Lyon, marché immobilier « classique » ? | Lyon Pôle Immo

Lyon, marché immobilier « classique » ?

Selon une étude de l’université Paris Dauphine, le marché immobilier lyonnais s’est, en 10 ans, renchéri relativement aux autres métropoles françaises. La structure des prix entre centre et périphérie est en outre assez classique.

La métropole lyonnaise n’est pas encore la plus chère de l’Hexagone, mais les prix ont néanmoins augmenté de manière plus sensible que dans d’autres métropoles. C’est ce que révèle une étude de l’Université Paris Dauphine, qui a étudié l’évolution de la structure des prix de l’immobilier dans 12 métropoles française entre 1998 et 2010. La métropole lyonnaise n’est ainsi plus aussi bon marché qu’il y a près de 15 ans. Alors que Lyon se classait à la huitième place en termes de prix dans les logements en collectif en 1998, la métropole occupait en 2010 la cinquième place d’un classement établi par l’Université.

Toutefois, note l’étude, même si les métropoles ont vu leurs prix nettement augmenter de 1998 à 2010, parfois même plus qu’à Paris, la province n’a pas rattrapé Paris, l’écart de prix restant présent sur le segment des logements collectifs. S’il s’est nettement réduit dans certains cas, le rapport reste toutefois de plus de 1 à 1,5 entre les villes de Province les plus chères (Marseille-Aix, Lyon, Toulouse et Montpellier) et la capitale.

Une hausse de 180% en 12 ans

« La modification du classement selon le prix tient essentiellement au fait que, si les métropoles françaises ont bien toutes flambé pendant les années 2000, elles n’ont pas suivi la tendance à l’unisson. Pour preuve, les taux de croissance de leurs prix immobiliers varient du simple au double» note l’étude. Dans le collectif en particulier, les augmentations y sont les plus fortes que dans l’individuel, avec une hausse particulièrement sensible à Lyon, de l’ordre de 180% - soit l’une des plus fortes hausses des métropoles françaises derrière Aix-Marseille (+200%).

Toutefois, si l’écart reste très important dans le collectif, l’écart de prix dans le logement individuel a fondu, au point que Paris n’est désormais plus que la troisième aire urbaine la plus chère, derrière Nice et Marseille-Aix. A l’inverse, « Strasbourg et Rennes sont passées du statut de métropoles les plus chères de province en 1998 après Nice, au statut de métropoles les moins chères en 2010 avant Orléans » note l’étude.

Les biens les moins chers ont le plus augmenté

Sur toutes les métropoles étudiées, l’université Dauphine note que ce sont les biens d’entrée de gamme qui se sont, sur la période, le plus apprécié. A Lyon, les prix du premier décile (c’est-à-dire les 10% de biens qui affichent les prix les moins chers du parc total) ont ainsi progressé dans le collectif en centre-ville de 245% quand les prix du neuvième décile (c’est-à-dire les plus chers) ont, eux, progressé de 160%.

Dans l’individuel périurbain, la tendance est identique avec des prix en progression de 265% pour le premier décile, contre une augmentation de 155% pour les prix du neuvième décile.

Lyon, ville « classique »

Dans la structure de prix centre/banlieue, Lyon reste dans le schéma le plus répandu des villes françaises, à savoir une périphérie dont les prix sont moins élevés que le centre-ville. Ainsi, les prix en banlieue lyonnaise sont 17% moins élevés qu’en centre-ville, et ceux de l’aire périurbaine restent quant à eux 27% moins élevés. Certaines métropoles du sud de la France dérogent toutefois à cette règle et font figure d’exception.

C’est le cas notamment dans les villes méditerranéennes, comme à Aix, Marseille ou encore Nice. Dans ces villes, la banlieue et la périphérie affichent des prix bien supérieurs au centre-ville. Sur la capitale de la région PACA, on observera ainsi qu’en secteur périurbain, les prix des logements collectifs sont supérieurs de 54% aux prix du centre-ville. Idem pour Montpellier où les prix en secteur périurbain dépassent de 38% les prix du centre-ville. A Nice, ce sont les prix des logements collectifs en banlieue qui s’avèrent plus chers que ceux en centre-ville.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La FNAIM exclut une reprise du marché immobilier dans les prochains mois

La fédération de l’immobilier a fait part de sa note de conjoncture de mai.


L’achat d’un logement rapidement rentable à Saint-Etienne, bien moins à Annecy

Meilleurs Agents a dévoilé son classement des villes où il vaut mieux soit acheter, soit louer un 70 m², en fonction de la durée d’amortissement, au sein des 200 plus grandes villes de France.


Le prix médian des appartements a reculé de 5,1% à Lyon en 2023

nullLe prix du m² repasse sous les 5.000€, selon les notaires du Rhône qui organisaient jeudi leur traditionnelle conférence de presse de présentation des chiffres de l’immobilier.


La rue Gasparin, artère la plus chère de Lyon

C’est le constat dressé par Meilleurs Agents, qui a publié son classement des rues les plus chères au sein des 50 plus grandes métropoles de France. La rue la plus chère parmi ces grandes villes est la rue de Furstemberg (24.272€/m²), située dans le 6ème arrondissement de Paris.


Les prix de l’immobilier ont reculé de 9,3% à Lyon en 2023

nullLa baisse des prix a accéléré en France au 4e trimestre, selon les indices Notaires-INSEE. Sur la période, le recul des prix des logements anciens atteint 1,8%. Les prix chutent de 4% en rythme annuel en France.


Vers une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier à Lyon et Saint-Étienne

nullSelon la dernière note de conjoncture des notaires, 2023 pourrait se conclure par un total de 860.000 transactions. Et le reflux des prix observé l’année dernière devrait se poursuivre, au vu des avant-contrats.


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.


Chute des ventes mais recul limité des prix immobiliers en 2023, selon LPI/iad

nullLe baromètre a, au cours de la semaine, divulgué son baromètre des prix au niveau national. La baisse des prix n’est pas uniforme, en France et en Auvergne-Rhône-Alpes.


Century 21 fait état de baisses de prix encore trop limitées

nullLe réseau d’agences franchisées a dressé un bilan de l’activité du marché immobilier en 2023.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.


Un nombre de biens à vendre en nette hausse

Bien’ici a récemment communiqué son bilan de l’année 2023 en matière d’immobilier.


Les indices de prix des logements Notaires-Insee en recul

Les indices des prix des logements dévoilés par l’INSEE sont en baisse en France, en Auvergne-Rhône-Alpes et à Lyon au troisième trimestre 2023.


Nette hausse des ventes de logements étiquetés F et G

nullLes notaires de France ont fait part en fin de semaine dernière de l’étude « la valeur verte des logements en 2022 ». Les logements étiquetés F ou G représentent plus de 10% du parc dans certaines villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.