Imerys annonce un projet majeur de lithium dans l’Allier

Le groupe va réaliser un investissement de l’ordre d’un milliard d’euros sur son site de Beauvoir, situé entre Vichy et Montluçon. Ce projet industriel majeur en Auvergne-Rhône-Alpes devrait couvrir à terme plus d'un quart des besoins des futures gigafactories françaises.

Ce sera l’un des investissements industriels privés majeurs en Auvergne-Rhône-Alpes dans les 5 prochaines années. Imerys a en effet annoncé ce lundi le lancement d'un projet d'exploitation de lithium sur son site de Beauvoir, dans le département de l'Allier. Le projet a été baptisé « Emili » pour « Exploitation de MIca Lithinifère par Imerys ».

Ce site, situé Vichy et Montluçon, à moins d’une heure de Clermont-Ferrand, produit du kaolin pour la céramique depuis la fin du XIXe siècle. Une fois mené à bien, le nouveau projet industriel développé contribuera aux ambitions de la France et de l'Union européenne en matière de transition énergétique. Surtout, le groupe souligne que ce site « permettra d'accroître la souveraineté industrielle de la France et de l'Europe à l'heure où les fabricants de batteries et les constructeurs automobiles sont fortement dépendants des importations de lithium, élément essentiel de la transition énergétique ».

Cette découverte a été saluée par la communauté financière à la Bourse de Paris, le titre prenant 4,97% sur Euronext à 38€.

34.000 tonnes d'hydroxyde de lithium dès 2028

Selon Imerys, les résultats des études menées confirment que le gisement offre des concentrations et des quantités de lithium très attractives, le groupe visant une production de 34.000 tonnes d'hydroxyde de lithium par an à partir de 2028. Ceci ferait ainsi du groupe un fournisseur de premier plan du marché européen des batteries et lui conférerait un rôle clé dans l'industrie mondiale du lithium.

« Je suis enthousiasmé par le potentiel de notre projet lithium et très fier du travail accompli par les équipes au cours des 18 derniers mois pour le développer. Une fois le projet Emili mené à bien, il devrait fournir une source domestique durable et compétitive d'approvisionnement en lithium pour les constructeurs automobiles français et européens et contribuerait largement à relever les défis de la transition énergétique. Tout au long du processus, Imerys s'engagera avec toutes les parties prenantes, des communautés locales aux décideurs politiques, dans un esprit d'ouverture et de transparence. Ce projet peut véritablement donner une nouvelle envergure à Imerys. »

Alessandro Dazza, Directeur général d’Imerys

Cette nouvelle a également été saluée par le ministre de l’économie.

« Je salue le lancement par Imerys de la première exploitation de lithium bas carbone en France. Ce projet, exemplaire sur le plan environnemental et climatique, réduira drastiquement nos besoins d’importation de lithium et permettra de produire près de 700 000 batteries de véhicules électriques par an. Il contribuera à l’objectif fixé par le Président de la République de produire 2 millions de véhicules électriques en France d’ici 2030 et sera soutenu par le Gouvernement. »

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique

«Cette annonce d’Imerys d’une mine de lithium en France métropolitaine, que je salue et soutiens tant comme Ministre de l’Énergie et du Climat que comme Ministre des Mines, est bien plus qu’un projet industriel. Nous reprenons conscience que notre sous-sol constitue un actif stratégique. Le lithium qui sera extrait de manière responsable permettra de produire dans nos gigafactories les batteries nécessaires à l’électrification de nos activités, en cohérence avec nos objectifs au titre de Fitfor55 et du futur Critical Raw Material Act, et d’assurer notre indépendance énergétique et industrielle en devenant leader des technologies nécessaires à l’atteinte de la neutralité carbone.»

