Immobilier: S&P voit une reprise timide des prix en 2015 et 2016

Selon la dernière étude de Standard & Poor’s sur l’immobilier en Europe, 2014 devrait être la dernière année de baisse des prix de l’immobilier français, avant une reprise en 2015 et 2016.

Les prix de l’immobilier repartent en Europe. Sauf en France. Après une baisse des prix de l’immobilier de 2.1% en 2012 et un recul de 1.4% en 2013, les prix de l’immobilier en France devraient encore baisser de 4% en 2014, selon le scénario central de l’agence. Celle-ci souligne également que, étant donné le contexte macroéconomique, il était assez déconcertant que les prix français n’aient pas baissé plus franchement. La baisse n’était encore que de 1,3% à fin mars, sur douze mois glissants.

Cette prévision de baisse contraste avec la hausse de 7% des prix de l'immobilier prévue pour le Royaume-Uni, et celle de 4% prévue en Allemagne et en Irlande. Dans une majeure partie des pays européens, les politiques accommodantes des banques centrales tendent en effet à soutenir une reprise des prix de l’immobilier. Les pays du sud comme l'Espagne et de l'Italie (-2%) restent toutefois comme la France à l’écart du mouvement de reprise. Mais selon l’agence, 2014 sera la dernière année de contraction des prix en France.

Deux facteurs soutenant la hausse

L’agence pointe en effet deux facteurs de nature à faire se redresser les prix l’an prochain. D’abord un « déficit structurel de biens disponibles », avec une demande toujours supérieure à l’offre de biens dans certaines zones denses. Décohabitation et dynamique démographique (entre 1975 et 2010, le nombre de ménages a augmenté de 1,2% en moyenne par an selon l'INSEE) impliquent que le marché neproduit pas suffisamment de logements pour répondre aux besoins en découlant. Les derniers chiffres de la construction de logements pourraient d’ailleurs tendre à accentuer ce déséquilibre.

Mais selon l’agence, « le déficit structurel de logements disponibles ne peut à lui seul expliquer la récente résilience du marché immobilier français. » Elle pointe également "les conditions de crédit et les taux d’intérêt". Les taux moyens ont, selon l’agence, baissé de 35 points de base depuis le début de l’année. Les derniers barèmes des courtiers en crédit immobilier ont fait état de taux de prêt sur 10 ans inférieurs à 2%. Cette baisse des prix a permis un gain de pouvoir d'achat de 2,8% pour les acheteurs. Et même de 3,4% si on prend en compte le recul des prix de l’immobilier.

Par ailleurs, la reprise d’une croissance modeste des prix en 2015 et 2016 et la lente diminution du chômage devraient également jouer en faveur d’une hausse des prix. L’hypothèse d’une remontée des prix ne pourrait être enrayée que dans le cas d’une remontée rapide des taux d’intérêt due à un choc externe. Celle-ci, qui générerait une nouvelle baisse des prix, est jugée "peu probable mais pas totalement invraisemblable " par l’agence.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

les mêmes qui voyaient les prix s’effondrer de 25% il y a quelques mois !!!!!!!!
Pas très sérieux.

Signaler un abus

si je comprend bien, en 2015 ça va repartir car les taux sont bas et qu’il y a pénurie.
Mais alors pourquoi ça repart pas tout de suite, car les taux sont bas et qu’il y a aussi pénurie (ça fait 10 ans qu’on entend parler de Mme Pénurie) ?
Peut-être à cause du taux de chômage actuel, de la croissance ras-des-paquerettiste, du resserage de ceinture social … et ça, tout ça, en 2015, S&P il n’y en aura plus !

Signaler un abus

Bonjour,
S&P, des gens n’ayant pas vu la crise de 2008 arriver, qui nous annoncent que la reprise de l’immobilier en 2015 et 2016 avec une hausse des prix immobiliers ? ? Quels prévisionnistes ? En France avec un chômage de masse sans remède, un pouvoir d’achat en berne, que des cdd et missions intérimaires et les banques très frileuses au prêts des particuliers, effectivement l’immobilier va repartir…..il n’y a que les agents immobiliers, les promoteurs, les notaires et les politiciens pouvant croire à de telles âneries !

Signaler un abus

La situation économique de la France ne permet pas au marché de l’immobilier de rebondir dans les années à venir. Pour cela, il faudra déjà créer plus d’emplois stable et faire augmenter le pouvoir d’achat des ménages!! Concernant les taux de prêt, sur http://www.bbcourtage.fr/, ils parlent plutôt de taux historique à 2,5% pour 15 ans. J’aurais bien aimé obtenir un prêt à 2% comme vous le dîtes!!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.