sur la plus-value n’est plus exigible. Le gouvernement ne devrait toutefois pas toucher à l’exonération sur la résidence principale. De la même façon, les terrains non bâtis ne bénéficieront plus d’une fiscalité avantageuse au bout de 5 ans, avec l’abattement de 10 % par an après ce terme. Ceci devrait ainsi permettre de récupérer 600 millions d’euros par an.

Nouveau coup de rabot de 10% à 15%

L’hypothèse d’un nouveau coup de rabot est acté pour un certain nombre de niches fiscales. Pour ces dernières le gouvernement viserait un rabotage de 10 % « en fin de parcours ». Le coup de rabot ne serait en effet pas appliqué sur les taux de chacune des niches, mais sur l’abattement final. Une déduction d’impôt sur le revenu de 1000 euros serait dans ce cas réduite à 900 euros. L’an dernier, un coup de rabot de 10% sur le pourcentage de 22 avantages fiscaux avait été appliqué.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Merci pour cette revue complète sur les niches concernées par l’immobilier. Les montants en jeu permettent de mieux se rendre compte du niveau auquel l’État soutien les prix de l’immobilier.

Par rapport aux plus-values, au printemps des rumeurs laissées entendre que les prélèvements sociaux pourraient être prélevés dès le 1er euro et sans prendre en compte les abattements. On a également entendu parler de la possibilité d’instauré cette taxe sur les résidences principales. Il reste à voir si ces deux autres mesures possibles seront appliquées ou pas.

Signaler un abus

C’est vrai que cette question des abattements reste une des nombreuses hypothèses. C’est celle qui revient en tout cas avec le plus d’insistance. Nous n’avons pas tenu compte des rumeurs des plus-values sur la résidence principale, le dossier ayant été enterré par Nicolas Sarkozy lui-même, au terme d’un débat ubuesque au sein de la majorité… Il y a donc très peu de chances que ceci soit ressorti par l’Elysée dans les prochains jours.

Signaler un abus

Bonsoir

Espérons que le PTZ+ sera épargné du coup de rabot prévu sur l’ensemble des niches fiscales…

Il y a tant de demande à l’accession à la propriété que cela bloquerait mécaniquement tout le système et ferait mécaniquement monté l’ensemble des prix de l’immobilier

Signaler un abus

mais Alain, vous êtes sur une autre planète? dès l’annonce du ptz+ 2011, les prix ont été renchéris d’autant!! ca fait des années que je surveille ce marché, et si ce n’était le ptz, il n’y aurait pas eu l’augmentation de 10% depuis debut 2011! si vous comptez acheter, ce sera bien vous qui serez penalisé par la maintien des aides, et qui devrez rembourser ce ptz, alors que les vendeurs l’empochent net!!

Signaler un abus

Je crois que chat1234567 a bien résumé la situation: le PTZ+ aide les gens qui ont déjà du patrimoine, en permettant d’avoir une subvention à la revente. Ajoutez à cela que les plus forts de taux de PTZ+ se font dans les zones tendues… et vous comprendrez que ce dispositif est une fois de plus un dispositif réalisé par les riches pour les riches… On jette l’argent là ou il y en a déjà…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.


Forte hausse des taxes foncières sur 5 ans en France

L’UNPI a publié ce lundi son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties, pour la 13ème fois consécutive.


Réforme de la taxe d’habitation : les trop-perçus remboursés

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé le remboursement du trop-perçu sur le compte bancaire de certains contribuables mensualisés.


Gérard Collomb s’engage à ne pas relever la fiscalité après les élections

Le maire de Lyon a annoncé lundi matin lors de la présentation du compte administratif de l’année 2018 que la Ville ne relèverait pas ses taux d’imposition lors du prochain mandat en 2020.


Dispositif Denormandie : les contours de l’incitation fiscale dévoilés

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a présenté aujourd’hui la nouvelle incitation fiscale destinée à rénover les logements dégradés.


Baisse des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

null
Cet abaissement a été voté lundi lors de la séance du Conseil de la Métropole de Lyon.


Taxe d’enlèvement des ordures ménagères : vers une baisse de la fiscalité

Le président de la Métropole du Grand Lyon, David Kimelfeld, va faire cette proposition fin janvier au prochain Conseil de l’institution.