Le Genevois menacé par la bulle immobilière

Selon la dernière édition du Swiss Real Estate Bubble Index, le risque de bulle immobilière reste élevé en Suisse. Et particulièrement à Genève et Lausanne.

Si l’on décrit souvent l’immobilier parisien comme l’un des plus exposé au risque d’éclatement d’une bulle immobilière, la dernière étude d’UBS fait également rentrer certaines villes de Suisse dans cette catégorie.

Chaque trimestre, UBS publie en effet une étude sur l’immobilier suisse, assortie d’un indice mesurant le risque de bulle immobilière dans le pays, l'UBS Swiss Real Estate Bubble Index. Et depuis quelques trimestres, celui-ci s’affiche en nette hausse. Alors qu’il n’était que de 0.40 au premier semestre 2011, celui-ci est passé, au quatrième trimestre 2012 à 1,11 point, contre 1.02 au troisième trimestre. Un plus haut depuis le début des années 1990.

Moindre corrélation par rapport aux revenus

« La demande de biens immobiliers de la part des investisseurs reste élevée, les prix des maisons sont de plus en plus découplés des revenus et l'endettement continue à augmenter » s’alarme ainsi dans son étude publiée ce lundi. « Le groupe des régions sous monitoring s'agrandit du canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures, de Lucerne et du Prättigau » note la banque.

Selon elle, « l’indice se situe nettement dans la zone à risque, et confirme l’accroissement des déséquilibres sur le marché » résidentiel. « L'intérêt ininterrompu des investisseurs pour les biens immobiliers, qui se reflète dans les très nombreuses demandes de crédit pour des immeubles non destinés à l'usage propre, est frappant. Le niveau toujours historiquement bas des taux contribue aussi à faire grimper les autres indicateurs. Les crédits avantageux modifient le rapport des coûts entre l'achat et la location, font apparaître les biens immobiliers avantageux par rapport aux revenus et contribuent à augmenter le taux d'endettement des ménages» note l’UBS.

6 ans de revenus pour acheter

La banque note ainsi qu’un ménage moyen doit désormais consacrer l'équivalent de six revenus annuels du ménage pour un achat immobilier, contre 5,9 le trimestre précédemment. Depuis 2000, époque où il fallait quatre revenus annuels au début de l'année 2000, « les prix des logements n'ont cessé d'augmenter davantage que les revenus » déplore la banque.

Fait également inquiétant, les crédits destinés à l’investissement tendent en outre à augmenter. « Le nombre de demandes de crédit pour des immeubles non destinés à l'usage propre a atteint un nouveau record au 4e trimestre 2012. Actuellement, 22,3% des demandes de crédit concernent des objets non destinés à un usage propre direct, contre 21,4% au trimestre précédent » note UBS.

Parmi les agglomérations les plus risquées, Genève reste le marché immobilier le plus risqué, tout comme les région de Nyon, Lausanne, Morges et Vauvey. Parmi les autres régions à risque, on trouve bien sûr Zurich mais aussi Davos.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Hausse de la vacance en Suisse

Dans son étude « Construction et logement 2018 », l’office fédéral de la statistique suisse a fait un point sur les logements vacants au 1er juin 2019 dans la confédération.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]