Pour Cafpi, « il est encore temps de s’endetter »

Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier en crédit immobilier, pense que les taux restent très abordables, et qu’il est encore temps de s’endetter.

Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi, pose la question dans une tribune : « Est-ce le moment d'acheter de l'immobilier ? » Etant donné que les prix sont clairement orientés à la baisse, certains pourraient être tentés de patienter quelques mois, selon le courtier « histoire que la modération ait achevé son œuvre ».

« S'agissant de l'immobilier, on ne dit pas l'essentiel : le temps de la négociation est revenu, au bénéfice des acquéreurs. Dans le neuf, les constructeurs ont anticipé et proposent des offres promotionnelles attrayantes. Quant aux crédits immobiliers, on entend un discours ronronnant, qui rassure certes, mais à courte vue » indique Philippe Taboret.

Si les observateurs, prêteurs, courtiers, économistes, indiquent que les taux sont restés bas, en ajoutant que les banques ont durci leurs exigences en termes d'apport et ne pratiquent plus les durées les plus longues, il faut selon lui relativiser, la situation restant pour lui « exceptionnelle ». « Tout conduit à penser qu'elle aura du mal à passer l'été, et qu'une remontée importante des taux est à prévoir. En outre, se pose la question, qu'on n'évoque même plus, de la notation de la France » indique-t-il.

La dégradation, une menace

« Notre pays, dégradé il y a quelques mois par l'une des trois agences de référence, est sous surveillance, et l'inquiétude est toujours de mise à cet égard. On sait que les plans de rigueur, déjà à l'œuvre ou à venir sous l'impulsion du prochain chef de l'Etat, ne suffiront pas à guérir le malade, et qu'il sera nécessaire que la croissance redonne de la vigueur à son organisme fatigué. Dès lors, (le fait) que les deux agences en reste, passé la trêve des élections présidentielles, s'alignent sur Standard and Poor's est probable » note le dirigeant de Cafpi.

Pour lui, cette probabilité rend « inévitable une remontée des taux au second semestre », sans doute appelés à atteindre les 5 % pour l'emprunteur final.

Il pense donc que s'endetter aujourd'hui « est préférable ». « Si l'on ajoute que le marché lui-même est favorable, il n'y a plus à attendre » note l’emprunteur. « Le message vaut d'ailleurs pour les acquéreurs, certes, mais aussi pour les vendeurs, qui sont souvent tentés de vouloir voir venir : le tempérament des prix et la détente des taux créent en ce moment une situation qu'on ne reverra peut-être pas avant longtemps » conclut le directeur général adjoint de Cafpi.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.