Saint Fons: la négociation plus âpre entre acheteurs et vendeurs

Pour Pierre Penot, conseiller en immobilier à Century 21 Saint-Fons, le début de l'année 2012 pourrait être marquée par une baisse des prix de l'immobilier. Dans cette ville de la première couronne de Lyon, les T3 sont proposés à la vente entre 120.000 et 130.000 euros.

Avez-vous ressenti l’effet de la suppression du Prêt à Taux Zéro (PTZ) dans l’ancien ?

Pour l’instant on n’a pas encore assez de recul, puisque c’est tout frais. On a encore sorti des dossiers de prêt à taux zéro au 15 décembre. C’était vraiment la dernière limite. Mais on risque d’avoir des répercussions sur le premier semestre 2012 au niveau des primo-accédants.

Cela pourrait se traduire par une baisse des prix. Aujourd’hui, tout le monde parle de cela. Mais, la mesure est encore trop récente pour que l’on puisse réellement en ressentir encore les effets. On s’attend à des effets sur le 1er semestre.

La réforme de la taxation des plus-values sur les résidences secondaires a-t-elle impacté votre activité ?

Oui indéniablement. Au niveau des prix, on constate une baisse de 7 à 10% en moyenne sur les prix de mise en vente au deuxième semestre 2011, par rapport au premier semestre. Il y avait une stabilisation au début 2011 et là c’est clairement la baisse.

Parallèlement la négociation est plus âpre entre les acheteurs et les vendeurs. Les acquéreurs font des offres bien plus basses. Jusqu’ici, la marge de négociation était de 10% maximum pour l’acheteur. Aujourd’hui, il n’est pas rare que l’on présente une offre nette vendeur de plus de 10%. Pour un appartement à 100.000 euros, jusqu’à 90.000 euros on prenait la proposition. Aujourd’hui, on se donne une tolérance un peu plus basse: à 80.000-85.000 euros, on peut prendre la proposition pour la soumettre au propriétaire et après c’est la négociation qui démarre.

Au niveau des volumes, on a constaté une nette envolée en dernier trimestre, particulièrement marquée sur le mois de décembre. Traditionnellement, le mois de décembre est relativement calme en termes d’activité, avec les fêtes. La suppression de la plus-value sur les résidences secondaires ne nous a pas fait exploser le chiffre, mais elle nous a permis de faire quelques ventes en plus. Cette année, nous avons quasiment doublé notre objectif de chiffre d'affaires sur décembre.

Quel est la physionomie de Saint Fons?

Globalement il y a trois pôles d’attractions principaux à Saint Fons. Le centre ville, qui est prisé pour la proximité de ses commerces, des écoles, et des transports. Il est constitué essentiellement d’appartements et de maisons de ville, des maisons mitoyennes avec peu de terrain. On trouve ensuite le plateau de la Clochette. Les prix sont un peu moins élevés. C’est un quartier pavillonnaire. On y trouve essentiellement des maisons avec du terrain.

Il y a enfin le quartier de Gravalons. Il n’y a quasiment que des maisons. Les maisons se vendent plus cher qu’aux Clochettes. Ce sont des villas individuelles bâties sur des beaux terrains. C’est un secteur calme, mais un peu plus retranché des transports et des commerces.

A combien se vendent les biens à Saint Fons ?

Le cœur de cible, c'est-à-dire ce qui se vend le plus, ce sont les appartements de type 3. La surface en moyenne pour ce type de bien va de 55m2 à 65m2. Ils sont très demandés, par les jeunes couples, primo-accédants avec un enfant à venir.

Dans l’ancien, ils sont proposés à la vente dans une fourchette de 120.000 à 130.000 euros, frais d’agences incluses. Mais ce sont les prix affichés. Il y a généralement une négociation dessus. Pour les grandes surfaces, c’est plus compliqué, un peu plus rare.

Pour les maisons, dans le quartier des clochettes, les prix de vente oscillent autour de 220.000-230.000 euros en moyenne, pour une surface de 100 m2, pour un type 5, avec séjour, cuisine en bas et chambres à l’étage. A Gravalons, étant donné qu’on a un peu plus de terrain, cela peut monter un peu plus haut, autour de 250.000-260.000 euros.

Qu’avez-vous vendu récemment ?

Dans l’ancien, j’ai vendu un type 2 en rez-de-jardin, 59m2, avec un grand séjour, et un jardin de 40m2 au prix de 133.000 euros. C’était une construction de 2006. Toujours dans l’ancien, on a vendu un T3 de 55m2 à 119.000 euros. Dans la copropriété de Château Picard, on a vendu un T3, de 58m2 environ, au prix de 125.000 euros.

Pour les biens plus grands, T4, T5, cela dépend vraiment du quartier. A Saint Fons centre, on a vendu un bien à 155.000 euros. Mais cela dépend de l’état général, des prestations.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Hausse de la vacance en Suisse

Dans son étude « Construction et logement 2018 », l’office fédéral de la statistique suisse a fait un point sur les logements vacants au 1er juin 2019 dans la confédération.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


2019, une belle année pour l’immobilier dans la Loire


Les notaires de la Loire présentaient ce mardi leur observatoire de l’immobilier. La dynamique des volumes et des prix a été particulièrement bonne l’an dernier dans le département.


«On est en train de faire une région parisienne bis. Ce n’est pas notre modèle»


Renaud Payre, est le candidat de la Gauche Unie à la présidence de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui son programme, qui intègre des métros légers de surface, l’abandon de l’Anneau des sciences, de nouvelles relations avec les territoires environnants, mais aussi une coopérative pour la rénovation énergétique et l’encadrement des loyers.