Salariés détachés en Europe : accord lundi à Bruxelles

Les ministres du travail de l’Union Européenne se sont mis d’accord lundi afin d’encadrer le mieux possible le détachement des travailleurs au sein des pays de l’Union.

Le sujet avait maintes fois été abordé par les organisations du BTP, telles que la CAPEB ou la FFB. Un accord a été trouvé lundi par les ministres du travail des 28 pays de l’Union Européenne afin d’assurer un meilleur encadrement au détachement des travailleurs au sein des pays de l'Union européenne. Et ainsi limiter les abus liés à la directive de 1996 sur le détachement.

La CAPEB, la confédération des artisans et des petites entreprises du bâtiment, avait encore mis la pression vendredi sur les autorités françaises sur cette question. « En sept ans, notre secteur a dû faire face à une augmentation de près de 1 000% d’une concurrence structurellement moins chère, et ce, en pleine crise. Cette situation n’est plus tenable. Nous demandons des mesures concrètes pour retrouver des conditions de travail acceptables» avait indiqué Patrick Liebus, son président.

« Des écarts de coûts très préjudiciables »

Pour la CAPEB, « le cadre légal permet déjà des écarts de coûts très préjudiciables aux entreprises travaillant dans le cadre juridique français ». « Pour être efficace le resserrement des contrôles nécessitera de lourds moyens humains et une coordination de l’ensemble des corps de contrôle concernés pour organiser des opérations ‘coup de poing’ ciblées sur les chantiers, en dehors des heures légales et le week-end » avait indiqué vendredi l’organisation, qui indiquait en outre que « les contrôles, même renforcés, ne permettront vraisemblablement pas d’enrayer totalement la concurrence déloyale ».

« Le maintien de l’affiliation au système de sécurité sociale du pays d’origine, crée des écarts importants entre les coûts salariaux des différents acteurs. L’exemple récent de l’obtention par une entreprise espagnole, moins-disante d’environ 30 %, du marché du tramway de Toulouse est caractéristique de ce « dumping social légal (…). Même en France, un salarié de droit français coûte donc en moyenne 3,46 fois plus cher qu’un salarié de droit portugais.

La CAPEB pointait particulièrement deux mécanismes préjudiciables: les sociétés « coquille vide », qui n’exercent aucune activité significative dans leur pays d’origine et qui peuvent exercer une activité en France en étant moins chère que ses concurrentes, mais aussi les sociétés « réservoir de main d’œuvre ». Lesquelles n’exercent pas ou peu d’activité dans leur pays tout en détachant des salariés auprès d’une autre entreprise sans pour autant se présenter comme une entreprise de travail intérimaire.

Accord trouvé à l’arraché

Une plus ample régulation de ces pratiques se heurtait toutefois à une minorité de blocage pour mieux les encadrer, constituée notamment par la Pologne, la Hongrie, la République Tchèque, le Royaume-Uni et l'Irlande. Mais la Pologne finalement s’est jointe au front franco-allemand, qui cherchait à aboutir à un accord sur cette question, permettant l’adoption d’un accord. Dans les faits, l’accord prévoit ainsi que la liste des contrôles possibles serait pleinement « ouverte », ce que les pays de cette minorité de blocage cherchaient à limiter.

Chaque pays fixera donc librement cette liste des documents demandés à une entreprise étrangère qui veut détacher des salariés sur son sol. Les mesures de chaque pays en la matière devront être notifiées à la Commission. L’autre idée de cette mesure, c’est que, dans chaque pays, l’ensemble des parties dans le secteur de la construction, comme les donneurs d'ordre, les sous-traitants partageront en cas de fraude la responsabilité.

Les organisations professionnelles sont donc satisfaites, comme la CAPEB, qui s'est félicité aujourd'hui que "les tenants d’un renforcement des contrôles aient été entendus et suivra avec attention la validation du texte par les eurodéputés". "Je salue comme il se doit cette mesure obtenue par le tandem franco-allemand avec l’accord, il faut le souligner, de la Pologne. Le secteur de la construction étant particulièrement victime des pratiques illégales en matière de travailleurs détachés, cette première étape est une vraie victoire" a indiqué Patrick Liebus dans un communiqué.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon 7 : les travaux du futur campus d’EMLyon démarrent

nullCogedim Grand Lyon a annoncé le démarrage des travaux de ce site, situé dans le quartier de Gerland.


Un appel à projets pour l’industrie du bois de construction

La ministre chargée du logement, Emmanuelle Wargon, a lancé un appel à projets doté de 50 millions d’euros pour l’«industrialisation de produits et systèmes constructifs bois et autres biosourcés».


L’OPCO de la construction en suspens

La décision du tribunal administratif de Paris du 29 juin a annulé l’arrêté d’agrément de Constructys, l’opérateur de compétences de la construction. La FFB réaffirme être en faveur d’un OPCO.


«Le Moulin » a été inauguré dans le 7e arrondissement de Lyon


Cette coopérative d’habitants avait repris il y a six ans un projet initié en 2009. Cet immeuble de 6 logements a été inauguré en amont des rencontres nationales de l’habitat participatif.


L’habitat participatif a tenu ses rencontres à Lyon

null
Lyon accueillait en fin de semaine les rencontres nationales de l’habitat participatif. L’occasion pour les élus de faire un point sur le développement de ce type d’habitat en France et dans la Métropole.


Les 6èmes rencontres nationales de l’habitat participatif ont ouvert à Lyon

Celles-ci se tiennent sur 4 jours, du 8 au 11 Juillet 2021.


Cogedim Grand Lyon vend un immeuble de 6.000 m² à Villeurbanne

Le promoteur a officialisé la vente en VEFA au SYTRAL d’un immeuble de bureau de 6.000 m².


La FPI veut promouvoir l’acte de construire


La fédération des promoteurs immobiliers organisait ce mardi sa conférence de presse trimestrielle, au cours de laquelle Pascal Boulanger, nouveau président de l’organisation, a dévoilé les enjeux de son mandat.


Amélioration sur le front de la construction de logements

Le service des données des études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique a fait part ce mardi de ses statistiques mensuelles.


Karine Druguet, nouvelle présidente des « Groupes femmes » de la FFB AURA

Ces groupes visent à intégrer les femmes dans l’organisation professionnelle, et favoriser la féminisation des métiers et de la profession.


Des besoins de main-d’œuvre chez les géomètres-experts

L ’Ordre des géomètres-experts a communiqué ce jour sur l’enquête annuelle « besoins en main-d’œuvre » de Pôle Emploi, qui pointe les besoins de recrutement de la filière.


Le climat des affaires et l’opinion des entrepreneurs du bâtiment s’améliorent

nullL’INSEE a fait part ce matin de son indicateur sur le climat des affaires, et de son enquête de conjoncture dans l’industrie du bâtiment.


La FPI et la SBA créent le « Urban eLab »

Ce « think et do tank » sera présenté lors de Bimworld le 23 juin prochain.


Villeurbanne : la Métropole dévoile ses ambitions pour le quartier Gratte-Ciel


Préalablement à la réunion publique organisée en visioconférence ce jeudi, une visite du site était organisée ce mardi pour présenter les nouvelles orientations prises au sein de cette ZAC


La FFB et la ministre chargée du logement satisfaites du succès de Maprimerénov’

nullEmmanuelle Wargon a, lors du congrès national de la FFB, évoqué les derniers chiffres très positifs du dispositif, et les ambitions du gouvernement en matière de rénovation. Elle a également appelé qu’un nouvel accompagnement allait arriver en 2022.