79% des notaires s’attendent à une baisse des prix de l’immobilier

Selon la dernière étude Immonot.com, réalisée auprès de notaires de province, près de 79% d’entre eux sont pessimistes sur les prix.

Les notaires voient leurs anticipations sur les prix revenir à une plus bas de 4 ans. Selon la dernière étude réalisée par le site Immonot.com, qui compile les anticipations d’études notariales sur l’immobilier, près de 79% des notaires s’attendent à une baisse des prix pour les logements. Cette proportion est toutefois moins marquée pour les terrains. « Les anticipations sur la baisse des prix des logements se révèlent très proches de celles exprimées lors du déclenchement de la crise des "subprime" à l'automne 2008 » note l’étude

L’étude montre qu’en octobre, 68 % des négociateurs observaient une nouvelle baisse du volume des signatures de compromis. La fin 2012 pourrait toutefois être un peu meilleure avec 35 % de notaires anticipant une amélioration de leur activité, contre 28 % deux mois plus tôt.

Report

Cette tendance à la baisse des prix pourrait être accentuée par le report sur la bourse des valeurs, des investisseurs immobiliers. Les prix évoluant en fonction des revenus, cette baisse devrait surtout concerner les banlieues, le milieu rural et semi-rural. Le cœur des villes, qui concentre les plus hauts revenus, paraît beaucoup moins sensible aux effets de la crise.

L’étude note également l'augmentation très sensible de la proportion des notaires conseillant d'attendre (14 % pour le logement et 12 % pour les terrains) plutôt que vendre ou acheter un bien. 71% conseillent toutefois de vendre. « Comme s'il s'agissait de retenir son souffle avant un choc à venir. C'est l'indice d'observateurs assez désorientés devant la situation actuelle et qui s'interrogent sur les perspectives de croissance de l'économie française au cours de l'année 2013 » note l’étude.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Il n’y a pas besoin de « sortir de St Cyr » pour savoir qu’un immobilier surévalué de 40%, au beau milieu d’une crise sans précédent, dans un pays comptant un très grand nombre de logements inoccupés ne peut que s’effondrer.
2013 verra les craintes des uns et les espoirs des autres se réaliser.Et personne n’y pourra rien !!!ni les articles propagandistes, ni les taux bas, ni d’éventuelles « aides ».
Nous avons trop reculé, la chute sera d’autant plus importante.

Signaler un abus

C’est incroyable le nombre de logements vacants sur Lyon et le nombre de vendeurs ne trouvant pas d’acheteur.

Signaler un abus

Laissons les gens dans leurs rêves, par contre le réveil risque d’être très difficile, quand ils vont s’apercevoir enfin que ce ne sera plus comme avant, que désormais la politique concernant l’immobilier de Madame Duflot est sensiblement différente des dix années d’hérésie qui l’ont précédée.

Signaler un abus

Le pire dans tous cela c’est qu’ils diront avec des trémolos dans la voie aux acheteurs qui auront perdu leur maigre épargne dans le ponzi immobilier, que cela n’était pas prévisible, c’est la faute à pas de chance, il y en a qui gagnent d’autres qui perdent…

Les faits sont pourtant là, TOUS SAVAIT qu’il y avait une bulle immobilière en formation, TOUS se sont goinfré comme des porcs sur le dos des investisseurs sur cette période…

Signaler un abus

En parlant de propagande, on peut voir qu’elle agit dans les deux sens et il n’y a pas à chercher bien loin la source des expressions « ponzi immobilier », « bulle »:

http://www.bulle-immobiliere.org/forum/viewtopic.php?f=170&t=82828

Pauvres aigris, c’est confondant de naiveté de penser qu’il y a aura un effondrement en valeur faciale. La correction (forte) a commencé depuis un moment lorsqu’on considère le rapport immo/or qui est le seul qui ait un sens à long terme, compte tenu de l’inflation monétaire qui se contamine insidieusement à l’éco réelle à travers les matières premières.

