Immobilier neuf : baisse de 23% des ventes sur Lyon en 2012

Les ventes dans l’immobilier collectif neuf ont chuté dans l’aire urbaine de Lyon en 2012. Les prix, eux, restent stables, à 4443 euros sur Lyon intra-muros.

C’est au cours de la conférence annuelle du CECIM, traditionnellement organisée en début d’année, qu’étaient dévoilés les chiffres de l’immobilier neuf en région lyonnaise au titre de l'année 2012. L'occasion de constater que la baisse des ventes dans ce segment n’a pas épargné l’agglomération lyonnaise. Alors que depuis 2009, les chiffres des ventes atteignaient des sommets, autour de 6000 ventes, les réservations nettes ont, au global, diminué de 23%, ce qui porte le nombre de réservations à 4730 ventes. Soit un recul sensiblement identique aux marchés observés par le CECIM (Strasbourg : -11%, Lille : -7%, Annecy : -22%, Chambéry : +97%, Grenoble :-33%, soit -19% en moyenne).

« Ce sont 1450 logements qui manqueront dans l’agglomération par rapport à 2011 » a commenté Jean-Jacques Mathias, le président du CECIM. En ôtant les maisons individuelles groupées (2% du marché) et les résidences (10%), le seul collectif (88% du marché) totalise 4157 ventes, soit un recul de 25% par rapport à 2011 (5561 ventes). Les mises en ventes ont, elles aussi, reculé, à 5049 ventes en 2012 contre 5972 ventes en 2011. L’offre disponible a, en revanche, continué à progresser, passant à 4120 logements, contre 2894 logements l’an dernier, ce qui porte le délai d’écoulement de 1 an (11.9 mois). Toutefois, du fait de la prédominance des ventes en VEFA, aucun stock physique n'est à déplorer.

La demande des investisseurs chute

Pour Jean-Jacques Mathias, la hausse des réservations nettes dans le collectif reste inscrit dans une tendance haussière depuis 40 ans, le niveau moyen des dernières années demeurant en progression de 108% par rapport aux niveaux des années 70. « Il faut relativiser le résultat de 2012, en le replaçant dans la durée. Le niveau de 2012 était identique à celui de 2007. Or 2007 avait déjà été une année record ». Le marché a été, selon lui, « quantitativement extrêmement réactif ».

La chute de la demande a surtout été sensible du côté des investisseurs, avec 1540 réservations sur l’ensemble de l’année. Une baisse sensible par rapport à 2011 et surtout 2010, lorsque les réservations investisseurs atteignaient 3500 ventes. Le marché de l’immobilier neuf était alors porté par le dispositif Scellier à 25%.

Les ventes en bloc (notamment vis-à-vis des bailleurs sociaux) ont, elles, reculé à 790 ventes. Seul le nombre de ventes à acquéreurs reste stable, à 1827 ventes, soit 44% des réservations. « Malgré l’achèvement progressif des programmes réalisés en zone de renouvellement urbain ANRU, les ventes à TVA réduite ont représenté 25% de ce marché » note le CECIM.

Les prix stables

Face à cette nette dégradation de l’activité, les prix sont, eux, restés stables en 2012. Un phénomène que le CECIM attribue à la stabilité technique depuis le passage au BBC et la stabilité des coûts de construction.

Sur l’aire urbaine de Lyon, les prix ont ainsi progressé à 3748 euros du mètre carré, soit un niveau stable par rapport à l’an dernier. De la même façon, les prix ont stagné sur Lyon intra-muros (+0.2%), à 4443 euros du mètre carré. Si on compare ces derniers aux prix de l’ancien réalisé par les notaires, l’immobilier neuf reste 39% plus cher que l’ancien (sur la base des prix de Lyon intra-muros au troisième trimestre 2012). Le prix au m² est également un peu différent si l'acquéreur est investisseur ou acquéreur utilisateur : 3814 euros pour les premiers contre 3692 euros pour les seconds. Un fait qui tient avant tout, selon Jean-Jacques Mathias, à la taille des logements acquis par les investisseurs, généralement plus petits (51 m2 contre 65 m2). L’utilisateur débourse d’ailleurs plus pour son appartement -241463 euros – que l’investisseur.

