« Le marché de l’immobilier est à un point de rupture »

Face à des délais de vente qui se rallongent, les prix n’augmentent plus et les ventes sont en repli. C’est le constat dressé par Bernard Cadeau et son réseau Orpi, qui publiait aujourd’hui sa dernière étude sur l’offre et la demande immobilière.

Sur le marché immobilier, les vendeurs n’ont semble-t-il plus prise avec la réalité. C’est l’une des conclusions de la dernière étude Orpi sur l’état de l’offre et de la demande, réalisée avec l’institut Opinionway.

Celle-ci fait notamment état d’un déséquilibre croissant entre l’offre et la demande, d’un allongement des délais de vente  (30 % de + en moyenne), et des écarts notables entre le prix utopique souhaité par le vendeur pour son bien et le prix de vente correspondant aux réalités du marché. Si bien que Bernard Cadeau n’hésite pas à déclarer que « le marché de l’immobilier est à un point de rupture ».

La demande de maison anémique

La demande relative en maison est notamment en nette baisse par rapport à 2011. Au premier semestre 2012, l’offre de maisons a ainsi progressé à 59% de l’offre, alors qu’elle représentait 51% en 2011. De la même façon, l’offre d’appartements a diminué à 41%, contre 49% en 2011. Dans le même temps, la demande pour les deux produits restait identique, avec 50% pour les appartements et 50% sur le front des maisons. En outre, l’offre de maisons est très forte sur les grands volumes (+ de 100m²), alors même que l’offre en appartements est très forte sur les studios (48% des mandats pour les – de 60 m²).

Or la demande se concentre surtout sur les surfaces moyennes, la superficie moyenne d’un bien immobilier acheté au premier semestre 2012 s’étant élevée à 76 m2. Résultat : les maisons trouvent moins preneur, quand la demande en appartements est plus en adéquation avec l’offre. L’étude note ainsi que malgré un parc de logement « relativement fourni », celui-ci demeure « peu adapté aux besoins des clients ».

Une demande atone

Face à une situation incertaine sur  le plan économique, l’étude montre que « les acheteurs adoptent désormais une position attentiste et ne disposent que de peu d’encouragements à l’achat ». « Dans les faits, cela se traduit par une diminution du volume des ventes de près de 15 % au premier semestre 2012» note Orpi.

Sur la dynamique des prix, la même dichotomie est observée entre maisons et appartements. Les prix de ces derniers ont ainsi augmenté de 5% entre 2011 et le premier semestre 2012, tandis qu’ils demeurent stables pour les maisons. De la même façon, les différences demeurent importantes en fonction du nombre de pièces et de la superficie des biens : « le prix au mètre carré moyen d’un studio de 34m² s’élève à 3.235€ contre 2.888€ pour un appartement de 144m² » relève l’étude.

Toutefois, les signes d’un ralentissement demeurent bien présents au niveau national. Si les prix n’ont pas décroché, les ventes, elles, sont orientées à la baisse, et les délais s’allongent : ceux-ci se sont accrus de manière significative entre 2011 et le premier semestre 2012, passant de 70 à 92 jours, soit plus de 3 semaines supplémentaires.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Les acheteurs ont enfin compris comment marchait l’immo: ils sont moins c..s en d’autres termes, et ont compris que les aides de l’état (PTZ) au final ne faisait qu’empirer les choses! Ils ojt compris que les prix actuels n’avaient aucun sens et que cela était stupide de s’endetter sur 25 ans tout ca pour se vanter d’etre proprios!

Signaler un abus

Tout à fait d’accord avec Toto,
Seuls des prix revus nettement à la baisse feront repartir le marché.Il nous faut retrouver les prix de 2009 (voire 2005)
pour relancer la machine.Et surtout pas de PTZ ou Scellier car
c’est ce qui a miné le marché immobilier avec ces effets contraires à ceux escomptés !!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.