Faut vraiment être un neuneu pour pour gober l’inflation officielle de l’INSEE qui ne sert qu’à tenir la bride à toute augmentation des presta sociales et à tondre à bon compte l’epargne via les taux de livret.

Bref, la chute de l’immo a commencé depuis longtemps mais les pauvres locataires qui l’attendent en valeur faciale vont patienter longtemps… J’espère pour eux qu’ils ont épargné sur quelque chose qui a survécu à la grande correction débutée en 2008 (et toujours en cours).

Signaler un abus

Traulossier , tu peux traduire en Français stp? Merci de nous redemontrer que la cupidité ne rend pas intelligent…

Signaler un abus

Même avis.

Les membres de ce forum ne sont pas aigris ils analysent les causes de cette bulle.

Signaler un abus

@tron: le lien de « bulle immobilière » que j’ai posté montre qu’on n’est loin de l’analyse objective, puisqu’il s’agit d’intervenir partout pour entretenir le sentiment de baisse et le précipiter.

Pour les « aigris », il suffit de parcourir rapidement ce forum (bulle immo) pour voir que l’essentiel des intervenants sont des locataires frustrés 😉

La notion même de « bulle » est très discutable pour la France, qui n’a pas de surproduction de logement comme l’espagne, ou de mécanisme spéculatif comme les subprimes qui permettait de financer uniquement sur les perspectives de hausse.

Je suis d’accord sur une sur-évaluation du marché immo Français, mais c’est différent d’une bulle. Là où je diverge, c’est sur cette espèce d’espoir qu’on peut lire sur « bulle immo » d’un effondrement rapide et global du prix des logements, j’entends par là en valeur « faciale ».
Ce qui peut baisser en valeur faciale, ce sont les bouses, et c’est vrai que vu le stock d’après guerre est substantiel. Pour le reste, l’inflation réelle fera l’ajustement et on peut voir que la correction est déjà bien engagée quand on regarde le prix du m2 payé en or depuis 2005 (en chute).

Bref, baisse de valeur de l’immo oui mais pas en euro.

Signaler un abus

Ce n’est pas vrai, les membres analysent le pour et le contre, et on en également propriétaires de leur RP,c’est parfaitement faux, membres qui d’ailleurs partagent entièrement l’avis de Madame Duflot sur les causes de cette bulle.
Et on a entendu une chose commune entre Madame Duflot et Monsieur Apparu, je vais le rappeler : trop de subventions sur ce marché déjà tendu incite à une montée des prix du mètre carré, erreur que l’on commet de façon éhontée depuis les dix années de droite qui viennent de s’écouler.Mais ça change et à présent dans les réformes en cours nous avons les droits et les devoirs pour pouvoir bénéficier des nouveaux dispositifs.
Donc j’invite les gens à venir voir tout le forum et ne pas se faire une idée avec un seul article brandi et qui a bien arrangé traulossier.
Quant au comparatif avec l’or c’est du grand n’importe quoi.

Signaler un abus

Don’t feed the troll tron… laisse le avec ses chimères !

Signaler un abus

@ traulossier: fais attention, tu vas bientôt te faire insulter, du genre t’est agent immo ou promoteur…

Bulle immobilière a déjà un biais dans le titre du forum, celui-ci, qui est loin d’être très objectif, ne regroupe pas que des locataires frustrés mais aussi des investisseurs qui attendent la baisse, comme des spéculateurs boursiers attendraient la baisse d’un titre pour le VADer…. C’est assez pathétique. En revanche, tu as raison, il y a une sérévaluation en France, qui est en train de se corriger. Mais parler de bulle, c’est une vue du l’esprit.