» Immobilier: la fuite vers l’est du Grand Lyon se poursuit






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Des prix surévalués, plusieurs centaines de logements vides détenus par la mairie (qu’elle va être obligée de mettre sur le marché), un chômage galopant, des impôts qui ne cessent de croitre etc……………………………
Qui est assez stupide pour acheter à Lyon ???????

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La crise sanitaire a eu un impact limité sur l’activité de Vicat

Le chiffre d’affaires consolidé au 31 mars 2021 du groupe basé à L’Isle d’Abeau est en hausse de 22,1%.


Xerfi trace des perspectives de rebond pour la promotion à horizon 2023

nullXerfi a fait état de la publication d’une étude intitulée : « Quelles stratégies de rebond pour les groupes de promotion immobilière ? ».


Léger mieux pour la construction de logements au 1er trimestre

Les logements autorisés ont progressé de 1% par rapport au dernier trimestre 2020, alors que les mises en chantier de logement sont estimées en hausse de 3,2%.


«La hausse des prix va continuer, c’est mathématique»

nullINTERVIEW – Philippe Layec est le président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché du logement neuf dans la Métropole, la nouvelle offre en BRS, mais aussi la modification n°3 du PLU-H.


Charly : inauguration de «Prélude»

nullGrandLyon Habitat et Alila ont inauguré ce mercredi cette résidence entièrement dédiée au logement social.


À Lyon, baisse des ventes de logements neufs et nette hausse des prix

nullLa FPI en région lyonnaise a présenté les chiffres des ventes dans le collectif neuf pour le premier trimestre 2021. Les réservations reculent de 18%. Les prix dépassent les 6.000€ le m² à Lyon.


Les perspectives restent toujours bonnes dans le bâtiment

En avril, les perspectives personnelles d’activité dans le bâtiment restent élevées, selon la dernière enquête mensuelle de conjoncture dans l’industrie du bâtiment publiée par l’INSEE.


La hausse des prix des matériaux fait craindre des retards sur les chantiers

null
Samuel Minot, président de la fédération BTP Rhône et Métropole, tenait une visioconférence de presse pour alerter sur les conséquences de la hausse majeure des prix des matériaux. Laquelle pourrait à terme impacter les marges des entreprises du secteur et certains chantiers du territoire de la Métropole de Lyon.


Alila vise une nouvelle année de croissance en 2021

Le promoteur spécialisé dans la construction de logements abordables organisait mardi 13 avril une conférence de presse. Il a fait part au cours de celle-ci de ses chiffres 2020 et de ses ambitions pour 2021.


La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes alerte sur la flambée des prix des matériaux

null
Selon la confédération, l’artisanat du bâtiment est « en danger ».


Les fédérations évoquent un « succès collectif » sur la RE2020

null
Un accord a été trouvé sur la RE2020 dans le cadre du CSCEE du 13 avril. Les organisations signataires se sont félicitées de celui-ci.


GrandLyon Habitat a été agréé en tant qu’OFS

L’office public de l’habitat métropolitain a obtenu en février les agréments préfectoraux en tant qu’organisme foncier solidaire.


Bâtiment : renforcement de la collaboration de la FFB et de Pôle emploi

nullLa FFB et Pôle emploi renforcent leur collaboration pour accompagner les entreprises dans leurs besoins en recrutement


Clermont-Ferrand : des fouilles archéologiques sur le site de l’Hôtel-Dieu

nullClermont Auvergne Métropole organisait mercredi dernier une visite des fouilles archéologiques sur préalable au chantier de construction de la future bibliothèque métropolitaine.


Lancement d’une enquête régionale sur le parc de véhicules du BTP

Une enquête est réalisée pour dresser un état des lieux du parc de véhicules des artisans et entreprises du bâtiment, des travaux publics et des matériaux de construction en Auvergne-Rhône-Alpes.