Le PEL va être réformé

Placement devenu au fil des années moins attractif, le plan épargne logement souffrait de le comparaison avec le livret A. Le taux de rémunération sera révisé chaque année.

Le gouvernement veut relancer le PEL. L'un des placements préférés des français durant les années 90 et dans les années 2000 a la vie dure depuis la baisse des taux d'intérêt intervenue en 2004-2005. Le nombre de titulaires de plans est passé de 16 à 11 millions depuis 2003, ce qui s'est accompagné par une nette baisse des encours, lesquels ont diminué de 227 milliards d'euros à 176 milliards. Le PEL va donc être revu profondément au 1er mars prochain pour le rendre plus attractif, malgré des taux d'emprunt encore supérieurs au taux du marché. Christine Lagarde a donc communiqué ce matin dans Les Echos les changements à venir pour ce placement.

Le Plan Epargne Logement est un placement rémunéré qui permet, passé une première phase d'épargne régulière de quatre ans minimum, d'obtenir un prêt pour financer un projet immobilier au taux fixé à la souscription, actuellement à 4.20%. En cas de demande de prêt, les intérêts constitués au cours de la période d'épargne sont majorés d'une prime d'État.

Or le taux de rémunération du PEL, fixé arbitrairement depuis 1969, était resté inchangé depuis 2003, à 2.5%. Un taux assez bas pour un placement bloqué. Ceci avait massivement contribué à un déplacement de l'épargne vers le livret A, certes un peu moins rémunéré, mais beaucoup plus liquide.

Le taux d'intérêt applicable révisé chaque année

Les plans ouverts à compter du 1er mars prochain devraient donc se voir appliquer un régime différent. Cœur du dispositif, le taux de rémunération du PEL devrait ainsi être fixé non plus de façon arbitraire, mais en fonction des anticipations de taux à long terme des banques. Le taux sera ainsi réexaminé chaque année. En l'espèce, la rémunération offerte par le PEL aurait été en moyenne de 2.9% dans les dernières années, contre les 2.5% offerts depuis 7 ans. Autre nouveauté : le taux plancher restera fixé à 2.5%, quelles que soient les conditions de marché.

L'intérêt de la réforme se concentre d'ailleurs sur ce taux de rémunération. Car pour le reste, à savoir le taux proposé pour un crédit immobilier, celui-ci risque bien de rester encore longtemps supérieur à ceux proposés par les banques. Les conditions de prêt offertes resteront inchangées avec un taux supérieur de 1,7 point au-dessus du taux de rémunération, soit un taux minimal de 4,2% dans les années à venir.

Autre point important du nouveau dispositif : la prime d'État sera plus favorable en cas d'acquisition d'un bien répondant aux normes de développement durable. La prime se montera à 1.525 euros pour l'acquisition d'un bien « vert » contre 1.000 pour les autres. La prime ne sera en outre versée qu'à partir de 5000 euros empruntés. La durée totale du plan sera elle plafonnée à 15 ans, alors qu'il n'existait jusqu'ici aucune limite.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Mercialys : les résultats annuels déçoivent

La pandémie de la Covid-19 a affecté l’activité du groupe en 2020.


Vicat : résultat net en hausse de 6,1% à 172 millions d’euros

null
Le groupe a fait part de ses résultats et chiffre d’affaires pour l’année 2020.


Renouvellement du partenariat French Proptech/Procivis

French Proptech et Procivis ont indiqué que ce partenariat prendrait « une nouvelle dimension à l’occasion de son renouvellement afin de poursuivre la transition numérique du réseau immobilier ».


Capelli : croissance de 40% du chiffre d’affaires 9 mois

nullLe groupe a fait part ce jeudi de ses résultats financiers intermédiaires.


La trêve hivernale ne se terminera pas au 31 mars

Du fait de la situation sanitaire, les expulsions locatives ne pourront pas reprendre à partir de cette date, comme c’était le cas jusqu’en 2019. La fin de la trêve est reportée au 1er juin.


Gérard Collomb avertit sur un effondrement du marché immobilier

L’ancien président de la Métropole de Lyon a commenté lundi le budget primitif 2021 de la collectivité et la programmation pluriannuelle d’investissements (PPI).


Les loyers pourront augmenter de 0,20%

L’indice de référence des loyers a été publié ce jour par l’INSEE.


Une proposition de loi pour renforcer les dispositifs « anti-squat »

La commission des lois du Sénat qui se réunissait ce mercredi a adopté cette proposition de loi tendant à garantir le respect de la propriété immobilière contre le squat.


Thomas Vantorre et Emmanuel Mazille reprennent Malsch

Les deux dirigeants s’associent pour reprendre le cabinet de conseil en immobilier d’entreprise dans la région Auvergne Rhône-Alpes.


Bientôt 10 tiers-lieux pour Etic Foncièrement Responsable

null
La société lyonnaise qui crée, finance et gère des centres d’affaires et de commerce dédiés aux entreprises de l’économie sociale et solidaire, lance une nouvelle levée de fonds sur Lita.co pour trois nouvelles opérations.


Nette hausse du budget de l’Anah

Le dernier conseil d’administration de l’année a acté un budget de 2,7 milliards d’euros pour 2021.


Un marché locatif tendu à Lyon, anticipations sur l’encadrement

En deux ans, les loyers des nouveaux baux ont nettement augmenté sur Lyon et la Métropole. L’anticipation de l’encadrement des loyers par les propriétaires pousserait notamment ceux-ci à la hausse.


48% des propriétaires veulent se couvrir contre les impayés de loyer

C’est le résultat d’une étude de Seloger, qui montre que cette proportion est encore plus importante en région parisienne.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


Reconfinement général à partir de vendredi


Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un reconfinement général à partir de ce vendredi pour lutter contre la reprise de l’épidémie de coronavirus.