Immobilier neuf : baisse de 23% des ventes sur Lyon en 2012

Les ventes dans l’immobilier collectif neuf ont chuté dans l’aire urbaine de Lyon en 2012. Les prix, eux, restent stables, à 4443 euros sur Lyon intra-muros.

C’est au cours de la conférence annuelle du CECIM, traditionnellement organisée en début d’année, qu’étaient dévoilés les chiffres de l’immobilier neuf en région lyonnaise au titre de l'année 2012. L'occasion de constater que la baisse des ventes dans ce segment n’a pas épargné l’agglomération lyonnaise. Alors que depuis 2009, les chiffres des ventes atteignaient des sommets, autour de 6000 ventes, les réservations nettes ont, au global, diminué de 23%, ce qui porte le nombre de réservations à 4730 ventes. Soit un recul sensiblement identique aux marchés observés par le CECIM (Strasbourg : -11%, Lille : -7%, Annecy : -22%, Chambéry : +97%, Grenoble :-33%, soit -19% en moyenne).

« Ce sont 1450 logements qui manqueront dans l’agglomération par rapport à 2011 » a commenté Jean-Jacques Mathias, le président du CECIM. En ôtant les maisons individuelles groupées (2% du marché) et les résidences (10%), le seul collectif (88% du marché) totalise 4157 ventes, soit un recul de 25% par rapport à 2011 (5561 ventes). Les mises en ventes ont, elles aussi, reculé, à 5049 ventes en 2012 contre 5972 ventes en 2011. L’offre disponible a, en revanche, continué à progresser, passant à 4120 logements, contre 2894 logements l’an dernier, ce qui porte le délai d’écoulement de 1 an (11.9 mois). Toutefois, du fait de la prédominance des ventes en VEFA, aucun stock physique n'est à déplorer.

La demande des investisseurs chute

Pour Jean-Jacques Mathias, la hausse des réservations nettes dans le collectif reste inscrit dans une tendance haussière depuis 40 ans, le niveau moyen des dernières années demeurant en progression de 108% par rapport aux niveaux des années 70. « Il faut relativiser le résultat de 2012, en le replaçant dans la durée. Le niveau de 2012 était identique à celui de 2007. Or 2007 avait déjà été une année record ». Le marché a été, selon lui, « quantitativement extrêmement réactif ».

La chute de la demande a surtout été sensible du côté des investisseurs, avec 1540 réservations sur l’ensemble de l’année. Une baisse sensible par rapport à 2011 et surtout 2010, lorsque les réservations investisseurs atteignaient 3500 ventes. Le marché de l’immobilier neuf était alors porté par le dispositif Scellier à 25%.

Les ventes en bloc (notamment vis-à-vis des bailleurs sociaux) ont, elles, reculé à 790 ventes. Seul le nombre de ventes à acquéreurs reste stable, à 1827 ventes, soit 44% des réservations. « Malgré l’achèvement progressif des programmes réalisés en zone de renouvellement urbain ANRU, les ventes à TVA réduite ont représenté 25% de ce marché » note le CECIM.

Les prix stables

Face à cette nette dégradation de l’activité, les prix sont, eux, restés stables en 2012. Un phénomène que le CECIM attribue à la stabilité technique depuis le passage au BBC et la stabilité des coûts de construction.

Sur l’aire urbaine de Lyon, les prix ont ainsi progressé à 3748 euros du mètre carré, soit un niveau stable par rapport à l’an dernier. De la même façon, les prix ont stagné sur Lyon intra-muros (+0.2%), à 4443 euros du mètre carré. Si on compare ces derniers aux prix de l’ancien réalisé par les notaires, l’immobilier neuf reste 39% plus cher que l’ancien (sur la base des prix de Lyon intra-muros au troisième trimestre 2012). Le prix au m² est également un peu différent si l'acquéreur est investisseur ou acquéreur utilisateur : 3814 euros pour les premiers contre 3692 euros pour les seconds. Un fait qui tient avant tout, selon Jean-Jacques Mathias, à la taille des logements acquis par les investisseurs, généralement plus petits (51 m2 contre 65 m2). L’utilisateur débourse d’ailleurs plus pour son appartement -241463 euros – que l’investisseur.

» Immobilier: la fuite vers l’est du Grand Lyon se poursuit






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Des prix surévalués, plusieurs centaines de logements vides détenus par la mairie (qu’elle va être obligée de mettre sur le marché), un chômage galopant, des impôts qui ne cessent de croitre etc……………………………
Qui est assez stupide pour acheter à Lyon ???????

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Ardoix : pose de la première pierre de l’usine ASF 4.0

La Région Auvergne-Rhône-Alpes accompagne ce projet, qui devrait à terme permettre la création de 40 emplois.


Entrée en vigueur des logements évolutifs au 1er janvier prochain

Dans un peu plus de trois mois, l’obligation de construire des logements neufs avec des salles de bain adaptables avec zéro ressaut de douche sera effective.


LCA-FFB devient le « Pôle habitat FFB »

null
LCA-FFB organisait ce jour sa convention nationale. Elle a émis des propositions pour une reprise du secteur et annoncé son changement de dénomination


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Nous sommes entrés dans une crise de l’offre»


Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’activité du marché immobilier neuf.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


Pierre Berger, nouveau président de la CERC Auvergne-Rhône-Alpes

Le président de la fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes a été élu à la tête de la cellule économique régionale de la construction Auvergne-Rhône-Alpes.


La CAPEB mitigée sur le plan de relance

La confédération s’est montré satisfaite des intentions du gouvernement en matière de rénovation énergétique, mais elle lui demande de lever les freins existants pour une relance efficace de l’activité du secteur.


Alila déçu par le plan de relance

Le groupe présidé par Hervé Legros a regretté un « manque total d’ambition » du plan de relance pour sortir de la crise du logement.


La FFB satisfaite du plan de relance, mais émet des réserves sur le neuf

La fédération s’est montré positive sur le plan, qui comprend 7 milliards d’euros d’aides supplémentaires pour la rénovation énergétique du parc existant. Elle émet toutefois des réserves sur le logement neuf.


Chiffres mitigés pour la construction de logements en juillet

Si la construction de logements est toujours en phase de reprise après le trou d’air de mars-avril, juillet a été marqué par un léger reflux de la construction après un vif rebond suite au déconfinement.


Les chefs d’entreprise du bâtiment plus confiants

Selon l’INSEE, l’opinion des chefs d’entreprise du bâtiment sur leur activité récente et sur leurs carnets de commandes a continué de s’améliorer en août.


Bouygues est tombé dans le rouge au premier semestre

Le groupe de construction et de télécoms a annoncé ce jeudi ses résultats semestriels.


Le confinement a nettement affecté Eiffage

Le groupe anticipe toutefois un redressement de l’activité au second semestre.