Immobilier : le cap du million de ventes n’aura pas été franchi en 2018

La note de conjoncture du 4ème trimestre 2018 des Notaires de France publiée jeudi montre une stabilité des transactions par rapport à 2017. Les prix auront flambé à Lyon, qui affiche la plus forte hausse de prix au sein des grandes métropoles. Ils ont en revanche chuté à Grenoble.

L’année 2018 aura été marqué, comme en 2017, par une forte activité sur le front du marché immobilier. Les Notaires de France ont publié ce jeudi leur note de conjoncture au titre du 4ème trimestre 2018. Et celle-ci montre une stabilité des transactions par rapport à 2017, à 970.000 unités, contre 968.000 en 2018.

«L’analyse des volumes des 20 années antérieures (et notamment de la période 2000-2008) tablerait plutôt sur des seuils proches des 850 000 transactions. Ce serait toutefois faire abstraction totale de la production de logements intervenue depuis deux décennies, et d’un nombre de logements mutables ayant considérablement augmenté », analysent les notaires dans leur note.

Selon eux, « aucun des paramètres connus à ce jour ne laisse entrevoir un risque de décrochage à court terme » du marché immobilier. Les taux d’intérêt qui restent historiquement bas solvabilisent les acquéreurs. L’immobilier demeure selon eux une valeur refuge, et la confiance des particuliers dans celui-ci « ne semble pas atteinte par les mouvements sociaux « touchant chroniquement la France depuis plusieurs mois ».

Pas de tendance haussière généralisée

En France métropolitaine, les prix des logements anciens augmentent de 3,3% (+3,5% pour les appartements anciens, +3,1% pour les maisons anciennes). Les notaires soulignent toutefois qu’à l’exception de l’Ile-de-France et de quelques métropoles dynamiques, les prix demeurent généralement stables voire en baisse, et que Nantes, Rennes, Lyon et Bordeaux « ne résument pas, à elles seules, le marché national ». Depuis mi-2018, la tendance haussière des prix des appartements ne concerne d’ailleurs même pas la moitié des départements, 45% étant en hausse, contre 40% en baisse et 15% stables.

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous ou identifiez-vous






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.


Immobilier: des prix en hausse à Lyon dans 8 arrondissements sur 9

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait part d’une accélération de la hausse des prix dans l’ancien.


A Lyon, des hausses de prix de 11,3% en 2020, selon LPI-Seloger

Selon le baromètre, le m² dans la capitale des Gaules atteint 5.707€ le m² en moyenne dans l’immobilier ancien, et flirte avec les 7.000€ le m² dans certains arrondissements.


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.