Le coût d’occupation de bureaux devrait remonter d’ici quatre ans

Selon DTZ, la croissance des coûts d’occupation devrait rester conforme à l’inflation d’ici à 2015.

La croissance des coûts d’occupation moyens en Europe ne devraient pas dépasser l’inflation. Tel est le constat que l’on peut tirer de la dernière enquête annuelle « Global Occupancy Costs : Offices » de DTZ, qui recense les coûts d’occupation dans 121 quartiers d’affaires de 47 pays dans le monde. Les coûts devraient croître de 2 % par an jusqu’en 2015, soit un niveau proche de l’objectif moyen terme d’inflation de la BCE. Grâce à cette modération, la hausse en Europe sera inférieure à celles des autres parties du monde, les coûts restant inférieurs de 11.7% par rapport au pic de 2007.

Cette augmentation devrait notamment être portée par la remontée des loyers, « principal moteur » de cette hausse annoncée des coûts d’occupation en Europe. Ce qui n’empêchera pas les autres postes de charges, comme les impôts fonciers et les services, d’être également orientés à la hausse durant les prochaines années.

Les entreprises continueront cependant de bénéficier d'économies substantielles dans de nombreux marchés. L’augmentation sera moins importante en Europe que dans le reste du monde et en 2015 les coûts d’occupation restent resteront inférieurs de 11,7% par rapport au pic de 2007.

Londres en tête

Dans le détail, le marché du West End londonien « est celui dont les prix augmenteront le plus rapidement en Europe au cours des cinq prochaines années » selon DTZ. Le coût d’occupation devrait croitre de 5,1% par an à 5 730 $, pour atteindre 25 890 $ par poste de travail d’ici à 2015. Il devrait ainsi rester à la deuxième position des zones de bureaux les plus chères au monde, derrière Hong Kong. Du côté des marchés d’Europe Centrale et de l’Est, Moscou devrait enregistrer l’augmentation la plus importante des coûts d'occupation d’ici à 2015, avec une progression attendue de 3.8%, devant Varsovie et Kiev. La capitale russe a connu la plus importante hausse des coûts d’occupation moyens par poste de travail (31,6%) « en raison d’une poussée des loyers « prime », la demande ayant plus que doublé dans le sillage de la reprise de l’économie russe. Moscou a ainsi été propulsée de la 38ème place qu’elle occupait l’an dernier à la 16ème place cette année » note le rapport.

Paris: une hausse de 2.7% par an

En Europe continentale, Munich devrait croitre de 2,8% par an, contre 2.7% dans le quartier d’affaires de Paris. Le rapport note en outre que la prise à bail d'espaces « prime » reste plus avantageuse dans des marchés comme ceux de Stockholm ou du quartier d'affaires de Paris, « où la différence de prix entre zones « prime » et secondaires est moins prononcée ». La capitale française devrait ainsi progressivement se rapprocher de Genève, qui demeure le marché de bureau le plus onéreux en Europe continentale. La ville de l’arc lémanique bénéficiera toutefois d’une augmentation plus faible que les autres métropoles européennes, de l’ordre de 1%. En Europe, Budapest et Bucarest, malgré une hausse de 2,4% et 2,7% par an jusqu’en 2015 de leurs coût d’occupation resteront les marchés les moins chers d’Europe.

« Nous nous attendons à ce que l’augmentation des coûts d’occupation en Europe soit liée à celle des loyers, stimulée par divers facteurs, dont le rebond des dépenses de consommation et de la production au niveau mondial dans le cas des marchés des bureaux d’Europe de l’Est. Dans le West End de Londres et le quartier d’affaires de Paris, la combinaison de la reprise de la demande avec une offre limitée du fait du ralentissement des mises en chantier pendant la période de récession tend à faire grimper les loyers » analyse ainsi Magali Marton, directrice Research pour la zone CEMEA chez DTZ.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Saint-Étienne : la commercialisation de la «Grande usine créative 2» lancée

null
L’EPASE organisait ce mardi une visite de l’immeuble situé au sein de l’ancienne manufacture d’armes de Saint-Étienne, en présence du maire, Gaël Perdriau.


Genas : Approsud Environnement prend à bail des locaux de 393 m²

Brice Robert Arthur Loyd a récemment fait part de ses transactions de décembre.


Malgré la crise, le PIPA a accueilli davantage de salariés en 2020


Malgré la crise sanitaire, les entreprises du parc industriel de la plaine de l’Ain ont accueilli près de 400 salariés supplémentaires l’an dernier.


Logistique : «Track» vendu à un des clients de CBRE Global Investors

6e Sens Immobilier a vendu cette plateforme située à Villette d’Anthon.


Le parc d’activités des Platières accueille le Groupe Ducreux

null
Em2c a annoncé implanter le futur siège social du groupe sur le pôle agri-agroalimentaire du parc situé à Beauvallon.


Gauthier Denys à la tête du pôle activités et logistique de Valoris Real Estate

null
La société a annoncé restructurer son service activités et logistique, et l’arrivée de deux nouveaux collaborateurs, pour répondre à sa croissance.


Mercialys : les résultats annuels déçoivent

La pandémie de la Covid-19 a affecté l’activité du groupe en 2020.


HiptTown : un nouvel espace de coworking investit le Britannia

null
La société créée notamment par des anciens de Wojo (Bouygues Immobilier) et avec le concours de Nexity Entreprises, arrive à Lyon avec un concept de coworking économique sur 2.200 m² à la Part Dieu.


«Avec Primark, c’est la résurrection de Centre Deux»

nullLyon Pôle Immo a rencontré Pascale Lacour, adjointe au maire de Saint-Etienne chargée du commerce, et Jean-Pierre Berger, adjoint en charge de l’urbanisme et du logement, pour évoquer la prochaine opération de rénovation de ce centre commercial, qui accueillera bientôt Primark.


Confluence : 6eme Sens Retail vend 400 m² de bureaux

Sorovim a fait état de cette acquisition réalisée par Guillaume Di Giovanni, Architecture Design Studio et ses associés.


Nhood dévoile ses projets à Saint-Priest, Caluire et Clermont-Ferrand

Cette nouvelle entreprise de services immobiliers mixtes ambitionne de transformer le business model du retail. Elle a notamment dévoilé ses projets à Saint-Priest, où elle va développer un concept éphémère « Sofo ».


Yohan Chiner prend le management du département industriel de JLL à Lyon

nullL’ancien responsable du pôle activité de CGI Real Estate à Lyon sera sous la responsabilité d’Olivier Durif, directeur Régions département industriel et logistique.


France Relance : 17 projets soutenus en Auvergne-Rhône-Alpes

Ce soutien porte sur des investissements industriels créateurs de forte valeur ajoutée et d’emplois sur le territoire.


Le CEI 4, quatrième bâtiment du centre d’entreprises et d’innovation

Ce nouveau bâtiment situé sur le campus LyonTech‐La Doua propose des surfaces modulables dédiées à l’hébergement d’entreprises technologiques et innovantes.


La France reste un marché prioritaire pour les opérateurs hôteliers

null
C’est ce que révèle l’étude « Hospitality Operator Beat » des équipes Hospitality de Cushman & Wakefield.