Affine publie un bénéfice net consolidé de 6,9 millions d’euros

La foncière présente sur l’Ile de France et 6 métropoles régionales a fait état de loyers en hausse de 0,3% à périmètre constant.

Affine, une foncière présente en Ile-de-France sur plusieurs métropoles régionales, dont Lyon, publiait ce matin ses comptes semestriels consolidés résumés au 30 juin. Et ces chiffres du premier semestre s'avèrent être en hausse avec un bénéfice net consolidé s'élevant à 6,9 millions d’euros, contre 4,1 millions d’euros au premier semestre 2016.

Concernant les loyers, ceux-ci progressent de 0,3% à périmètre constant. Des cessions d’actifs non stratégiques sont toutefois intervenues et ont été en partie compensées par des acquisitions. Aussi, les revenus locatifs, en chiffres bruts, sont en baisse de 2% et les loyers nets sont en recul de 4,7%.

Résultat EPRA en hausse

Avec ces ventes d’actifs, la plus-value de cession (1,6 million d’euros) et un léger recul de la juste valeur (-0,5 million d’euros) contribuent à hauteur de 1,1 million d’euros au résultat, contre 2 millions d’euros au premier semestre 2016.

Le groupe fait également état de frais financiers en amélioration (3,1 millions d’euros contre 3,8 millions d’euros), en conséquence essentiellement de l'échéance de certains instruments de couverture anciens.

Par ailleurs, Affine précise que la contribution de Banimmo (dont Affine est actionnaire à hauteur de 49,5 %) passe de -4,1 millions d’euros à -2,2 millions d’euros.

Le groupe précise par ailleurs qu’un certain nombre de postes « concourent positivement au résultat », dont une augmentation de 0,3 million d’euros du résultat des opérations de location-financement (en extinction), une réduction de 0,7 million d’euros de la charge d'impôts et des reprises de provision pour 0,4 million d’euros.

Le résultat EPRA hors Banimmo s'élève ainsi à 6,9 millions d’euros, contre 5,6 millions d’euros au premier semestre 2016. Après intégration de Banimmo, le résultat EPRA ressort à 4,2 millions d’euros contre 3,4 millions d’euros l’an dernier.

0,4 million d’euros de nouveaux baux

La capacité d'autofinancement s’améliore et s'établit à 7,6 millions d’euros contre 7,4 millions d’euros. « Compte tenu de la relative stabilité du BFR (+0,4 million d’euros contre +2 millions d’euros au premier semestre 2016) et d'un paiement de TVA pour 0,6 million d’euros pour un des projets en VEFA, le cash-flow opérationnel passe de 14,1 millions d’euros à 10,5 millions d’euros » précise Affine.

Concernant l’activité du groupe, Affine a affirmé avoir signé pour 0,4 million d’euros de nouveaux baux, contre 1,7 million d’euros de baux échus. Les renégociations ont porté sur un total de 1,1 million d’euros de loyer (impact en année pleine : +0,1 million d’euros). Par ailleurs, les locataires ayant notifié leur départ auront un impact de 0,7 million d’euros sur le second semestre 2017. Enfin, la foncière précise qu’un bail venant d'être signé à Lyon prenant effet le 1er octobre aura un impact de 0,1 million d’euros sur le dernier trimestre 2017.

Rajeunissement du portefeuille et recentrage

Sur la période, le rajeunissement du portefeuille et son recentrage sur les bureaux et les commerces se sont poursuivis par un total d'investissements, sous forme d'acquisitions et de travaux visant à rehausser la qualité du patrimoine, de 23,8 millions d’euros.

Sur ce total, un montant de 22,8 millions d’euros a été consacré au développement de la VEFA à Meudon, mais aussi à l'acquisition de 2 nouveaux immeubles en VEFA à Lille et Nantes ainsi que du dernier étage de la tour Lilleurope. « Le pipeline d'investissements, comprenant les engagements pris dans le cadre des VEFA et les projets maîtrisés, représente au total 35 millions d’euros », précise Affine.

Ce rajeunissement du portefeuille et son recentrage s’est également traduit par la cession d'un ensemble immobilier à usage mixte de bureaux et d'entrepôt à Tremblay-en-France (7 514 m²) pour un montant de 6,6 millions d’euros. Ceci a permis de dégager une plus-value de 1,6 million d’euros.

« Cette rotation du portefeuille associée à la restructuration d'un immeuble de bureaux à Trappes en cours de cession conduisent à une amélioration du taux d'occupation (EPRA) qui ressort ainsi à 88,4% contre 87,5% fin 2016 », indique le groupe.

Concernant l’actif net réévalué, la juste valeur des immeubles de placement à fin juin 2017 s'élève à 537 millions d’euros (hors droits), en baisse de 0,2% à périmètre constant par rapport à fin 2016. En incluant les immeubles de Banimmo, la juste valeur (droits inclus) du patrimoine total du groupe ressort à 796 millions d’euros. L'Actif Net Réévalué EPRA est en recul de 3% à 209,1 millions d’euros, en raison des distributions en 2017 (dividendes et rémunération des ORA et TSDI).

Dette financière en hausse de 6.9%

Concernant les financements, de nouveaux crédits ont été mis en place au cours de la période à hauteur de 74,8 millions d’euros et la société a procédé à des remboursements pour un montant total de 67,4 millions d’euros.

