« Il n’y a pas pour l’instant d’effet autoroute »

Stéphanie Collomb est la directrice de l’agence Logideal de Tarare. Elle nous parle de l’arrivée de l’A89 sur Tarare et de son impact sur le marché de la transaction.

Des choses ont-elles changé sur le marché immobilier local avec la perspective de l’arrivée de l’A89 sur Tarare ?

Les acquéreurs potentiels qui nous appellent ne le font pas parce que l’autoroute ouvre ce lundi. Les acquéreurs sont en général des gens qui connaissent déjà Tarare, ou qui reviennent sur la ville après avoir habité sur Lyon.

Personne ne vient pour l’heure de Lyon, pour profiter des prix au mètre carré plus bas dans la région ?

Non. C’était plus facilement le cas il y a deux ou trois ans. A cette époque, certaines personnes avaient anticipé en se disant qu’avec l’arrivée de l’autoroute, les prix allaient augmenter. A l’inverse, les vendeurs ont, eux, déjà anticipé l’autoroute, en fixant leur prix en intégrant cette arrivée de l’A89. Nous sommes de ce fait presque trop chers en prix affiché pour être attractif.

Quels sont les prix des appartements sur Tarare ?

Pour un appartement de 80 m2, la plupart des acquéreurs ne souhaitent pas investir au-delà de 120.000 à 130.000 euros. Les personnes âgées souhaitant être proches du centre-ville, qui veulent en général un appartement très bien entretenu, sans travaux, au rez-de-chaussée ou au premier étage, pourront investir quant à elles jusqu’à 160.000 - 180.000 euros. Mais il est très difficile de satisfaire leur demande étant donné la rareté de ce type de biens sur Tarare. Il y a peu d’appartements de grande surface disposant de prestations de qualité, avec ascenseur ou en pied d’immeubles. Et pour ceux qui existent, il y a très peu de rotation.

Et sur les maisons ?

Les personnes disposant d’un budget de 200.000 euros recherchent une maison de trois chambres avec extérieur. Il y a un décalage avec les exigences des vendeurs qui souhaitent vendre ce type de bien à 220.000-230.000 euros. Sur les maisons à Pontcharra sur Turdine, on pourra rajouter 20.000 euros.

C’est vraiment la proximité avec Lyon qui conditionne les prix de l’immobilier…

Oui. Sur le marché des terrains par exemple, les prix seront plutôt de l’ordre de 60.000 euros sur Joux, 80.000 euros sur Tarare et 100.000 euros sur Saint Romain de Popey. Plus on se dirige vers Lyon, plus les prix se renchérissent. De ce fait, certaines communes, comme Joux ou Violay, situées à proximité d’une sortie d’autoroute, devraient être attractives en termes de prix.

Pour lire la totalité de l'article (767 mots), abonnez-vous ou identifiez-vous

» NOTRE DOSSIER A89

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier à Lyon : une année 2018 satisfaisante en volume

La Chambre des notaires de Lyon présentait mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018. Notamment sur le front du nombre de ventes, qui sont restées très élevées.


Retrouvez la conférence des notaires sur l’immobilier


La Chambre des notaires du Rhône présente ce mardi ses statistiques immobilières de l’année 2018.


Un volume de ventes inédit dans le Rhône et la Métropole en 2018

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM a présenté lundi son bilan 2018 en matière d’immobilier dans la Métropole de Lyon.


Immobilier : des volumes de vente toujours élevés selon les notaires

À fin juillet 2018, le volume annuel de transactions reste à un niveau élevé, avec 950.000 ventes réalisées au cours des douze derniers mois. Dans la région, les dynamiques de prix sont très contrastées.


Des prix plutôt en baisse pour les appartements de Rhône-Alpes

Les notaires de France ont fait état de leur dernière note de conjoncture immobilière dans l’ex-région.


Les prix ont augmenté de 3,7% dans la Métropole de Lyon en 2017

null
La Chambre des notaires a fait part ce lundi de son traditionnel bilan annuel en matière d’immobilier dans le Rhône et la Métropole. Les prix ont fortement progressé dans certaines villes comme Lyon et Tassin.


Revivez la présentation de l’observatoire 2017 des notaires du Rhône

Les notaires du Rhône présentent ce matin leur bilan 2017 en matière d’immobilier.


Lyon: les prix dans l’immobilier existant flirtent avec les 4.000€ le m²

Le président de la Chambre des notaires a fait un point, à l’occasion de la conférence annuelle du CECIM, sur la situation du marché immobilier ancien en 2017.


Immobilier : dynamique plutôt positive dans les départements rhônalpins

Les notaires de France ont publié en cours de semaine dernière leur note trimestrielle de conjoncture au niveau régional.


Lyon : un marché immobilier sous tension

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM dressait lundi un bilan de l’année immobilière, dans la Métropole de Lyon et le département du Rhône. L’activité a été forte sur l’année écoulée.


« En trois ans, le volume de transactions a augmenté de 42% en France »

Jean-Marc Torrolion est le président de la FNAIM. Il évoque le bilan du marché 2017 et les perspectives 2018, ainsi que la contribution de la fédération réalisée à l’occasion de la conférence de consensus sur le logement.


Prix de l’immobilier en 2017: +4,2% en France et +5,3% à Lyon, selon la FNAIM

null
L’activité a été très forte en 2017, selon la fédération, qui fait état de 986.000 ventes au niveau national.
» Des hausses de prix de 16% dans la presqu’île de Lyon, selon LPI-Seloger


Rhône-Alpes : les prix globalement orientés à la hausse

Selon la Chambre régionale des notaires, qui a publié ses statistiques régionales il y a quelques jours, le marché est actif dans les départements de l’ancienne région, avec des prix orientés à la hausse.


Le prix médian des logements reste orienté à la hausse à Lyon

Malgré une hausse de seulement 0.9% dans la circonscription départementale du Rhône, le prix médian du m² dans la capitale des Gaules a, lui, augmenté de 3.3% en 2016.


Immobilier : 2016, année exceptionnelle à Lyon et dans le Rhône

null
En termes de volumes, l’année écoulée aura été dopée par la baisse des taux d’intérêt et la volonté affichée par les ménages de ne plus reporter leurs achats.
» Le prix médian des logements reste orienté à la hausse à Lyon