Le coût d’occupation de bureaux devrait remonter d’ici quatre ans

Selon DTZ, la croissance des coûts d’occupation devrait rester conforme à l’inflation d’ici à 2015.

La croissance des coûts d’occupation moyens en Europe ne devraient pas dépasser l’inflation. Tel est le constat que l’on peut tirer de la dernière enquête annuelle « Global Occupancy Costs : Offices » de DTZ, qui recense les coûts d’occupation dans 121 quartiers d’affaires de 47 pays dans le monde. Les coûts devraient croître de 2 % par an jusqu’en 2015, soit un niveau proche de l’objectif moyen terme d’inflation de la BCE. Grâce à cette modération, la hausse en Europe sera inférieure à celles des autres parties du monde, les coûts restant inférieurs de 11.7% par rapport au pic de 2007.

Cette augmentation devrait notamment être portée par la remontée des loyers, « principal moteur » de cette hausse annoncée des coûts d’occupation en Europe. Ce qui n’empêchera pas les autres postes de charges, comme les impôts fonciers et les services, d’être également orientés à la hausse durant les prochaines années.

Les entreprises continueront cependant de bénéficier d'économies substantielles dans de nombreux marchés. L’augmentation sera moins importante en Europe que dans le reste du monde et en 2015 les coûts d’occupation restent resteront inférieurs de 11,7% par rapport au pic de 2007.

Londres en tête

Dans le détail, le marché du West End londonien « est celui dont les prix augmenteront le plus rapidement en Europe au cours des cinq prochaines années » selon DTZ. Le coût d’occupation devrait croitre de 5,1% par an à 5 730 $, pour atteindre 25 890 $ par poste de travail d’ici à 2015. Il devrait ainsi rester à la deuxième position des zones de bureaux les plus chères au monde, derrière Hong Kong. Du côté des marchés d’Europe Centrale et de l’Est, Moscou devrait enregistrer l’augmentation la plus importante des coûts d'occupation d’ici à 2015, avec une progression attendue de 3.8%, devant Varsovie et Kiev. La capitale russe a connu la plus importante hausse des coûts d’occupation moyens par poste de travail (31,6%) « en raison d’une poussée des loyers « prime », la demande ayant plus que doublé dans le sillage de la reprise de l’économie russe. Moscou a ainsi été propulsée de la 38ème place qu’elle occupait l’an dernier à la 16ème place cette année » note le rapport.

Paris: une hausse de 2.7% par an

En Europe continentale, Munich devrait croitre de 2,8% par an, contre 2.7% dans le quartier d’affaires de Paris. Le rapport note en outre que la prise à bail d'espaces « prime » reste plus avantageuse dans des marchés comme ceux de Stockholm ou du quartier d'affaires de Paris, « où la différence de prix entre zones « prime » et secondaires est moins prononcée ». La capitale française devrait ainsi progressivement se rapprocher de Genève, qui demeure le marché de bureau le plus onéreux en Europe continentale. La ville de l’arc lémanique bénéficiera toutefois d’une augmentation plus faible que les autres métropoles européennes, de l’ordre de 1%. En Europe, Budapest et Bucarest, malgré une hausse de 2,4% et 2,7% par an jusqu’en 2015 de leurs coût d’occupation resteront les marchés les moins chers d’Europe.

« Nous nous attendons à ce que l’augmentation des coûts d’occupation en Europe soit liée à celle des loyers, stimulée par divers facteurs, dont le rebond des dépenses de consommation et de la production au niveau mondial dans le cas des marchés des bureaux d’Europe de l’Est. Dans le West End de Londres et le quartier d’affaires de Paris, la combinaison de la reprise de la demande avec une offre limitée du fait du ralentissement des mises en chantier pendant la période de récession tend à faire grimper les loyers » analyse ainsi Magali Marton, directrice Research pour la zone CEMEA chez DTZ.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La neutralité carbone visée pour les bureaux de JLL à horizon 2030


Le conseil en immobilier d’entreprise a fait cette annonce à l’occasion de la Climate Week.


Corbas : FGEN prend 1.730 m²

La société s’installe dans ce local d’activité situé sur un terrain de 3.600 m².


L’impact de la Covid-19 pèse sur les foncières commerciales

L’augmentation de capital de 3,5 milliards d’euros annoncée mercredi par Unibail-Rodamco-Westfield a ravivé les craintes concernant l’impact du Covid-19 sur le secteur de l’immobilier commercial.


La Banque de France étudie la macroéconomie du télétravail

Dans sa dernière note publiée en cours de semaine dernière, la Banque de France a voulu se pencher sur les conséquences macro-économiques du développement du télétravail.


Steel, un nouveau pôle commercial, a ouvert à Saint-Étienne

Après plusieurs mois de report en raison de la Covid, l’inauguration de ce centre commercial majeur de l’entrée Est de la ville a été réalisée ce mercredi.


Ardoix : pose de la première pierre de l’usine ASF 4.0

La Région Auvergne-Rhône-Alpes accompagne ce projet, qui devrait à terme permettre la création de 40 emplois.


« Il n’y a pas de risque de déséquilibre du marché »


Stéphane Jullien est le directeur du département bureaux de JLL à Lyon.


Villeurbanne : Yamada Dobby Co prend à bail 500 m² de locaux

Brice Robert Arthur Loyd a communiqué ses dernières transactions.


6,7 milliards d’euros pour la rénovation énergétique au coeur du plan de relance


Hertz prend à bail 1.091 m² de locaux d’activités à Gerland


Valoris Real Estate a annoncé installer à la location la société Hertz dans un local industriel de 1.091 m² dans ce quartier du 7ème arrondissement de Lyon.


Saint-Priest : JSC France prend à bail un local d’activité de 780 m²

EOL est intervenu en tant que conseil des deux parties.


Le président de la Métropole s’est rendu mardi dans la Vallée de la Chimie

Il était accompagné des différents maires du secteur, afin d’évoquer les principaux projets sur le territoire.


«Le télétravail est une bonne chose pour Roanne»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Selon lui, une proportion plus importante de télétravailleurs devrait bénéficier au bassin roannais.


«La crise ne remet pas en cause l’idée de développer le tram, les télécabines et les bus»

Béatrice Vessiller est la nouvelle vice-présidente de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme et du cadre de vie. Nous évoquons avec elle les transports, le renouvellement urbain, et les changements à venir dans le quartier de la Part-Dieu.


La Compagnie Foncière Lyonnaise acquiert le Cubiik


Vinci Immobilier et la compagnie ont signé la vente en l’état futur d’achèvement de l’immeuble en construction à Gerland, dans le septième arrondissement de Lyon.