Bulle Immobilière est né dans les annnées 2000, ils avaient vu le phénomène de Bulle Internet, et ils se sont dit: on va faire un forum, parce que l’immo aussi c’est une bulle. C’est gentil mais c’est niais… On n’achète pas un appart’ comme on achète un titre boursier. Les prix de l’immobilier si ils se dégonflent de 30% à 40%, ce sera déjà bien. Rien à voir avec le Nasdaq qui s’était écroulé de 80% en deux ans!!!! On est d’un côté dans une mauvaise appréciation des prix de la part des acheteurs (d’où la courbe de Friggit) et de l’autre dans de la spéculation pure…

Signaler un abus

Ca y est encore quelqu’un qui va imaginer juste ce qui peut l’arranger.
Le forum est bien au contraire composé de gens qui ne veulent pas acheter en haut d’une bulle et par des gens déjà propriétaires de leurs résidence principale et qui ne peuvent pas acheter plus grand.
Et comme je le redis, des gens, les membres de ce forum en général sont tout simplement d’accord avec la politique mise en place de Madame Duflot.
Il faut à présent attendre qu’elle porte ses fruits afin que l’immobilier ne soit plus égal à : l’immo prend 10/100 par an que l’on a entendu pendant les 10 ans qui viennent de s’écouler.

Signaler un abus

Bonjour,

Force est de constater que la bulle n’est pas applicable à l’immobilier.

A lyon par exemple : pensez vous qu’un 55 m2 proposé à 170k€ aujourd’hui va se retrouver dans 2 ans à 119 k€ soit une baisse de -30%?

Chacun téhorise mais je constate une seule chose : la baisse annoncée chaque année depuis 2005 n’est pas là et ne le sera jamais, elle n’a jamais eu lieu. les forums immobiliers ne sont pas réalistes : certains forums(pas celui-ci) sont mêmes ridicules quand on relit les théories d’il y a 8 ans.

Alors bien sûr, on assiste à une « baisse » , OK, mais légère et stabilitée. Ou est le Krach ?

Pour résumé, dans cette histoire, pour ma petite personne et très égoistement (comme ça c’est dit), je suis juste déçu d’être passé à côté de cet emballement de prix de 2000 à 2010 qui aurait pu effacer une bonne partie d’un crédit immobilier (disons 70k€).

Nous ne retrouverons jamais plus cet appart de 55 m2 à 119k€ mais je vous l’accorde encore une fois, pas plus qu’à 215k€. La hausse à ces limites….heureusement.

Signaler un abus

Donc ajourd’hui avec les gens qui doivent apporter de plus en plus d’apport et les dispositifs gouvernementaux qui s’éteignent une baisse est impossible d’après vous?Sans compter les taux qui peuvent remonter.
D’ailleurs pour vous rafraichir la mémoire les prix avaient baissé à Lyon en 2008 lors de la remontée des taux d’emprunts, mais sont repartis à la hausse une foi les dispositifs gouvernementaux mis en place et la baisse des taux qui ont repris.
Votre raisonnement vole en éclat par conséquent.

Signaler un abus

Et je vous rappelle que prix de mise en vente est différent des prix de vente.

Signaler un abus

bonjour,

je voudrais apporter mon témoignage très précis afin d’éclaircir un peu les arguments de chacun
je travaille actuellement dans une grande agence immobilière (je ne citerais pas le nom). Je me permet de vous livrer mon avis d’autant plus que je changerais radicalement de métier d’ici 2013/14 (donc je vais être plu^tot sincèreà

En ce moment, dans les agences (tous arrondissement confondus) nos enregistrons une baisse de 25% du total des ventes. Attention, je ne dis pas qu’il y a moins de produits mis en vente car en cette fin d’année, le volume des offres a augmenté considèrablement. Je dis que les ventes s’écroulent. Au delà de cet effondrement des transactions, deux faits majeurs:

1. négociation systèmatique du prix de vente avec à la clé (c’est une moyenne grossière mais représentative) de 15% !
je dis bien 15%. il est vrai qu’une analyse des prix de vente ANNONCE en agence ne fait apparaitre qu’un faible recul. Mais rien n’est fait au niveau des prix réels (forcèment, c’est assez opaque et on diffuse rarement ces infos…)

