Investissement locatif: Lyon, 4ème du classement Seloger | Lyon Pôle Immo

Investissement locatif: Lyon, 4ème du classement Seloger

Le portail d’annonce a fait part de son top 10 des villes où investir pour louer en cette rentrée 2019.

Lyon se situe au contact du top 3 des villes où investir pour louer en cette rentrée 2019. Toulouse, Nantes et Lille sont, selon Seloger, les villes désignées par le classement, devant Lyon.

Toulouse, avec un prix du m² que LPI Seloger estime à 3.382€ (en hausse de 6% en 1 an) domine le classement. Selon Seloger, « la Ville Rose remplit tous les critères requis pour un investissement locatif réussi. Le prix de son l’immobilier, tout d’abord, qui reste très raisonnable pour une ville de sa taille (475 438 habitants y ont été recensés en 2016). En effet, le prix au m² à Toulouse se limite à 3.382€ ». Seloger note une « attractivité exponentielle » induite, pour une large part, par la mise en place de la LGV, et un dynamisme, tant économique (aéronautique, recherche…) que démographique (chaque année, la ville totalise quelque 5 620 nouveaux habitants), qui n’est plus à prouver. Il note également la présence de 100.000 étudiants qui sont autant de locataires potentiels.

Nantes et Lille sur le podium

En deuxième position, on trouve Nantes, avec un prix du m² estimé à 3.475€ du m² par LPI Seloger, en hausse de 6,3% en un an. Selon Seloger, Nantes fait figure de nouvel eldorado des investisseurs locatifs, du fait de la forte hausse des le prix des logements à Bordeaux (plus de 4 600 €/m²).

Mais la forte hausse du prix de l’immobilier à Nantes contribue à faire se réduire rapidement le rendement des faibles superficies de l’hyper-centre. De plus en plus d’investisseurs nantais ciblent désormais les maisons, ajoute Seloger.

Lille, avec un prix du m² estimé à 3.224€, en hausse de 2,9 % sur un an occupe la troisième marche du podium. La cité est dynamique et attractive, notamment du fait notamment d’un pôle étudiant important, avec un faible taux de carence locative.

Le prix de l’immobilier pourrait constituer le « seul bémol » à venir à Lyon

Lyon arrive en quatrième position, avec un prix estimé à 4.817 € du m² en hausse de 5,6% sur un an.

S’il est une valeur sûre de l’immobilier locatif qui ne se démode pas, c’est bien Lyon. Lyon « est récemment redevenue la deuxième ville de province la plus chère, titre que Bordeaux lui avait dérobé », note Seloger, qui précise toutefois que « le prix de son immobilier pourrait ainsi constituer le seul bémol à venir ternir l’attractivité de Lyon auprès des investisseurs ». « C'est pourquoi les tarifs immobiliers lyonnais conviennent davantage à un investissement patrimonial, soit un logement dont on sait qu'après l'avoir proposé à la location, on pourra le revendre facilement et en réalisant une plus-value au passage, qu'à un investissement axé sur le rendement pur et dur », ajoute Seloger.

Selon Seloger, parmi les secteur à privilégier, on trouve Bron, la Part-Dieu, Gerland ou encore le 9e arrondissement de Lyon.

Dans le reste du top 10 des villes où investir pour louer, on trouve ensuite Rennes (3.490 € du m² / +9,5% sur 1 an), Angers (2.288 € du m² / +7,1 %), Montpellier (3 089 € du m² / +3%), Tours (2.422 € du m² / +0,4 %), Poitiers (2 060 € du m² / +4,8%), et Strasbourg (3 430€ du m² / +3,1%).






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les transactions reculent et les prix baissent dans le Rhône

nullLa Chambre du Rhône de la FNAIM a organisé la semaine dernière un point sur le marché immobilier à Lyon. A notamment été évoquée la situation du marché immobilier ancien.


Les prix de l’immobilier ont baissé de 5,2% sur un an

nullLes indices Notaires-Insee des prix des logements anciens du premier trimestre 2024 ont été publiés ce mardi. Ceux-ci baissent pour le troisième trimestre consécutif. Auvergne-Rhône-Alpes ne fait pas exception.


835.000 transactions immobilières à fin février

nullC’est ce qu’a révélé la dernière note de conjoncture des notaires de France.


La FNAIM exclut une reprise du marché immobilier dans les prochains mois

La fédération de l’immobilier a fait part de sa note de conjoncture de mai.


L’achat d’un logement rapidement rentable à Saint-Etienne, bien moins à Annecy

Meilleurs Agents a dévoilé son classement des villes où il vaut mieux soit acheter, soit louer un 70 m², en fonction de la durée d’amortissement, au sein des 200 plus grandes villes de France.


Le prix médian des appartements a reculé de 5,1% à Lyon en 2023

nullLe prix du m² repasse sous les 5.000€, selon les notaires du Rhône qui organisaient jeudi leur traditionnelle conférence de presse de présentation des chiffres de l’immobilier.


La rue Gasparin, artère la plus chère de Lyon

C’est le constat dressé par Meilleurs Agents, qui a publié son classement des rues les plus chères au sein des 50 plus grandes métropoles de France. La rue la plus chère parmi ces grandes villes est la rue de Furstemberg (24.272€/m²), située dans le 6ème arrondissement de Paris.


Les prix de l’immobilier ont reculé de 9,3% à Lyon en 2023

nullLa baisse des prix a accéléré en France au 4e trimestre, selon les indices Notaires-INSEE. Sur la période, le recul des prix des logements anciens atteint 1,8%. Les prix chutent de 4% en rythme annuel en France.


Vers une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier à Lyon et Saint-Étienne

nullSelon la dernière note de conjoncture des notaires, 2023 pourrait se conclure par un total de 860.000 transactions. Et le reflux des prix observé l’année dernière devrait se poursuivre, au vu des avant-contrats.


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.


Chute des ventes mais recul limité des prix immobiliers en 2023, selon LPI/iad

nullLe baromètre a, au cours de la semaine, divulgué son baromètre des prix au niveau national. La baisse des prix n’est pas uniforme, en France et en Auvergne-Rhône-Alpes.


Century 21 fait état de baisses de prix encore trop limitées

nullLe réseau d’agences franchisées a dressé un bilan de l’activité du marché immobilier en 2023.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.