Agnès Pannier-Runacher, Ministre de la Transition Énergétique

«Le lancement de la première mine de lithium sur le territoire national est une étape historique pour l’industrie française. L'exploitation d'Imerys permettra de couvrir plus d'un quart des besoins des futures gigafactories françaises, avec une empreinte carbone bien plus réduite que ses concurrents extra-européens grâce à l’électricité décarbonée de notre pays. Ce projet que nous soutenons dans le cadre du plan France 2030 s'inscrit dans la stratégie industrielle portée par le Gouvernement, qui vise à implanter sur le territoire national l’ensemble de la chaîne de valeur des batteries, des matériaux de base au recyclage. Il démontre que la transition écologique est aussi un facteur de réindustrialisation.»

Roland Lescure, Ministre Délégué à l’Industrie

Ce projet se veut être une réponse aux défis posés par la transition énergétique, à même d’offrir une solution pérenne pour répondre aux ambitions européennes de décarbonation tout en augmentant la souveraineté de la France et de l’Europe par une réduction de leur dépendance aux importations. Le groupe rappelle que le lithium, matière première et composant essentiel des batteries Lithium-ion, a été identifié comme critique par la Commission européenne en 2020. Son utilisation devrait connaître une croissance exponentielle dans les prochaines années.

L’exploitation minière étant souvent perçue par les populations comme source d’externalités négatives, Imerys a, dans son communiqué, indiqué vouloir proposer, en ligne avec son code de conduite et les standards internationaux, un projet responsable et respectueux de l’environnement et des populations locales. Le groupe s'engage ainsi à développer le projet en conformité avec la norme IRMA, référence de l’exploitation minière responsable. Il envisage l’utilisation de techniques d’exploitation minière souterraines afin de minimiser l’impact sur l’habitat naturel.

L’élaboration du projet se fera en concertation avec l’ensemble des parties prenantes privées et publiques afin de concevoir un projet industriel responsable. En plus de la réduction de l’impact sur son écosystème, Imerys vise à réduire les émissions de CO2 de son exploitation, afin de produire du lithium avec des émissions inférieures de moitié à celles de toutes les autres exploitations de lithium en roche dure existantes aujourd’hui dans le monde. Les initiatives de réduction des émissions de CO2 incluraient une flotte minière électrique, le transport par conduits souterrains, par train, ou l'utilisation du mix électrique français à faible émission de carbone. »

Un important projet au niveau international

Selon les premières évaluations, le projet permettrait d’atteindre une production de 34 000 tonnes d'hydroxyde de lithium par an pour une durée d’au moins 25 ans. Le groupe évoque même « l'un des plus grands projets d'extraction de lithium de l'Union européenne » qui pourrait, « une fois pleinement opérationnel, équiper l'équivalent de 700.000 véhicules électriques en batteries lithium-ion ».

Le groupe indique finaliser l'étude de cadrage technique afin d'explorer les différentes options opérationnelles et affiner les aspects géologiques et industriels relatifs au processus d'extraction et de transformation du lithium qui devra répondre à des critères techniques, environnementaux et économiques exigeants. Imerys évalue également le potentiel de valorisation de coproduits (feldspath, tantale, étain).

Imerys prévoit que, sur la base des technologies les plus avancées, un investissement estimé à approximativement 1 milliard d'euros devrait être nécessaire. Le coût de production du lithium à Beauvoir devrait se situer entre 7 €/kg et 9 €/kg, jugé compétitif en particulier sur le marché européen. Il garantirait ainsi « un retour sur investissement intéressant pour ce projet, conformément aux objectifs de création de valeur à long terme du Groupe ».

La production devrait débuter dans les 5 prochaines années, une fois les phases de laboratoire et de pilote industriels achevées. À terme, près de 1.000 emplois directs et indirects devraient être créés faisant ainsi de la région Auvergne Rhône-Alpes un centre d'excellence européen pour l'extraction du lithium des roches dures. « Une structure et un financement dédiés seront mis en place en temps voulu pour accompagner une réalisation rapide du projet Emili », indique Imerys.