2. au delà de ces 15%, la durée de mise en vente est vraiment ce qui m’impressionne. 3 semaines à tout casser il y a 5 ans, plus de 3 voir 4 MOIS maintenant. Les futurs acheteurs sont totalement attentiste.
voyant certains dossiers je ne crois pas forcèment qu’ils s’agissent de problème de crédit ou financier (petre que je ne tombe que sur des bons dossiers 😉 ) mais bien d’une forme de peur ou plutôt de stratégie . combien de fois j’ai relancé en vain pour m’attendre dire : je crois qu’on va attendre 2013.

je ne suis ni haussier , ni baissier mais en tant que professionnel je constate concrètement une énorme différence.

Signaler un abus

2013 voire même 2014 pour moi si les vendeurs ne se sont pas assez calmés.

Signaler un abus

mon conseil serait clairement d’attendre 2015 voir 2016.
pendant cette période il faut se « planquer » dans un appartement en location qui ne générera pas ,hors loyer, trop de frais. biien sûr, il faut épargner un maximum.
ça sera la bonne période ensuite.

Signaler un abus

salut r jeanpierreimmo, cest tony, le celebre serial killer des forums sur l’imo… et oui tu as meme droit a un autographe..

heureux de voir qu’il existe des Ais honnetes, bravo !!

Signaler un abus

merci cher Traulossier de traiter tes futurs clients acheteurs de « locataires frustrés  »

tu vois ce sont des gars come toi qui font degouter les acheteurs d’aceheter en ce moment et de passer en agence!

tu vois jeanpierreimmo, ce sont les gars comme Traulossier meprisant ses propres clients acheteurs, qui fotn que des agences coulent en ce moment! ce genre de gars vous portent enormement de tord chers Ais…

Signaler un abus

bonjour,
je ne savais pas qu’il y avait des confrères sur le forum.

j’ai relu attentivement les posts de Traulossier et malgré une forme peut être un peu « brusque » il y a certains points intéressants qu’il développe :
« La notion même de « bulle » est très discutable pour la France, qui n’a pas de surproduction de logement comme l’espagne »
en soit ce n’est pas faux : je suis tout à fait d’accord pour dire qu’il n’y a pas de bulle à proprement parler.
par contre, concrètement, une rectification des prix est en train de s’opérer et se poursuivra je pense jusqu’en 2015/2016.

je dirais par contre que nous ne reviendrons jamais dans des prix « classiques  » et corrélés logiquement et raisonnablement au salaire : la spéculation a eu lieu et les vendeurs redescendront au forceps. Avec le temps, les prix se dégonfleront mais tout comme il existe un plafond haut ,il existe un plafond bas.

hors sujet : merci de ne pas juger tous les AI.
nous avons bénéficié d’un système d’emballement. Freiner les vendeurs ou acheteurs ça auraient été moins de bénéfices directs. C’est malheureusement humain, vous auriez fait la même chose (là on touche presque une notion économique/philosophie : le capitalisme et ses travers mais cela ne m’intéresse pas de débattre dessus)

Signaler un abus

A qui la faute jeanpierreimmo ? Aux agents qui n’ont pas su ou pu évaluer les biens à leur juste valeur ? Peut-être pour en espérer un max de profit ? Mais alors si on regarde les prix demandés par les particuliers vendeurs sans AI, peut-être aux vendeurs eux-mêmes, trop cupides ?
Le remède, l’inflation…..Quand je dis inflation, il s’agit d’une augmentation des prix mais aussi des salaires, par définition, et pas juste une augmentation des prix.
Les augmentations de prix des matériaux, et de la main d’oeuvre ces 20 dernières années expliquent en partie cette augmentation des prix de l’immobilier et aussi pour beaucoup l’augmentation du foncier trop rare.
Là on bute sur la politique voulue par la BCE qui ne voit qu’une chose : maintenir une inflation (une augmentation des prix)à 2% coûte que coûte !

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.