« Nous construisons aujourd’hui la crise de l’immobilier de demain »

Jean Chavot est le président de la FNAIM du Rhône. Il évoque avec Lyon Pôle Immo la tenue du marché immobilier ancien dans le département, et réagit également aux mesures annoncées il y a une semaine par Sylvia Pinel pour relancer la construction. 

Sylvia Pinel a annoncé la semaine dernière des mesures pour relancer la construction de logements, et d'autres visant à relancer le marché immobilier, comme le retour du PTZ+ dans l'ancien dans certaines zones... Qu'en pensez-vous ?

Jean Chavot- Le PTZ+ dans l’ancien, c’est « une bonne mesurette ». Mais nous sommes encore sceptiques, car on nous dit qu’elle est faite dans une optique de revitalisation des zones rurales. Or aujourd’hui, les problèmes que les français ont pour se loger, ce n’est pas tellement dans les zones rurales, pour revitaliser le marché, c’est plus dans les zones urbaines. Nous aurions souhaité que cette mesure, qui est une bonne mesure touche l’ensemble du territoire sur les zones urbaines. La problématique du nombre insuffisant de logements, la difficulté de solvabilisation des primo-accédants, on ne répond pas à cette problématique.

Le principal écueil sur lequel butte le marché, c’est en effet la primo-accession, et le financement de l‘acquisition…

Oui, pour acheter, il faut que les gens aient les moyens. Si on veut leur donner des moyens et relancer le bâtiment pour qu’il y ait des constructions, il faut absolument qu’il y a ait des aides, ou disons des aides incitatives pour inciter les acquéreurs à acheter. Il faut l’élargir à la totalité de l’ancien.

La mesure est donc bonne mais selon vous très limitée?

Trop limitée. Ils ont compris le problème, mais la solution n’est pas bonne insuffisante. C’est comme si, pour soigner mon mal de tête, on me donne un quart de cachet d’aspirine. Le mal de tête ne passe pas.

Il y a toutefois, concernant le PTZ+ dans l'ancien, un problème de coût. Lorsqu’il tournait à plein régime, ce dispositif était une charge pour l‘Etat, et on l’accusait de faire monter, avec d’autres dispositifs, les prix de l’immobilier… Est-ce que ce n’est pas pour cela que le gouvernement a décidé de limiter la portée de ce dispositif aux zones rurales.

Non. Il faut dire que dans le même temps, les droits de mutations baissent. La quote part que touchent les départements recule depuis deux ans, parce que le nombre de mutations baisse. Au lieu de créer une dynamique pour augmenter le nombre de transactions, les conseils généraux ont augmenté la taxe d’enregistrement. On n’a pas résolu le problème. Une annonce a été faite sur le PTZ+ dans les zones rurales, or on sait que le marché n’est pas tendu dans les zones rurales. Ceux qui veulent se loger dans ces zones se logent, et n’ont pas de souci pour cela.Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous ou identifiez-vous






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Bien entendu les professionnels souhaitent des aides afin de conserver des prix élevés et des commissions confortables. Ainsi nos impôts rempliront les poches de ces messieurs.

Signaler un abus

Non mais c’est clair. Élargir le ptz… Écoutez moi ces blaireaux. C’est repousser pour encore mieux sauter.

Signaler un abus

Sur un appartement de 400 000 euros la commission d’agence est d’environ 20 000 euros alors que le « travail » et les frais sont les mêmes que pour un studio de 100 000 euros.Il faut légiférer et les commissions d’agence doivent être un forfait.Les notaires ont 1% et les agences 5% !!!
Entre agences et impôts 12% du prix vendeur, ramenons ces 12% à 3% et les ventes augmenteront.
Arrêtons surtout ces « aides » qui n’en sont pas.Les boulangers n’ont qu’à mettre la baguette à 10 euros et il y aura des A.A.P.(aide à l’achat du pain)financées par nos impôts.

Signaler un abus

« Si on veut leur donner des moyens et relancer le bâtiment pour qu’il y ait des constructions, il faut absolument qu’il y a ait des aides, ou disons des aides incitatives »

Traduire : « c’est au contribuable d’entretenir la bulle et de subventionner les futurs locataires des banques pendant 25 ans »

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : une année 2019 très dynamique dans l’immobilier ancien

La Chambre du Rhône a dévoilé des premiers chiffres à l’occasion de la présentation vendredi par le CECIM des chiffres du logement neuf dans la Métropole de Lyon.


L’activité du marché immobilier à des sommets en 2019 dans le Rhône et à Lyon


Les prix des appartements ont progressé, l’an dernier, de 5,7% à Lyon et de 6,8% dans le Rhône.


«La clé en 2020 sera la politique bancaire au premier trimestre»


Jean-Marc Torrollion est le président de la FNAIM. Présent jeudi aux vœux de la Chambre du Rhône, nous l’avons interrogé sur la dynamique à venir du marché immobilier en 2020.


Immobilier: les ventes demeurent à un niveau élevé en Rhône-Alpes


Les notaires de Rhône-Alpes ont fait part en début de semaine dernière de leur note de conjoncture sur les marchés immobiliers de l’ex-Région.


Immobilier ancien : des prix et une activité au plus haut à Lyon


La FNAIM faisait ce lundi un point semestriel sur l’activité du marché immobilier dans la Métropole et le département du Rhône.


Les prix des maisons en hausse, avec des disparités géographiques

La Chambre des notaires du Rhône a dévoilé mardi son bilan 2018 sur les prix des biens dans la Métropole de Lyon et dans le département du Rhône. Le prix de vente médian des maisons anciennes dans la circonscription augmente et approche les 300.000€.


Immobilier à Lyon : une année 2018 satisfaisante en volume

La Chambre des notaires de Lyon présentait mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018. Notamment sur le front du nombre de ventes, qui sont restées très élevées.


Retrouvez la conférence des notaires sur l’immobilier


La Chambre des notaires du Rhône présente ce mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018.


Un volume de ventes inédit dans le Rhône et la Métropole en 2018

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM a présenté lundi son bilan 2018 en matière d’immobilier dans la Métropole de Lyon.


Immobilier : des volumes de vente toujours élevés selon les notaires

À fin juillet 2018, le volume annuel de transactions reste à un niveau élevé, avec 950.000 ventes réalisées au cours des douze derniers mois. Dans la région, les dynamiques de prix sont très contrastées.


Des prix plutôt en baisse pour les appartements de Rhône-Alpes

Les notaires de France ont fait état de leur dernière note de conjoncture immobilière dans l’ex-région.


Les prix ont augmenté de 3,7% dans la Métropole de Lyon en 2017

null
La Chambre des notaires a fait part ce lundi de son traditionnel bilan annuel en matière d’immobilier dans le Rhône et la Métropole. Les prix ont fortement progressé dans certaines villes comme Lyon et Tassin.


Revivez la présentation de l’observatoire 2017 des notaires du Rhône

Les notaires du Rhône présentent ce matin leur bilan 2017 en matière d’immobilier.


Lyon: les prix dans l’immobilier existant flirtent avec les 4.000€ le m²

Le président de la Chambre des notaires a fait un point, à l’occasion de la conférence annuelle du CECIM, sur la situation du marché immobilier ancien en 2017.


Immobilier : dynamique plutôt positive dans les départements rhônalpins

Les notaires de France ont publié en cours de semaine dernière leur note trimestrielle de conjoncture au niveau régional.