Prix de l’immobilier ancien à Lyon: +11.8% en 2011, selon la FNAIM

A l’occasion d’une conférence de presse réalisée en ouverture du salon de l’immobilier, les professionnels de l’immobilier se sont montrés raisonnablement optimistes pour 2012.

Les professionnels de l’immobilier lyonnais gardent le moral. Malgré une période préélectorale teintée d’attentisme, et la suppression du PTZ+ dans l’ancien, ces derniers veulent croire que 2012 ne sera pas une année si mauvaise qu’on le dit.

En préambule, le président de la FNAIM du Rhône, Gilles Cecere, rappelle l’attractivité de la région: Lyon est en effet citée en première place des villes attractives par un sondage APEC publié jeudi, tout comme Rhône-Alpes. Un dynamisme de la région qui se traduit par une forte demande pour l’agglomération : les prix de l’immobilier ont ainsi progressé de 7.5% en 2011, soit une progression quasiment identique au niveau national (+7.3%). « Rhône-Alpes suit la tendance nationale » analyse Gilles Cecere. On notera toutefois que la fin d’année a été moins bonne (-0.3% au quatrième trimestre), le phénomène restant concentré sur les maisons (-0.5%). Les appartements ont, eux, plus résisté (+0.1%).

Dans la région, on notera toutefois que les prix de l’immobilier ancien restent dans une dynamique haussière : ils restent en progression de 120% depuis 2000, avec toutefois une rupture nette à partir de 2007. Après sept années de croissance où les prix augmentaient sans discontinuer; la période 2007 à 2010, « les quatre mauvaises » comme les surnomme Gilles Cecere, sont en effet venues bousculer les certitudes. L’année 2011, qui s’est terminée il y a un peu plus de deux mois, aura toutefois été marquée par la poursuite de la reprise du marché amorcée en 2010, et par une nouvelle hausse des prix de l’immobilier. Sur Lyon, l’évolution des prix en pourcentage suit ainsi la tendance régionale. Le prix des appartements anciens a progressé de 11.8% en 2011 en intra-muros, à 3393 euros le mètre carré.

4 621 euros de moyenne pour les studios en Presqu’île

Les prix moyens pour les petites surfaces à Lyon sont bien sûr supérieurs à ceux des plus grandes surfaces : il faut ainsi compter 3 792 euros pour un studio, 3 403 pour un 2 pièces, 3 342 euros pour un 3 pièces, 3 374 pour un 4 pièces, et 3 325 euros pour un 5 pièces. Ces moyennes sont toutefois à nuancer suivant les secteurs : Un studio dans le secteur Hôtel de Ville, Presqu’île et Croix Rousse sera vendu en moyenne 4 621 euros du mètre carré. Les 2, 3, 4 et 5 pièces partiront respectivement pour 3 761, 3 713, 3 538 et 3 874 euros. On rappellera à ce titre que les biens sont partagés, sur la capitale de région, entre T3 (31%), T2 (20%) et les 4 et 5 pièces (18.9% et 19.3%). Plus de 10% des biens sont, en outre, des studios.

Sur l’activité, les délais moyens ont baissé de 4% en 2011, après une année 2010 déjà en contraction. Cette tendance à la baisse des délais faisait suite à une baisse lors des années 2008 et 2009, qui avaient vu ces derniers progresser.

Sur les perspectives, Gilles Cecere rappelle que, sur 2012, l’activité devrait baisser de 15% au niveau national, pour revenir à un niveau de 700.000 ventes, du fait de la fin de plusieurs dispositifs, comme la fin du PTZ+ dans l’ancien, ou encore de l’attrait moindre du dispositif Scellier. « Sur Lyon on pense que l’ on sera plus près des -5% que des -15% » tempère toutefois le patron de la FNAIM du Rhône.

Un même écart est constaté sur les prix : la FNAIM table au niveau national sur une baisse de 5% des prix. « On n’ira pas à -5% sur Lyon» parie toutefois Gilles Cecere. Le fait que les livraisons dans le neuf risquent de se décaler vont, notamment, provoquer une tension sur le marché de l’ancien, selon lui.

