Loire-Sud : « une petite baisse des prix » prévue en 2012

Guy Giraud, le président de la FNAIM de Loire-Sud, pense que les prix de l’immobilier dans le secteur de Saint-Etienne devraient revenir en 2012 à leur niveau du début de l’année 2011.

Quelle a été la tendance de l’immobilier en Loire Sud en 2011 ?

En Loire-sud, l’année 2011 a été, comme au plan national, une bonne année, avec les mêmes augmentations de prix et de volumes. Si l’on excepte des régions comme l’Ile de France et Paris intra-muros, Loire-Sud a suivi le fil national, avec des augmentations de prix de l’ordre de 4.5%, et un volume d’affaires qui a été intéressant, puisqu’on est revenu sensiblement au nombre de ventes que nous avions connu lors de la dernière année de hausse, c’est-à-dire en 2008.

Est-ce que, comme la FNAIM l’anticipe au niveau national, 2012 pourrait se traduire par une baisse des transactions en Loire-Sud ?

Je le crains. Il est vérifié, depuis de très nombreuses années, que la courbe à la hausse ou à la baisse des prix ou des volumes de vente au niveau national est la même sur le plan local. Je crains que 2012 soit une année un tout petit peu difficile. Nous sommes en année électorale, et nos clients n’aiment pas cette période. Un certain nombre de réglementations ont changé comme la loi sur les plus-values, qui a permis un certain nombre de vente avant le 1er février de cette année. C’est un marché qu’on ne retrouvera pas durant cette année 2012. Nous avons également la suppression du PTZ+ dans l’ancien, lequel avait permis de faire 300.000 ventes sur la France entière en 2011, et que nous n’aurons plus cette année. Tout ça et d’autres petits éléments font que l’on craint que 2012 soit une année plus difficile que 2011.

Ceci devrait se traduire dans les prix...

Nous avons, je le disais, la même évolution des prix au plan national et au plan local. Nous devrions par conséquent connaître une petite baisse des prix, qui devrait nous ramener aux prix du début de l’année 2011.

Guy Giraud, FNAIM Loire Sud sur le marché en 2012 par Lyon_Pole_Immo

Le marché stéphanois est assez atypique, avec un marché résidentiel assez important en périphérie, sur le sud de la plaine du Forez, et un centre-ville de Saint-Etienne qui, lui, a connu durant une dizaine d’année une certaine léthargie. Est-ce qu’aujourd’hui, ceci a tendance à se rééquilibrer ?

Très très difficilement. On a toujours, sur Saint-Etienne intra-muros, un marché relativement difficile, avec des prix très bas : le prix moyen dans l’ancien est de 1 350 euros le mètre carré. Nous avons toujours une perte de population, même si ceci n’est pas propre à Saint-Etienne. Mon confrère de Nantes tenait le même discours hier à Paris : les villes-centres ont tendance à se dépeupler. La périphérie –la première et la deuxième couronne de Saint-Etienne – profite de ces déplacements de population. Nous avons de ce fait des prix et un marché bien plus soutenus sur la première et deuxième couronne que sur Saint-Etienne intra-muros. Celle-ci a du mal à retrouver un marché vigoureux, et à la hausse.

Peut-on faire un point sur le marché locatif ?

Ce que l’on vient de dire sur la vente, on le retrouve à la location. Nous avons une offre énorme, avec 2 750 logements vacants sur Saint-Etienne. On a une demande pas très importante d’une part, et socialement un peu difficile d’autre part, dont nous avons par conséquent un marché très dur. Ceci se voit dans les chiffres puisque l’on a un prix moyen au mètre carré en location de l’ordre de 7 à 7.50 euros le mètre carré par mois.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.