La production de crédit à l’habitat a atteint 218 milliards d’euros en 2022 | Lyon Pôle Immo

La production de crédit à l’habitat a atteint 218 milliards d’euros en 2022

Ce montant, très important, s’avère toutefois être en repli de 3% par rapport à l’année 2021, qui avait constitué une année d’exception.

La production de crédit à l'habitat a encore reculé en décembre. Celle-ci s'est établie à 15 milliards d'euros, après 18,2 milliards d'euros en novembre. En 2022, la croissance des encours de crédit à l'habitat s'est élevée à 5,3%.

Sur l'année, la production hors renégociations atteint ainsi 218 milliards d'euros, en repli de 3% par rapport à 2021, année qui avait culminé à 225 milliards d'euros et qui constituait néanmoins une année hors normes pour le crédit à l'habitat.

2022 en deux phases

L'évolution de la production de crédit a connu deux phases en 2022, avec un premier semestre exceptionnellement dynamique bénéficiant de taux encore très bas, avec une production mensuelle moyenne de 19,7 milliards d'euros (contre 18,4 milliards d'euros en moyenne pour l'année 2021) et un second semestre de normalisation durant lequel la production mensuelle moyenne est redescendue à 16,7 milliards d'euros .

Surtout, la tendance baissière de la production semble se poursuivre en ce début d’année. Les premiers chiffres de production sur janvier 2023 font état d’une production encore plus restreinte qu’en décembre, à 14,4 milliards d’euros, dont 13 milliards d’euros de crédits à l'habitat hors renégociations (contre respectivement 15 et 14 milliards d’euros en décembre).

La production semble affectée par la poursuite de la remontée des taux d'intérêt qui ont, eux, poursuivi leur remontée progressive en décembre, avec un taux effectif (au sens étroit, dit TESE, c'est-à-dire hors frais et assurances) de 2,05 % en moyenne.

Forte baisse de la demande anticipée en zone euro

« Comparé aux autres grands pays de la zone euro qui voient tous un ralentissement et un renchérissement plus fort du crédit immobilier, celui-ci apparait en France le plus abondant et le moins cher d'Europe », souligne toutefois la Banque de France. L’enquête de janvier sur le crédit bancaire dans la zone euro publiée mercredi corrobore par ailleurs cette détérioration générale des perspectives du marché du logement, cette fois-ci en zone euro.

« La demande de prêts au logement a fortement diminué en raison de la hausse des taux d'intérêt, de la faible confiance des consommateurs et de la détérioration des perspectives du marché du logement», a indiqué la BCE dans son étude.

Selon cette enquête, concernant les prêts au logement accordés aux ménages et les crédits à la consommation et autres prêts aux ménages, les banques ont fait état d'un durcissement net important des critères d'octroi. Au premier trimestre 2023, « les banques de la zone euro s'attendent à un nouveau durcissement net des critères d'octroi tant pour les prêts au logement que pour les crédits à la consommation », note l’enquête.

« Pour les crédits à l'habitat et les crédits à la consommation, le net resserrement des conditions s'explique principalement par un élargissement des marges sur les crédits moyens et plus risqués », explique-t-elle. En zone euro, on notera également que « la baisse de la demande nette de prêts au logement a été la plus forte jamais enregistrée, tandis que la demande de crédits à la consommation et d'autres prêts aux ménages a également fortement diminué en termes nets, quoique dans une moindre mesure que pour les prêts au logement ».

Enquête sur le crédit bancaire en zone euro

La BCE n’est guère optimiste pour ce début d’année.

« La baisse nette de la demande de prêts au logement a été principalement due au niveau général des taux d'intérêt, à la baisse de confiance des consommateurs et à la détérioration des perspectives du marché du logement. Au premier trimestre 2023, les banques s'attendent à une nouvelle baisse nette de la demande de prêts aux entreprises. Pour les prêts aux ménages, les banques s'attendent à une forte baisse nette de la demande pour le premier trimestre 2023.»

Enquête sur le crédit bancaire en zone euro





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les taux d’usure continuent d’augmenter au 2e trimestre 2024

Les taux d’usure ont été, comme chaque trimestre, relevés. Au-delà d’une maturité de 10 ans, ceux-ci sont désormais clairement au-delà de la barre des 6%.


«La situation s’améliore» sur le front des taux, selon Meilleurtaux

Le courtier a fait part mardi de son 39e observatoire du crédit immobilier.


Immobilier : Banque Populaire AURA ne voit pas de reprise en 2024

nullLa Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes a fait part mardi de ses résultats annuels. Sur les marchés de proximité, la production de crédits immobiliers a reculé de plus de moitié en 2023.


Les crédits aux particuliers sous les 10 milliards d’euros en janvier

La Banque de France a fait état de sa note mensuelle sur le crédit aux particuliers.


Nouvelle baisse des taux en février

L’observatoire Crédit Logement/CSA a fait part de son point mensuel sur le crédit immobilier.


Nouvelles baisses des taux de crédit immobilier en mars

C’est le constat dressé en ce début de mois par les baromètres de différents courtiers en crédit immobilier.


Une production de crédits l’habitat de 153 milliards d’euros en 2023

nullHors renégociations, la production a atteint 129,5 milliards d’euros, en nette baisse par rapport à 2022. Selon les intermédiaires en crédit, les taux poursuivent leur repli en février.


Des baisses de taux de crédit immobilier dans toutes les régions

nullC’est ce que confirme Empruntis, qui évoque une « nouvelle dynamique » après une période d’accalmie.


La production de crédit à l’habitat poursuit son repli

La production de crédits à l’habitat hors renégociations a atteint un nouveau plus bas depuis 2014 en novembre. Les taux, eux, sont en baisse en ce début d’année selon les courtiers, ce qui pourrait augurer d’un retour des banques sur ce segment de marché.


Retour à une publication trimestrielle pour le taux d’usure

nullC’est ce qu’a confirmé la Banque de France ce jeudi.


2024, année de baisse des taux ?

Plusieurs banques ont fait part de fortes baisses de leurs grilles, selon le courtier Emprunt Direct.


Une production de crédits à l’habitat qui se stabilise


La production hors renégociations est ressortie stable en octobre à 9,2 milliards d’euros.


Crédit immobilier : ralentissement de la hausse des taux

Les taux ralentissent en ce début de mois, selon les premiers barèmes reçus en ce début de mois de décembre.


Crédit immobilier : le HCSF procède à des ajustements à la marge

nullLe Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’apporter trois ajustements techniques à la norme encadrant la délivrance de crédit, prenant acte de difficultés dans l’utilisation des dérogations et de la dynamique du marché. Les courtiers Cafpi, Empruntis et Meilleurtaux ont toutefois fait part d’une certaine déception.


Le taux d’usure passe le cap des 6% sur 20 ans

nullSur 20 ans et plus, pour sa dernière révision mensuelle, le taux maximal a passé cette barre symbolique.