« Les prix ne vont pas s’effondrer du jour au lendemain », assène-t-il. Il prévoit malgré tout que l’activité sera morne dans les deux prochains mois du fait de l’attentisme pré-électoral, tout en faisant le souhait que les politiques à venir dans le secteur du logement se fassent de manière plus durable. Pour lui, il faut ainsi « ne pas changer tous les 6 mois la politique du logement en France. On déstabilise le marché et la vie des gens ». Un avis partagé par Maitre Jean-Pierre Prohaszka, président de la Chambre des Notaires du Rhône, qui rappelle à ce titre que plusieurs lois de finances rectificatives ont été votées l’an dernier, une accumulation de nature à déstabiliser propriétaires et acquéreurs.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Toujours la même musique, les professionnels disent ça pour faire repartir les ventes, ce qui est dans leurs petits intérêts.
Je constate aussi que l’on arrête pas de demander l’avis à des gens qui sont juges et parties: est-ce bien cohérent?
Ils n’ont pas intérêts à annoncer la baisse du marché, ils savent bien que ça baissera encore davantage ensuite.

L’attentisme c’est surtout de voir les résultats des réformes de fiscalité en matière immobilière faire leurs effets, et non pas les élections comme on nous le tambourinne aux oreilles.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : les prix en hausse, les volumes au plus haut

Les notaires de France ont publié vendredi leur note de conjoncture immobilière au titre du deuxième trimestre. Les prix étaient en hausse de 7% sur un an à Lyon.


Rhône-Alpes : les prix globalement orientés à la hausse

Selon la Chambre régionale des notaires, qui a publié ses statistiques régionales il y a quelques jours, le marché est actif dans les départements de l’ancienne région, avec des prix orientés à la hausse.


Immobilier neuf : bonnes ventes sur Clermont-Ferrand, prix en hausse

Les dernières statistiques de l’ŒIL au titre du deuxième trimestre sur l’agglomération montrent à la fois de fortes mises en vente, ainsi que de multiples réservations.


Immobilier : les professionnels restent optimistes

Selon le baromètre du Crédit Foncier réalisé trois fois par an par l’institut CSA, plus de 8 professionnels sur 10 sont optimistes pour les mois à venir. Y compris dans le sud-est.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère à Lyon


Selon le baromètre mensuel LPI-Seloger, les prix signés ont augmenté de 7.6% dans la ville par rapport à juin 2016, à 4279€ le m².


Les prix de l’immobilier en hausse de 5.1% à Lyon

La fédération a, mercredi, transmis ses chiffres au titre du premier semestre 2017. Sur 12 mois, la hausse des prix est assez sensible en France, et notamment dans plusieurs villes, dont Lyon. Mais certaines villes de la région voient toujours leurs prix baisser


Nettes hausses de prix dans certains arrondissements de Lyon

null
LPI-Seloger a fait état lundi de son baromètre mensuel des prix immobiliers en France et à Lyon.


Les prix de l’immobilier s’envolent dans certains secteurs de Lyon, selon LPI-Seloger

L’observatoire a publié son baromètre lundi. Il fait état de nettes hausses dans certains arrondissements, comme le 1er, le 3ème ou le 6ème.


Investir dans un garage : Bourgoin-Jallieu et Romans-sur-Isère dans le top 5

Le site Jestocke.com a établi un top 5 des villes atypiques pour investir dans un garage.


Les prix de l’immobilier accélèrent à Lyon

null
Le dernier baromètre LPI Seloger publié mardi fait état d’une nette hausse des prix dans la Métropole de Lyon. Au niveau national, les prix se tassent sur les trois derniers mois.


Lyon : les prix des appartements en hausse de 6.2% en 2016

Au quatrième trimestre 2016, les prix augmentaient nettement à Lyon, tandis qu’ils s’avéraient toujours en baisse à Saint-Etienne. Les volumes continuent, au niveau national, à se densifier.


Clermont-Ferrand : une hausse des prix de l’immobilier de 3.8% en 2016

A l’occasion de la présentation des chiffres du CRPI, la FNAIM a fait un point sur le marché de la transaction et de la location en Auvergne et à Clermont-Ferrand.


Grenoble : ventes de logements en hausse mais prix stables en 2016

La Chambre des notaires de l’Isère a fait état mardi de son observatoire de l’immobilier.


« L’équilibre des territoires est la clé de la crise du logement »

null
Jean-Marc Torrollion est le président délégué de la FNAIM au niveau national.


Prix des logements anciens : +3.3% à Lyon au 3ème trimestre

L’indice INSEE-Notaires pour l’agglomération de Lyon a été diffusé il y a quelques jours, concomitamment à la mise à jour de l’estimation des prix au niveau national.