« Le projet vise à renforcer le leadership et l'expertise d'Imerys dans les composants pour batteries Li-ion et de compléter son offre de produits, comprenant le noir de carbone et le graphite synthétique sur ses sites de production de Willebroek (Belgique) et Bodio (Suisse). Ce projet d'Imerys dans le secteur du lithium s’inscrit dans l'évolution stratégique du Groupe vers le développement de son portefeuille d'activités de spécialités minérales axées sur l'énergie durable. »

Imerys





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Grenoble : une 2e opération pour 6e Sens sur la ZAC Bouchayer-Viallet


6e Sens Immobilier a lancé sa deuxième opération sur cette zone avec un un bâtiment d’un peu moins de 4.000 m².


La demande placée a encore progressé en régions en 2022, note CBRE


La demande placée 2022 en bureaux sur l’ensemble des 12 métropoles régionales totalise 1,7 millions de m², en hausse de 9% sur un an.


La « nouvelle » rue des Girondins ouvre ce mercredi

nullCette rue située dans le coeur Gerland, dans le 7e arrondissement de Lyon, compte une voie de circulation en sens unique, mais aussi des voies dédiées aux modes doux. Elle est par ailleurs ponctuée de commerces en socle actif.


Lyon 6e : le cabinet Herez prend à bail 430 m² de bureaux

Valoris Real Estate a accompagné la structure dans cette installation.


Evolis annonce un renforcement de son équipe lyonnaise

Audric Redon est nommé directeur du bureau à Lyon. Julien Masson est, lui, nommé manager.


Cité Internationale de la Gastronomie : un appel à projets lancé

nullCet appel à projets est lancé auprès du secteur associatif pour nourrir la programmation des animations 2023 et 2024.


M Lyon : objectif 2026

nullDCB International organisait ce lundi une conférence de presse visant à présenter ce projet d’immeuble de belle hauteur de près de 50 mètres qui comprendra à sa livraison, dans un peu plus de trois ans, bureaux, commerces et logements.


Bonne année pour l’immobilier commercial lyonnais

La FNAIM Entreprises a fait état d’une très bonne année 2022 pour le commerce à Lyon et dans les villes périphériques. La piétonisation promise par la Ville de Lyon n’effraie en outre pas les professionnels de l’immobilier commercial.


Vénissieux : une société industrielle loue un local de 1.000 m²

Valoris Real Estate a été conseil de la transaction


Hausse de l’investissement immobilier à Lyon en 2022


La FNAIM Entreprises a présenté vendredi les chiffres de l’année écoulée en matière d’immobilier d’entreprise à Lyon. En matière d’investissement, plus de 1,4 milliard d’euros a été placé.


Immobilier logistique : les 400.000 m² placés de nouveau franchis à Lyon

La FNAIM Entreprises présentait vendredi le bilan de l’année 2022 en matière d’immobilier logistique. La barre des 400.000 m² de demande placée a de nouveau été dépassée en région lyonnaise.


Locaux d’activité : repli de la demande placée en 2022

La FNAIM Entreprises a présenté vendredi le bilan de l’année écoulée en matière d’immobilier d’entreprise à Lyon. Sur le segment des locaux, un léger repli a été constaté.


2022, 3e meilleure année pour l’immobilier de bureaux à Lyon


La FNAIM Entreprises présentait vendredi matin le bilan de l’année écoulée en matière d’immobilier d’entreprise. En matière de bureaux, le rebond post-Covid intervenu en 2021 s’est amplifié.


Importante cession pour Swiss Life AM

Swiss Life Asset Managers France a annoncé avoir cédé la totalité des actifs de son fonds thématique visant le commerce alimentaire et les galeries commerciales en France.


JLL accompagne April pour son déménagement dans « Next »

Les équipes du conseil en immobilier d’entreprise accompagnent April sur différentes missions dans le cadre de ce mouvement planifié pour 2024.