Immobilier : la France dans un nouveau cycle, selon les notaires

Pas de trou d’air, mais un nouveau cycle plutôt baissier pour l’immobilier : c’est en substance ce qu’ont indiqué les Notaires hier, dans leur point de conjoncture.

La France est entrée dans un nouveau cycle immobilier, ont indiqué les notaires dans leur dernier point de conjoncture. Après la nette hausse des prix des années 2010 et 2011, les prix devraient ainsi rechuter, selon eux, dans des proportions contenues. Car si cette situation touche autant l'immobilier ancien que l'immobilier neuf, elle ne leur apparait en rien comparable à celle du "trou d'air" observé en 2008-2009.

Leurs hypothèses s’articulent autour de deux scénarios, avec à chaque fois des baisses de prix, plus ou moins marquées. Pour l’heure, celui qui semble avoir les faveurs des notaires serait celui où les taux d'intérêt restent aux niveaux qui sont les leurs actuellement. Dans celui-ci, où la législation autour des loyers ne dissuaderait pas les investisseurs, la baisse des transactions de logements anciens serait limitée entre 10 % et 15 % en 2012, avec une fourchette allant de 700 000 à 740 000 pour ces dernières. Le repli des prix attendu par les Notaires serait alors modéré, « de l'ordre de 5 % à 10 %, plus près de 5 % sur les marchés attractifs et tendus, plus près de 10 % sur les autres marchés".

Des volumes dans le neuf en berne

L’autre hypothèse est nettement plus pessimiste, et se base sur des hypothèses nettement plus négatives, comme une augmentation sensible des taux d’intérêt, accompagnée par de « nouvelles législations fiscales » créant « une perte de confiance, une peur et une incertitude entraînant un retrait du marché immobilier des seniors et des classes moyennes ». Dans ce cas, « le volume de transaction passera au-dessous de 700 000 avec des baisses de prix également bien accentuées ».

Alors que les Notaires de France ne font pas encore état de statistiques précises pour le premier trimestre, ils font part, en revanche, d’"un nombre de ventes en baisse depuis février, notamment sur l'Ile-de-France avec -14 % pour le seul mois de février 2012 par rapport au mois de février 2011". Un chiffre qui semble coïncider pour ce mois précis aux chiffres très négatifs de la production de crédit.

Les notaires, s’ils élaborent plusieurs scénarios dans l’ancien sont nettement plus fatalistes pour le secteur de l’immobilier neuf en termes de volumes. "Les investisseurs, compte tenu d'un nouveau coup de rabot annoncé sur les niches fiscales dans le programme socialiste, vont déserter le logement neuf". Pour eux, la " tendance pourrait même être accentuée si des mesures sévères venaient encadrer les loyers". Pourtant, il n'y a guère de raison, selon eux, « que le prix du neuf baisse dans les prochains mois, sauf, ponctuellement, en vue de réduire le stock ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.