Comment la désertion des bureaux va transcender l’immobilier tertiaire

TRIBUNE - La montée en puissance du télétravail aurait pu signer l’arrêt de mort des bureaux. Paradoxalement, elle attise leurs raisons d’être ! Comme de nombreux secteurs, l’immobilier d’entreprise doit accélérer sa transformation afin de s’adapter à l’évolution des attentes et des usages. Bienvenue dans l’ère des espaces de vie professionnelle, hybrides, collaboratifs et sociabilisants.

Par Ludovic Delaisse, Directeur Général de Cushman & Wakefield France

2020 a été une année bouleversante à bien des égards. L’urgence et l’inédit de la crise sanitaire ont contraint nombre d’entreprises à revoir leurs pratiques organisationnelles et leurs processus de production. S’il y a un domaine qui a été particulièrement impacté, ce sont bien sûr les ressources humaines. Le travail à distance a chamboulé les rapports au travail, au bureau et à l’entreprise. Il s’est imposé comme un défi majeur tant au niveau organisationnel que managérial.

Les managers intermédiaires sont en première ligne pour accompagner les équipes alors même qu’ils ne sont pas toujours formés, ni même à l’aise ou favorables à ce nouveau mode de travail. Sans compter que le télétravail reste un sujet clivant pour les collaborateurs eux-mêmes et les directions des entreprises. Pour une multitude de raisons, propres à chacun, il ne fait pas l’unanimité. En effet, nous ne sommes pas tous égaux face au télétravail …

Le retour généralisé sur site - souhaitons qu’il soit le plus rapide possible - ne relèguera pas le sujet aux oubliettes. Bien au contraire ; il n’y aura pas de retour en arrière.

Remplacer le besoin par l’envie

En 2020, les entreprises ont paré au plus pressé pour permettre la poursuite d’activité quoi qu’il en coûte. Priorité au business et au cash. Mais, avec la sortie du tunnel qui se profile, certains dossiers délicats vont remonter sur le haut de la pile … et s’imposer comme les prochaines urgences à traiter. Car, cette crise est une invitation à se réinventer de manière plus durable. Les codes et les attentes d’hier ne seront pas ceux de demain. Télétravail, expérience collaborateur, espaces de travail… sont autant de sujets qui nécessitent une réflexion approfondie pour espérer inspirer, attirer et fidéliser les talents, les clients et les partenaires de l’entreprise.

Une question en particulier est centrale : quelle sera la place, la fonction, le dimensionnement et la localisation des bureaux et du siège social dans le monde post-Covid ? Point de réponse universelle évidemment : tout dépend du secteur d’activité, de la typologie des collaborateurs et des parties prenantes amenées à se déplacer dans les locaux (clients, partenaires technologiques ou financiers…). En revanche, une chose est sûre, les bureaux ne seront plus de simples lieux de travail mais plutôt des lieux de vie professionnelle où les individus pourront apprendre, découvrir, échanger, partager, interagir, collaborer, innover…

Les bureaux devront tout à la fois :
-favoriser la productivité, la créativité, l’intelligence collective et la convivialité,
- stimuler l’envie, la motivation, l’énergie et le sentiment d’appartenance,
- être la vitrine de l’entreprise, le reflet de son identité et de son âme et ainsi servir ses ambitions en termes de capital humain et d’activités commerciales ...

Flexibilité et agilité, nouvelles valeurs cardinales

Seules une hybridation et une multiplication des espaces en fonction des usages permettront d’atteindre ces divers objectifs. À chaque tâche correspond en effet un environnement propice. Même la sérendipité, précieux fruit des échanges informels, doit être pensée et intégrée aux schémas organisationnels en tant que flux à part entière. Les idées naissent et circulent dans l’entreprise, au gré des flux humains, le siège social doit en constituer le catalyseur.

Les entreprises doivent dorénavant composer avec cette vision et enrichir leur offre de lieux et d’espaces de vie professionnelle. Les bureaux ne peuvent plus longtemps être envisagés comme un bloc monolithique, ils doivent être protéiformes et réversibles selon les besoins. Le flex office s’inscrivait ces dernières années dans une logique exclusivement économique. Le contexte actuel l’éclaire sous un nouveau jour : les entreprises lui reconnaissent de nombreux bénéfices, que ce soit en termes de sociabilisation, d’attractivité, de performance environnementale ou même de sécurité sanitaire.

L’immobilier en mouvement !

Nombre d’entreprises sont en train de se saisir de ces problématiques : leurs réflexions devraient aboutir sur une mise en exécution probablement au cours du second semestre 2021, voire sur les premiers mois de 2022. Repenser les espaces de travail est un chantier nécessairement long, ne serait-ce qu’au regard des contraintes juridiques et des travaux à mettre en œuvre.

