Vers des logements à 900 euros ? | Lyon Pôle Immo

Vers des logements à 900 euros ?

Le président régional de l’UNPI, Gérard Forcheron, a présenté hier ses propositions pour faire baisser le coût de l’immobilier.

Un logement à 900 euros le mètre carré hors foncier, contre 1500 à 1700 euros aujourd’hui. C’est la proposition qu’a émise hier Gérard Forcheron, le président Rhône-Alpes de l’UNPI, à l’occasion de la conférence de presse de l’UNPI, sous le nom « d'habitat essentiel ». Une réflexion que l’UNPI a démarré depuis plus d’un an.

« L’habitat à 3 500 euros sur la région lyonnaise existera toujours » explique le président régional des propriétaires immobiliers. Pour lui, il s’agit de construire une nouvelle forme de logement, « l’habitat essentiel », à côté de l’habitat traditionnel. Son objectif étant de réduire le processus de production de logements, tant sur le front du bâti que sur le front de l’équipement du logement, et d’assurer les fonctions essentielles du logement, en se débarrassant du superflu. Un logement qui pourrait s’adapter aux jeunes, qui ont, dans leur parcours résidentiel, des exigences moins fortes en termes de logement.

Industrialisation

Gérard Forcheron, qui fut le président de la commission habitat essentiel au sein de l’UNPI, veut promouvoir, pour ce faire, un système d’industrialisation pour la conception du bâtiment, qui réduirait la facture du logement. Ainsi des modules tridimensionnels fabriqués en usine pourraient être disposés dans les logements pour les salles de bains ou les toilettes, et des modules bidimensionnels pour le cloisonnement. En plein débat sur l’avenir des lignes d’assemblage automobiles fermées par certains constructeurs, le président régional de l’UNPI propose de les réutiliser pour fabriquer ces modules.

En outre, le nombre d’équipements pourrait être réduit. « Quel est l’intérêt d’avoir une prise téléphonique dans chaque pièce, alors que tout le monde aujourd’hui a le wifi ?» s’interroge le président régional des propriétaires immobiliers. De même, le nombre de prises électriques par logement pourrait être diminué. Or cela suppose une adaptation normative. Pour lui, « les normes envahissent la construction » indique Gérard Forcheron, qui indique que cette accumulation de normes provoque un surenchérissement du coût de la construction. « Il faut qu’il y ait une volonté politique » note Gérard Forcheron.

Une adaptation normative

« Si les politiques ne veulent pas se lancer, il n’y aura pas d’habitat essentiel » martèle-t-il, en notant que le précédent gouvernement avait développé des aides du type Scellier. « On a certes relancé le bâtiment. Mais on s’est rendu compte qu’on a construit des logements dans des zones détendues. C’est complétement stupide !». L’UNPI souhaite donc privilégier l’adaptation des normes à l’aide financière directe sous forme de réduction d’impôt. Pour le foncier, l’idée serait de recourir à des baux emphytéotiques sur le foncier public.

En outre, il faut, pour l’UNPI, une stabilité des règles fiscales. « On ne peut pas partir sur un projet si on change tous les jours de cap, de normes. L’immobilier, c’est du long terme, il faut que l’on raisonne au moins à moyen terme » indique Gérard Forcheron.

Un logement qui peut s’adapter au secteur social

L’habitat essentiel ne serait en outre pas réservé qu’au secteur privé et pourrait servir également le secteur social. « Les bailleurs sociaux ont tous des volontés de construire des logements les plus beaux ». Or les listes d’allonge sont nombreuses chez ces derniers. « Une réflexion à se poser sur les personnes qui sont à la rue » indique le président de l’UNPI. L’habitat essentiel pourrait permettre de construire plus, afin de répondre à une demande forte en termes d’habitat accessible, ouvert au secteur social.

Concrètement, un bâtiment test est prêt à être construit à Lille. Or celui-ci ne pourra se construire sans simplification des normes. La balle est donc dans le camp du gouvernement. Cécile Duflot a indiqué, dans son discours de Deauville devant les promoteurs immobiliers - eux aussi preneurs d’une simplification normative - qu’une réflexion allait se poursuivre sur ce sujet. Dans ce débat les propriétaires immobiliers veulent être agitateurs d’idées.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

enfin des propos intéressants

Signaler un abus

**********Or celui-ci ne pourra se construire sans simplification des norme************

Oui super des immeubles en carton, déjà dans le neuf c’est vraiment de la mer*** alors j’espère que ça sera jamais accepté, perso j’ai une très bonne idée réduire les marges et les salaires des dirigent des constructeurs et autres interm. de 50% et ça passera sans pb.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’achat d’un logement rapidement rentable à Saint-Etienne, bien moins à Annecy

Meilleurs Agents a dévoilé son classement des villes où il vaut mieux soit acheter, soit louer un 70 m², en fonction de la durée d’amortissement, au sein des 200 plus grandes villes de France.


Le prix médian des appartements a reculé de 5,1% à Lyon en 2023

nullLe prix du m² repasse sous les 5.000€, selon les notaires du Rhône qui organisaient jeudi leur traditionnelle conférence de presse de présentation des chiffres de l’immobilier.


La rue Gasparin, artère la plus chère de Lyon

C’est le constat dressé par Meilleurs Agents, qui a publié son classement des rues les plus chères au sein des 50 plus grandes métropoles de France. La rue la plus chère parmi ces grandes villes est la rue de Furstemberg (24.272€/m²), située dans le 6ème arrondissement de Paris.


Les prix de l’immobilier ont reculé de 9,3% à Lyon en 2023

nullLa baisse des prix a accéléré en France au 4e trimestre, selon les indices Notaires-INSEE. Sur la période, le recul des prix des logements anciens atteint 1,8%. Les prix chutent de 4% en rythme annuel en France.


Vers une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier à Lyon et Saint-Étienne

nullSelon la dernière note de conjoncture des notaires, 2023 pourrait se conclure par un total de 860.000 transactions. Et le reflux des prix observé l’année dernière devrait se poursuivre, au vu des avant-contrats.


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.


Chute des ventes mais recul limité des prix immobiliers en 2023, selon LPI/iad

nullLe baromètre a, au cours de la semaine, divulgué son baromètre des prix au niveau national. La baisse des prix n’est pas uniforme, en France et en Auvergne-Rhône-Alpes.


Century 21 fait état de baisses de prix encore trop limitées

nullLe réseau d’agences franchisées a dressé un bilan de l’activité du marché immobilier en 2023.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.


Un nombre de biens à vendre en nette hausse

Bien’ici a récemment communiqué son bilan de l’année 2023 en matière d’immobilier.


Les indices de prix des logements Notaires-Insee en recul

Les indices des prix des logements dévoilés par l’INSEE sont en baisse en France, en Auvergne-Rhône-Alpes et à Lyon au troisième trimestre 2023.


Nette hausse des ventes de logements étiquetés F et G

nullLes notaires de France ont fait part en fin de semaine dernière de l’étude « la valeur verte des logements en 2022 ». Les logements étiquetés F ou G représentent plus de 10% du parc dans certaines villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


53% des français n’ont pas encore décidé de louer leur bien pour les JO

nullC’est le constat dressé par Orpi, qui a interrogé 444 de ses clients sur leurs intentions à l’approche de la période des Jeux Olympiques.