Loire-Sud : « une petite baisse des prix » prévue en 2012 | Lyon Pôle Immo

Loire-Sud : « une petite baisse des prix » prévue en 2012

Guy Giraud, le président de la FNAIM de Loire-Sud, pense que les prix de l’immobilier dans le secteur de Saint-Etienne devraient revenir en 2012 à leur niveau du début de l’année 2011.

Quelle a été la tendance de l’immobilier en Loire Sud en 2011 ?

En Loire-sud, l’année 2011 a été, comme au plan national, une bonne année, avec les mêmes augmentations de prix et de volumes. Si l’on excepte des régions comme l’Ile de France et Paris intra-muros, Loire-Sud a suivi le fil national, avec des augmentations de prix de l’ordre de 4.5%, et un volume d’affaires qui a été intéressant, puisqu’on est revenu sensiblement au nombre de ventes que nous avions connu lors de la dernière année de hausse, c’est-à-dire en 2008.

Est-ce que, comme la FNAIM l’anticipe au niveau national, 2012 pourrait se traduire par une baisse des transactions en Loire-Sud ?

Je le crains. Il est vérifié, depuis de très nombreuses années, que la courbe à la hausse ou à la baisse des prix ou des volumes de vente au niveau national est la même sur le plan local. Je crains que 2012 soit une année un tout petit peu difficile. Nous sommes en année électorale, et nos clients n’aiment pas cette période. Un certain nombre de réglementations ont changé comme la loi sur les plus-values, qui a permis un certain nombre de vente avant le 1er février de cette année. C’est un marché qu’on ne retrouvera pas durant cette année 2012. Nous avons également la suppression du PTZ+ dans l’ancien, lequel avait permis de faire 300.000 ventes sur la France entière en 2011, et que nous n’aurons plus cette année. Tout ça et d’autres petits éléments font que l’on craint que 2012 soit une année plus difficile que 2011.

Ceci devrait se traduire dans les prix...

Nous avons, je le disais, la même évolution des prix au plan national et au plan local. Nous devrions par conséquent connaître une petite baisse des prix, qui devrait nous ramener aux prix du début de l’année 2011.

Guy Giraud, FNAIM Loire Sud sur le marché en 2012 par Lyon_Pole_Immo

Le marché stéphanois est assez atypique, avec un marché résidentiel assez important en périphérie, sur le sud de la plaine du Forez, et un centre-ville de Saint-Etienne qui, lui, a connu durant une dizaine d’année une certaine léthargie. Est-ce qu’aujourd’hui, ceci a tendance à se rééquilibrer ?

Très très difficilement. On a toujours, sur Saint-Etienne intra-muros, un marché relativement difficile, avec des prix très bas : le prix moyen dans l’ancien est de 1 350 euros le mètre carré. Nous avons toujours une perte de population, même si ceci n’est pas propre à Saint-Etienne. Mon confrère de Nantes tenait le même discours hier à Paris : les villes-centres ont tendance à se dépeupler. La périphérie –la première et la deuxième couronne de Saint-Etienne – profite de ces déplacements de population. Nous avons de ce fait des prix et un marché bien plus soutenus sur la première et deuxième couronne que sur Saint-Etienne intra-muros. Celle-ci a du mal à retrouver un marché vigoureux, et à la hausse.

Peut-on faire un point sur le marché locatif ?

Ce que l’on vient de dire sur la vente, on le retrouve à la location. Nous avons une offre énorme, avec 2 750 logements vacants sur Saint-Etienne. On a une demande pas très importante d’une part, et socialement un peu difficile d’autre part, dont nous avons par conséquent un marché très dur. Ceci se voit dans les chiffres puisque l’on a un prix moyen au mètre carré en location de l’ordre de 7 à 7.50 euros le mètre carré par mois.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’achat d’un logement rapidement rentable à Saint-Etienne, bien moins à Annecy

Meilleurs Agents a dévoilé son classement des villes où il vaut mieux soit acheter, soit louer un 70 m², en fonction de la durée d’amortissement, au sein des 200 plus grandes villes de France.


Le prix médian des appartements a reculé de 5,1% à Lyon en 2023

nullLe prix du m² repasse sous les 5.000€, selon les notaires du Rhône qui organisaient jeudi leur traditionnelle conférence de presse de présentation des chiffres de l’immobilier.


La rue Gasparin, artère la plus chère de Lyon

C’est le constat dressé par Meilleurs Agents, qui a publié son classement des rues les plus chères au sein des 50 plus grandes métropoles de France. La rue la plus chère parmi ces grandes villes est la rue de Furstemberg (24.272€/m²), située dans le 6ème arrondissement de Paris.


Les prix de l’immobilier ont reculé de 9,3% à Lyon en 2023

nullLa baisse des prix a accéléré en France au 4e trimestre, selon les indices Notaires-INSEE. Sur la période, le recul des prix des logements anciens atteint 1,8%. Les prix chutent de 4% en rythme annuel en France.


Vers une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier à Lyon et Saint-Étienne

nullSelon la dernière note de conjoncture des notaires, 2023 pourrait se conclure par un total de 860.000 transactions. Et le reflux des prix observé l’année dernière devrait se poursuivre, au vu des avant-contrats.


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.


Chute des ventes mais recul limité des prix immobiliers en 2023, selon LPI/iad

nullLe baromètre a, au cours de la semaine, divulgué son baromètre des prix au niveau national. La baisse des prix n’est pas uniforme, en France et en Auvergne-Rhône-Alpes.


Century 21 fait état de baisses de prix encore trop limitées

nullLe réseau d’agences franchisées a dressé un bilan de l’activité du marché immobilier en 2023.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.


Un nombre de biens à vendre en nette hausse

Bien’ici a récemment communiqué son bilan de l’année 2023 en matière d’immobilier.


Les indices de prix des logements Notaires-Insee en recul

Les indices des prix des logements dévoilés par l’INSEE sont en baisse en France, en Auvergne-Rhône-Alpes et à Lyon au troisième trimestre 2023.


Nette hausse des ventes de logements étiquetés F et G

nullLes notaires de France ont fait part en fin de semaine dernière de l’étude « la valeur verte des logements en 2022 ». Les logements étiquetés F ou G représentent plus de 10% du parc dans certaines villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


53% des français n’ont pas encore décidé de louer leur bien pour les JO

nullC’est le constat dressé par Orpi, qui a interrogé 444 de ses clients sur leurs intentions à l’approche de la période des Jeux Olympiques.