Salariés détachés en Europe : accord lundi à Bruxelles

Les ministres du travail de l’Union Européenne se sont mis d’accord lundi afin d’encadrer le mieux possible le détachement des travailleurs au sein des pays de l’Union.

Le sujet avait maintes fois été abordé par les organisations du BTP, telles que la CAPEB ou la FFB. Un accord a été trouvé lundi par les ministres du travail des 28 pays de l’Union Européenne afin d’assurer un meilleur encadrement au détachement des travailleurs au sein des pays de l'Union européenne. Et ainsi limiter les abus liés à la directive de 1996 sur le détachement.

La CAPEB, la confédération des artisans et des petites entreprises du bâtiment, avait encore mis la pression vendredi sur les autorités françaises sur cette question. « En sept ans, notre secteur a dû faire face à une augmentation de près de 1 000% d’une concurrence structurellement moins chère, et ce, en pleine crise. Cette situation n’est plus tenable. Nous demandons des mesures concrètes pour retrouver des conditions de travail acceptables» avait indiqué Patrick Liebus, son président.

« Des écarts de coûts très préjudiciables »

Pour la CAPEB, « le cadre légal permet déjà des écarts de coûts très préjudiciables aux entreprises travaillant dans le cadre juridique français ». « Pour être efficace le resserrement des contrôles nécessitera de lourds moyens humains et une coordination de l’ensemble des corps de contrôle concernés pour organiser des opérations ‘coup de poing’ ciblées sur les chantiers, en dehors des heures légales et le week-end » avait indiqué vendredi l’organisation, qui indiquait en outre que « les contrôles, même renforcés, ne permettront vraisemblablement pas d’enrayer totalement la concurrence déloyale ».

« Le maintien de l’affiliation au système de sécurité sociale du pays d’origine, crée des écarts importants entre les coûts salariaux des différents acteurs. L’exemple récent de l’obtention par une entreprise espagnole, moins-disante d’environ 30 %, du marché du tramway de Toulouse est caractéristique de ce « dumping social légal (…). Même en France, un salarié de droit français coûte donc en moyenne 3,46 fois plus cher qu’un salarié de droit portugais.

La CAPEB pointait particulièrement deux mécanismes préjudiciables: les sociétés « coquille vide », qui n’exercent aucune activité significative dans leur pays d’origine et qui peuvent exercer une activité en France en étant moins chère que ses concurrentes, mais aussi les sociétés « réservoir de main d’œuvre ». Lesquelles n’exercent pas ou peu d’activité dans leur pays tout en détachant des salariés auprès d’une autre entreprise sans pour autant se présenter comme une entreprise de travail intérimaire.

Accord trouvé à l’arraché

Une plus ample régulation de ces pratiques se heurtait toutefois à une minorité de blocage pour mieux les encadrer, constituée notamment par la Pologne, la Hongrie, la République Tchèque, le Royaume-Uni et l'Irlande. Mais la Pologne finalement s’est jointe au front franco-allemand, qui cherchait à aboutir à un accord sur cette question, permettant l’adoption d’un accord. Dans les faits, l’accord prévoit ainsi que la liste des contrôles possibles serait pleinement « ouverte », ce que les pays de cette minorité de blocage cherchaient à limiter.

Chaque pays fixera donc librement cette liste des documents demandés à une entreprise étrangère qui veut détacher des salariés sur son sol. Les mesures de chaque pays en la matière devront être notifiées à la Commission. L’autre idée de cette mesure, c’est que, dans chaque pays, l’ensemble des parties dans le secteur de la construction, comme les donneurs d'ordre, les sous-traitants partageront en cas de fraude la responsabilité.

Les organisations professionnelles sont donc satisfaites, comme la CAPEB, qui s'est félicité aujourd'hui que "les tenants d’un renforcement des contrôles aient été entendus et suivra avec attention la validation du texte par les eurodéputés". "Je salue comme il se doit cette mesure obtenue par le tandem franco-allemand avec l’accord, il faut le souligner, de la Pologne. Le secteur de la construction étant particulièrement victime des pratiques illégales en matière de travailleurs détachés, cette première étape est une vraie victoire" a indiqué Patrick Liebus dans un communiqué.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Entrée en vigueur des logements évolutifs au 1er janvier prochain

Dans un peu plus de trois mois, l’obligation de construire des logements neufs avec des salles de bain adaptables avec zéro ressaut de douche sera effective.


LCA-FFB devient le « Pôle habitat FFB »

null
LCA-FFB organisait ce jour sa convention nationale. Elle a émis des propositions pour une reprise du secteur et annoncé son changement de dénomination


Le dispositif Pinel et le PTZ seront prolongés en 2022

C’est ce qu’a confirmé la ministre déléguée au logement à plusieurs reprises ces derniers jours. Le gouvernement a par ailleurs entamé un dialogue avec les professionnels dans le cadre du plan de relance.


«Nous sommes entrés dans une crise de l’offre»


Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’activité du marché immobilier neuf.


Hélène Geoffroy, nouvelle présidente de la SERL


Le conseil d’administration du groupe SERL s’est réuni ce lundi. Les administrateurs, dont certains sont des nouveaux administrateurs représentant la Métropole de Lyon, ont élu la nouvelle présidente de la structure.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


Pierre Berger, nouveau président de la CERC Auvergne-Rhône-Alpes

Le président de la fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes a été élu à la tête de la cellule économique régionale de la construction Auvergne-Rhône-Alpes.


La CAPEB mitigée sur le plan de relance

La confédération s’est montré satisfaite des intentions du gouvernement en matière de rénovation énergétique, mais elle lui demande de lever les freins existants pour une relance efficace de l’activité du secteur.


Alila déçu par le plan de relance

Le groupe présidé par Hervé Legros a regretté un « manque total d’ambition » du plan de relance pour sortir de la crise du logement.


La FFB satisfaite du plan de relance, mais émet des réserves sur le neuf

La fédération s’est montré positive sur le plan, qui comprend 7 milliards d’euros d’aides supplémentaires pour la rénovation énergétique du parc existant. Elle émet toutefois des réserves sur le logement neuf.


Chiffres mitigés pour la construction de logements en juillet

Si la construction de logements est toujours en phase de reprise après le trou d’air de mars-avril, juillet a été marqué par un léger reflux de la construction après un vif rebond suite au déconfinement.


Les chefs d’entreprise du bâtiment plus confiants

Selon l’INSEE, l’opinion des chefs d’entreprise du bâtiment sur leur activité récente et sur leurs carnets de commandes a continué de s’améliorer en août.


Bouygues est tombé dans le rouge au premier semestre

Le groupe de construction et de télécoms a annoncé ce jeudi ses résultats semestriels.


Le confinement a nettement affecté Eiffage

Le groupe anticipe toutefois un redressement de l’activité au second semestre.


Vicat a fait l’acquisition de Sablières Dier

Cette acquisition a été réalisée en décembre dernier.