Le Genevois menacé par la bulle immobilière

Selon la dernière édition du Swiss Real Estate Bubble Index, le risque de bulle immobilière reste élevé en Suisse. Et particulièrement à Genève et Lausanne.

Si l’on décrit souvent l’immobilier parisien comme l’un des plus exposé au risque d’éclatement d’une bulle immobilière, la dernière étude d’UBS fait également rentrer certaines villes de Suisse dans cette catégorie.

Chaque trimestre, UBS publie en effet une étude sur l’immobilier suisse, assortie d’un indice mesurant le risque de bulle immobilière dans le pays, l'UBS Swiss Real Estate Bubble Index. Et depuis quelques trimestres, celui-ci s’affiche en nette hausse. Alors qu’il n’était que de 0.40 au premier semestre 2011, celui-ci est passé, au quatrième trimestre 2012 à 1,11 point, contre 1.02 au troisième trimestre. Un plus haut depuis le début des années 1990.

Moindre corrélation par rapport aux revenus

« La demande de biens immobiliers de la part des investisseurs reste élevée, les prix des maisons sont de plus en plus découplés des revenus et l'endettement continue à augmenter » s’alarme ainsi dans son étude publiée ce lundi. « Le groupe des régions sous monitoring s'agrandit du canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures, de Lucerne et du Prättigau » note la banque.

Selon elle, « l’indice se situe nettement dans la zone à risque, et confirme l’accroissement des déséquilibres sur le marché » résidentiel. « L'intérêt ininterrompu des investisseurs pour les biens immobiliers, qui se reflète dans les très nombreuses demandes de crédit pour des immeubles non destinés à l'usage propre, est frappant. Le niveau toujours historiquement bas des taux contribue aussi à faire grimper les autres indicateurs. Les crédits avantageux modifient le rapport des coûts entre l'achat et la location, font apparaître les biens immobiliers avantageux par rapport aux revenus et contribuent à augmenter le taux d'endettement des ménages» note l’UBS.

6 ans de revenus pour acheter

La banque note ainsi qu’un ménage moyen doit désormais consacrer l'équivalent de six revenus annuels du ménage pour un achat immobilier, contre 5,9 le trimestre précédemment. Depuis 2000, époque où il fallait quatre revenus annuels au début de l'année 2000, « les prix des logements n'ont cessé d'augmenter davantage que les revenus » déplore la banque.

Fait également inquiétant, les crédits destinés à l’investissement tendent en outre à augmenter. « Le nombre de demandes de crédit pour des immeubles non destinés à l'usage propre a atteint un nouveau record au 4e trimestre 2012. Actuellement, 22,3% des demandes de crédit concernent des objets non destinés à un usage propre direct, contre 21,4% au trimestre précédent » note UBS.

Parmi les agglomérations les plus risquées, Genève reste le marché immobilier le plus risqué, tout comme les région de Nyon, Lausanne, Morges et Vauvey. Parmi les autres régions à risque, on trouve bien sûr Zurich mais aussi Davos.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Saint-Étienne : les prix de retour sur le seuil des 1.000 € le m²

nullDans leur dernière note de conjoncture trimestrielle, les notaires de la Loire ont fait part de hausses de prix substantielles sur l’ensemble du département, dont Roanne et Saint-Étienne.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.


Immobilier: premières baisses de prix à Lyon

Le constat a été dressé dans la dernière note immobilière de conjoncture immobilière des notaires de Rhône-Alpes publiée chaque trimestre.


Immobilier neuf : les prix en forte hausse dans le Rhône sur un an


Plusieurs acteurs du secteur ont publié lundi le 1er baromètre digital de l’immobilier neuf.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Le marché immobilier français très dynamique, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a, à l’occasion de son bilan trimestriel, tempéré ce constat en soulignant que Paris voyait son activité et ses prix marquer le pas