Deux tiers des français n’ont pas de projet immobilier

Selon une étude Explorimmo / Ifop sur les intentions d’achat immobilier des français, un tiers des français seulement ont un projet immobilier à court et moyen terme.

Un tiers de français ont un projet immobilier d’ici 2 ans. C’est le résultat d’un sondage réalisé par l’IFOP auprès de 2003 personnes pour Explorimmo. Dans ces 33% de français à avoir un projet immobilier mûrement réfléchi, 8% prévoient un achat dans les 6 prochains mois, 8% plutôt d’ici un an et 17% dans les 2 ans.

Pour autant, si une majorité de français déclarent ne pas avoir de projet dans les deux ans, tous ne croient pas une baisse des prix : 36% d’entre tablent sur une stabilité de ces derniers, tandis qu’une petite moitié (46%) anticipe une hausse. Seuls 18% des français anticipent une baisse des prix dans les deux trimestres à venir, ce qui reste proche des conclusions de la récente étude IFOP pour la FNAIM.

La faiblesse des revenus massivement invoquée

La cause de cette relative désaffection de la part des français vis-à-vis de l’immobilier semble davantage tenir aux conditions de crédit. Pour 72% des français, celles-ci seront encore défavorables dans les 6 prochains mois. En outre, le premier frein à l’achat immobilier cité reste la faiblesse des revenus, citée par 52% des français locataires n’ayant pas l’intention d’acheter. Il faut dire que le budget projeté reste substantiel : il s’établit en moyenne à 200 000 euros avec un prévisionnel de 230 000 euros dans l’ancien contre 196 000 euros en moyenne pour un appartement neuf.

Sur le front du logement désiré, les Français sont plutôt en faveur d’un achat dans l’ancien, plutôt que dans le neuf, à 44% contre 34%. Ils préfèrent en outre les maisons aux appartements, à 40% contre 38%. Dans le détail, on notera que 24% des futurs acquéreurs souhaitent acquérir une maison ancienne, contre 16% qui souhaitent acheter une maison neuve. Dans les appartements, 20% souhaitent acheter un appartement ancien, contre 18% qui voudraient emménager dans un appartement neuf.

Pour les personnes qui privilégient le neuf, le confort (32%) et l’isolation (23%) sont les principales motivations évoquées, contre 20% seulement pour les dispositifs d’incitations financières, comme le Scellier ou le PTZ+.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

La désaffection des français est due aux prix devenus bien trop élevés dans les zones tendues, zones qui représentent une grosse part du marché. On n’achète pas un crédit mais un appartement ou une maison. Aux prix actuels, les gens pensent que ça ne vaut pas le coup, et préfèrent rester locataires avec des loyers qui n’ont pas du tout subi la même pente d’augmentation. Le mythe de devenir propriétaire en prend à cette occasion un sacré coup.

Signaler un abus

Tout a fait d accord macha, aujourd hui on achete un crédit vace des intercalaire de fous, pret bancaire, ptz, pass foncier : un montage de crédit.

Ce que veule les français c’est acheter un bien immobilier sans tout ce montage qui n a aucune valeur ajouté dans la société à par pour l’état et les promoteurs (notaire, agen immobilier, …).

C EST UNE BULLE IMMOBILIERE ! Aujourd hui si tu achetes , tu ne deviens pas propriétaire mais un endetté de la vie ( 30 ANS PURée !)

Signaler un abus

et si tes viré ou si ta femme couche avec un autre, tu nas plus qu’a te tirer une balle si tes endetté sur 30 ans! tes cuit! 50% des couples divorcent!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Premier baromètre positif pour les « Petites villes de demain »

Le Conseil supérieur du notariat (CSN) et l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) ont présenté ce jeudi ce premier « Baromètre des petites villes de demain ».


Immobilier : les notaires décrivent un « ralentissement »

null
Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires de France ont évoqué une « lente décrue » des volumes de transactions. Les prix des appartements se stabilisent dans plusieurs villes de la région.


Immobilier dans le Rhône : érosion des ventes, mais des prix qui se maintiennent

nullLa Chambre des notaires du Rhône organisait jeudi un point marché sur le marché immobilier dans le département du Rhône et la Métropole de Lyon.


Les prix baissent et les délais de vente s’allongent à Lyon

Meilleurs Agents a communiqué ce mercredi son baromètre de novembre.


Immobilier : la hausse des prix et les ventes s’érodent

C’est le constat du baromètre mensuel dévoilé par la FNAIM.


La hausse du prix des maisons ralentit le marché, selon Century21


Le réseau d’agences franchisées a fait part mercredi de son point d’activité trimestriel. A Paris, le prix du m² repasse, selon lui, sous la barre symbolique des 10.000€.


Les prix de l’immobilier en hausse dans le Rhône mais en baisse à Lyon


La FNAIM a fait part jeudi des chiffres du marché immobilier rhodanien au terme du premier semestre.


Le marché immobilier demeure dynamique, selon Laforêt

Le réseau d’agences franchisées a fait part vendredi de son point marché trimestriel.


La baisse des prix de l’immobilier semble se préciser à Lyon

La FNAIM a fait part, dans sa note de conjoncture, de prix en baisse pour Lyon et Paris. Les autres villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, elles résistent mieux.


Meilleursagents prévoit une baisse des prix à Paris et Lyon d’ici un an

nullSi le spécialiste de l’estimation immobilière en ligne anticipe une prévision de l’ordre d’1,1 million de ventes d’ici fin 2022, le cabinet anticipe pour 2023 un retournement du marché immobilier.


Immobilier : un volume de transactions en légère érosion en France

L’INSEE a fait part de ses indices des prix des logements anciens réalisées avec les notaires au titre des logements anciens.


Immobilier : des ventes en recul, mais des prix toujours en hausse

nullLe volume de transactions est en chute de plus de 7% en rythme trimestriel glissant, mais ceci n’impacte pas les prix, selon LPI Seloger. Ceux-ci restent en hausse, surtout en dehors de l’Ile-de-France.


Accalmie du marché immobilier, selon Immonot.com

Le site a fait part de son enquête réalisée en juillet 2022 sur la tendance du marché immobilier auprès d’études notariales réparties sur toute la France. Celle-ci confirme un ralentissement des ventes.


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.