La dette financière, nette de la trésorerie, augmente à 300 millions d’euros (+6,9 %). Le ratio LTV (dette bancaire nette / valeur de marché des immeubles droits inclus, intégrant le poste des stocks immobilier et la situation nette des sociétés mises en équivalence) s'établit à 48,6 % contre 46,4 % fin 2016.

Le coût moyen de la dette baisse à 2% (contre 2,3%). La durée moyenne de l'endettement ressort à 6 ans et il n'y a pas d'échéance de dette significative au cours des prochaines années.

Le groupe a également fait un point sur ses perspectives. Au cours des 18 derniers mois, le volume d'opérations réalisées ou engagées dépasse 75 millions d’euros. Elles doivent dégager à terme un loyer annuel de 7 millions d’euros, dont 0,8 million a déjà enregistré dans les comptes du premier semestre 2017. Ce qui correspond à un loyer potentiel de 2,7 millions d’euros en base annuelle.

Vers un maintien de la politique de distribution

Le groupe a réaffirmé poursuivre une stratégie de rajeunissement et de rationalisation du portefeuille, seul ou en partenariat, dans le cadre d'un développement équilibré entre Paris Métropole et six métropoles régionales (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Toulouse). La part des villes cibles dans le patrimoine est passée, en 30 mois, de 52% à 73%.

Concernant Banimmo, Affine précise qu’elle doit dynamiser son activité en Belgique en s'appuyant sur ses réserves foncières, permettant de développer plus de 300.000 m². Elle doit également poursuivre le développement en France de centres commerciaux de centre-ville. Elle s'attache pour cela à mettre en place les ressources nécessaires pour assurer le remboursement des prochaines échéances d'emprunt et financer son développement.

Affine indique que sa stratégie devrait lui permettre de maintenir sa politique de distribution. Suite à l'annonce de ces résultats, le titre Affine progressait de 0.18% à 11h30 sur Euronext Paris.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Haute-Savoie : la clinique du Château de Bon Attrait acquise par Orpea

Les équipes d’In Extenso Finance & Transmission ont accompagné les actionnaires du Château de Bon Attrait dans cette transaction.

 


Le label TEEC désormais ouvert aux SCPI et OPCI

Le périmètre du label « Transition énergétique et écologique pour le climat », autrefois centré sur les fonds d’investissement « verts », est désormais étendu aux OPCI et SCPI.


Agents immobiliers, notaires et syndics renouvellent leur charte qualité

null
Les notaires du Rhône et les fédérations de l’immobilier ont renouvelé lundi 4 juin un engagement qu’ils avaient pris pour rationaliser leurs procédures et satisfaire le client.


L’Assemblée générale de l’UNPI sous le signe de la loi ELAN

L’UNPI Métropole de Lyon et Rhône a tenu samedi son assemblée générale à Lyon, dans le deuxième arrondissement, en présence de Pierre Hautus, directeur de l’union nationale des propriétaires immobiliers.


« Nous voulons un moratoire sur la totalité de la fiscalité locale »

null
Pierre Hautus, directeur de l’Union nationale des propriétaires immobiliers, était présent ce samedi lors de l’assemblée générale de l’UNPI Lyon Métropole et Rhône. Nous évoquons avec lui les diverses problématiques des propriétaires, et notamment celles découlant du projet de loi ELAN.


L’UNPI 69 tient ce samedi son assemblée générale

Les thèmes abordés seront notamment les projets logements affectant les propriétaires immobiliers, comme la loi ELAN et le plan de rénovation énergétique.


L’UNIS organisait mardi sa journée des conseils syndicaux


Cette manifestation s’est tenue mardi en présence de Georges Képénékian, maire de Lyon, de Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon, et de nombreux participants et professionnels.


Les français sont satisfaits de leurs syndics, selon une étude FNAIM

Selon une enquête réalisée par la fédération nationale de l’immobilier, les prestations des syndics sont jugées satisfaisantes ou très satisfaisantes.


3.700 logements ont bénéficié du dispositif Ecoréno’v

Depuis son lancement en 2015, la plateforme connait un vif succès, et a accueilli ce jeudi 9 nouveaux partenaires.


Une réunion des propriétaires bailleurs à Lyon

null
L’UNIS Lyon-Rhône organisait ce mardi, dans le 3ème arrondissement, sa traditionnelle réunion des propriétaires bailleurs.


2017, année de croissance pour Altarea Cogedim

Le développeur a fait état lundi de ses résultats annuels. Il vise un objectif de FFO de l’ordre de 300 millions d’euros à horizon 2020.


Foncière Inea lève 100 millions d’euros dans le cadre d’un Euro PP Green

null
Le groupe a annoncé avoir finalisé un placement privé sous forme d’un Euro PP arrangé par LCL. Les fonds serviront à l’acquisition d’immeubles de bureaux neufs en régions, à l’instar du « Silk » au Carré de Soie.


Mercialys a placé une émission obligataire de 300 millions d’euros

L’opération permet de sécuriser le remboursement à terme de la souche obligataire de 479,7 millions d’euros arrivant à échéance en mars 2019.


« Ce n’est pas en appauvrissant les uns que l’on enrichit les autres»

null
Victor-John Vial-Voiron est président de l’UNPI Rhône-Alpes et de l’UNPI du Rhône.


Cessions d’actifs non stratégiques pour Foncière des Régions

La foncière a annoncé près de 290 millions d’euros de cessions d’actifs non stratégiques, permettant un recentrage, en France, sur ses activités tertiaires.