Il ne sera pas dit que les cordonniers seront les plus mal chaussés… Dans le cadre de l’aménagement de notre futur siège social, dont nous prendrons possession cet cet automne, nous intégrons naturellement dans nos réflexions ces nouvelles considérations et attentes afin de satisfaire nos collaborateurs et de réenchanter leur expérience. La diversité des besoins fonctionnels et des aspirations personnelles complexifie le projet. Néanmoins, prétendre identifier aujourd’hui la solution idéale, celle qui coche toutes les cases, peut être vain et contreproductif car cette attitude peut conduire à un modèle figé aux antipodes de l’agilité que requiert la situation. Comme pour bon nombre de projets en entreprise, il est de bon ton d’avancer en mode « test and learn », en s’accordant d’emblée un droit à l’expérimentation … et donc à l’erreur.

D’ailleurs, la dimension humaine de ce projet immobilier est à mettre au centre de la réflexion. Ce chantier ne peut être considéré sous le seul angle organisationnel. Un accompagnement au changement, tant au niveau des managers que des collaborateurs, apparaît comme nécessaire. La multiplicité des usages ne doit pas rimer avec multiplication des nuisances au travail. L’accent doit être mis sur la pédagogie pour favoriser l’appropriation des nouveaux espaces, dans le respect des contraintes imposées par les activités auxquelles ils sont dédiés. L’adaptation et la diffusion d’une charte de vie au bureau ne sera pas plus superflue. Le change management est un facteur de réussite encore trop souvent sous-estimé.

Mettons toutes les chances de notre côté pour que ce projet humainement et économiquement stratégique porte tous ses fruits. Mettons à profit cette période inédite pour réinventer le vivre et travailler ensemble en entreprise.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Synthèse absolument remarquable de la mutation à venir du monde du travail tertiaire et de l’immobilier adapté…
Denys LEGER, président d’ARCHIGROUP

Signaler un abus

Bravo! plus que jamais nous avons besoin de rapprochements et d’échanges construits avec du sens!
j’espère poursuivre mon travail avec réflexions,
je le souhaite à tous les partenaires,consoeurs et confrères.
Catherine Pommier, architecte d’intérieur CFAI

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon 3 : vente de 1.000 m ² de bureaux dans le Britannia

Cet immeuble est situé dans le 3e arrondissement de Lyon, à l’immédiate proximité du centre commercial de la Part-Dieu.


Lyon 1 : Lipstick Architecture s’installe sur 281 m²

null
NAI Kyrios a communiqué l’une de ses dernières transactions.


Corbas : prise à bail d’une plateforme logistique par le groupe La Poste

La transaction a été finalisée par le département industriel & logistique de Cushman & Wakefield.


Ile-de-France : demande placée en baisse de 30% au 1er trimestre

Immostat a communiqué ce jeudi ses chiffres sur la demande placée francilienne en bureaux.


Le Parhelion (ex-Septen) accueille ses premiers locataires

nullL’ancien siège villeurbannais du Septen, avenue Dutrievoz, a subi une rénovation lourde de la part de son nouveau propriétaire. Livré en novembre, le bâtiment de 14.000 m² vient d’accueillir ses premiers locataires.


Ideal Formation preneur de 1.824 m² à Saint Quentin Fallavier

C’est NAI Kyrios qui a installé la société.


Part-Dieu Central : Delsol Avocats accompagne Deskeo

Dans le cadre de son partenariat avec Dentressangle, le spécialiste du flex office a été accompagné pour l’exploitation de cet immeuble situé dans le quartier central des affaires de Lyon.


DCB International se sépare de Fireworks à Rillieux-la-Pape

null
Le groupe a annoncé mercredi avoir signé il y a plus d’une semaine la vente de ce programme immobilier tertiaire à Foncière Magellan.


Vienne : une SCPI acquiert le Pôle Emploi de l’Espace Saint Germain

Cap Foncières et Territoires a acheté le Pôle Emploi de l’Espace Saint Germain, a indiqué l’un des conseils, Sorovim.


Villeurbanne : Bel Air Camp lance son coworking d’ateliers

nullLa structure lance un appel à candidature afin d’accueillir, dans son bâtiment Bel Air Industrie, des artisans innovants, startups industrielles, logisticiens et e-commerçants.


Lyon 7 : Ref’R prend à bail des bureaux

Rudigoz & Associés accompagnait la société dans sa recherche de bureaux à la location.


Saint-Genis-les-Ollières : 140 m² de locaux commerciaux loués

nullLa société Valoris Real Estate a annoncé une transaction dans laquelle il était conseil.


Télétravail et immobilier d’entreprise : opportunité ou malédiction ?

nullTRIBUNE – Par Geoffrey Darjinoff, Président et co-fondateur de Spart


Villefranche-sur-Saône, Chambéry, Roanne dans le top 10 des centres-villes dynamiques

Villes de France, une association d’élus fédérant les villes moyennes, et Mytraffic, leader européen de l’analyse du flux piéton, ont publié le premier palmarès des centres-villes dynamiques.


Focus prend à bail 1.019 m² dans « Le Mat’ »

Brice Robert Arthur Loyd a dévoilé cette semaine ses dernières transactions.