Lyon, marché immobilier « classique » ?

Selon une étude de l’université Paris Dauphine, le marché immobilier lyonnais s’est, en 10 ans, renchéri relativement aux autres métropoles françaises. La structure des prix entre centre et périphérie est en outre assez classique.

La métropole lyonnaise n’est pas encore la plus chère de l’Hexagone, mais les prix ont néanmoins augmenté de manière plus sensible que dans d’autres métropoles. C’est ce que révèle une étude de l’Université Paris Dauphine, qui a étudié l’évolution de la structure des prix de l’immobilier dans 12 métropoles française entre 1998 et 2010. La métropole lyonnaise n’est ainsi plus aussi bon marché qu’il y a près de 15 ans. Alors que Lyon se classait à la huitième place en termes de prix dans les logements en collectif en 1998, la métropole occupait en 2010 la cinquième place d’un classement établi par l’Université.

Toutefois, note l’étude, même si les métropoles ont vu leurs prix nettement augmenter de 1998 à 2010, parfois même plus qu’à Paris, la province n’a pas rattrapé Paris, l’écart de prix restant présent sur le segment des logements collectifs. S’il s’est nettement réduit dans certains cas, le rapport reste toutefois de plus de 1 à 1,5 entre les villes de Province les plus chères (Marseille-Aix, Lyon, Toulouse et Montpellier) et la capitale.

Une hausse de 180% en 12 ans

« La modification du classement selon le prix tient essentiellement au fait que, si les métropoles françaises ont bien toutes flambé pendant les années 2000, elles n’ont pas suivi la tendance à l’unisson. Pour preuve, les taux de croissance de leurs prix immobiliers varient du simple au double» note l’étude. Dans le collectif en particulier, les augmentations y sont les plus fortes que dans l’individuel, avec une hausse particulièrement sensible à Lyon, de l’ordre de 180% - soit l’une des plus fortes hausses des métropoles françaises derrière Aix-Marseille (+200%).

Toutefois, si l’écart reste très important dans le collectif, l’écart de prix dans le logement individuel a fondu, au point que Paris n’est désormais plus que la troisième aire urbaine la plus chère, derrière Nice et Marseille-Aix. A l’inverse, « Strasbourg et Rennes sont passées du statut de métropoles les plus chères de province en 1998 après Nice, au statut de métropoles les moins chères en 2010 avant Orléans » note l’étude.

Les biens les moins chers ont le plus augmenté

Sur toutes les métropoles étudiées, l’université Dauphine note que ce sont les biens d’entrée de gamme qui se sont, sur la période, le plus apprécié. A Lyon, les prix du premier décile (c’est-à-dire les 10% de biens qui affichent les prix les moins chers du parc total) ont ainsi progressé dans le collectif en centre-ville de 245% quand les prix du neuvième décile (c’est-à-dire les plus chers) ont, eux, progressé de 160%.

Dans l’individuel périurbain, la tendance est identique avec des prix en progression de 265% pour le premier décile, contre une augmentation de 155% pour les prix du neuvième décile.

Lyon, ville « classique »

Dans la structure de prix centre/banlieue, Lyon reste dans le schéma le plus répandu des villes françaises, à savoir une périphérie dont les prix sont moins élevés que le centre-ville. Ainsi, les prix en banlieue lyonnaise sont 17% moins élevés qu’en centre-ville, et ceux de l’aire périurbaine restent quant à eux 27% moins élevés. Certaines métropoles du sud de la France dérogent toutefois à cette règle et font figure d’exception.

C’est le cas notamment dans les villes méditerranéennes, comme à Aix, Marseille ou encore Nice. Dans ces villes, la banlieue et la périphérie affichent des prix bien supérieurs au centre-ville. Sur la capitale de la région PACA, on observera ainsi qu’en secteur périurbain, les prix des logements collectifs sont supérieurs de 54% aux prix du centre-ville. Idem pour Montpellier où les prix en secteur périurbain dépassent de 38% les prix du centre-ville. A Nice, ce sont les prix des logements collectifs en banlieue qui s’avèrent plus chers que ceux en centre-ville.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.