Century 21 fait état de prix de l’immobilier records en France

Le réseau d’agences franchisées a fait part de son point trimestriel sur le marché immobilier national.

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché immobilier national. Selon le réseau d’agences franchisées, les prix moyens au m² atteignent des niveaux jamais égalés en France, avec un palier de 2.500€ le m² qui vient d’être franchi pour les maisons et celui de 4.000€ le m² pour les appartements.

Les hausses sont particulièrement fortes sur un an avec une flambée de 10,7% pour les maisons et de 7,4% pour les appartements. Les prix établissent un nouveau record historique, à 2.552€ le m² en moyenne pour les maisons et de 4.061€ le m² pour les appartements. Les montants moyens d’acquisition n’ont ainsi jamais été aussi élevés, à 290.654€ pour les maisons et à 240.961€ pour les appartements. Les Français ont préféré augmenter leur quotité de financement par emprunt ainsi que leur apport personnel (dont le montant n’a jamais été aussi élevé), plutôt que réduire la superficie des logements achetés qui demeure relativement stable.

Les prix impactent les volumes

L’activité pâtit de ces niveaux de ces prix toujours plus élevés : sur douze mois, le nombre de transactions recule de -7,9% pour les maisons et augmente sensiblement sur le segment des appartements (+1,7%) dans le réseau.

Les tendances au 2e trimestre apportent toutefois d’autres indications. Selon le réseau, « la flambée des prix est derrière nous en réalité », une décélération étant, selon lui, en cours, plus prégnante sur le segment des appartements que sur celui des maisons pour lequel l’appétence des Français est toujours forte.

Cela a des conséquences directes sur l’activité : celle-ci repart à la hausse au 1er semestre 2022, plus vigoureusement sur le marché des appartements que sur celui des maisons où le rééquilibrage des prix est moins substantiel.

Selon Charles Marinakis, président de Century 21 France, « ce sont les maisons dont le prix a augmenté partout en France qui affolent le marché ». Celui-ci souligne qu’elles sont de plus en plus prisées et de plus en plus chères.

« Ces niveaux de prix historiquement hauts ont des conséquences directes sur l’activité : le nombre de transactions recule sur le segment des maisons (-7,9%) et ne progresse que très légèrement sur celui des appartements (+1,7% sur un an). »

Charles Marinakis

Paris à l’inverse des tendances nationales

Le président de Century 21 France note que Paris se comporte à l’inverse des tendances nationales, avec un prix au m² parisien stable, favorisant le dynamisme du marché immobilier dont les ventes augmentent de +17,3% en un an. Parallèlement, les délais de vente s’allongent dans la capitale pour atteindre des niveaux jamais observés, ce qui témoigne d’une absence de frénésie malgré une activité soutenue.

Autre tendance : le rebond de l’activité n’est pas le fait des investisseurs. Après 4 ans de progression, la part des investissements locatifs parmi les transactions chute à Paris (-18,6%) pour retrouver un niveau inférieur à celui de 2018. Boosté jusqu’ici par l’absence d’alternative en termes de rendement, l’investissement immobilier est désormais confronté, face à la remontée des taux, à davantage de concurrence en matière de support d’épargne.

En Ile-de-France, Charles Marinakis note que ce sont les maisons qui tirent leur épingle du jeu avec un prix moyen au m² qui atteint des sommets (3.736€ le m²) avec pour corollaire un montant moyen d’acquisition record pour une maison francilienne (424.473€). Ceci entraine un ralentissement de l’activité. Dans les autres régions, les écarts de prix se creusent encore.

Le réseau a fait part de ses prévisions pour le reste de l’année.

« Nul doute qu’avec une inflation à 5,2% à date, la question du pouvoir d’achat va devenir cruciale pour la très grande majorité des ménages, et le reste-à-vivre le point d’achoppement quand il s’agira de souscrire un emprunt auprès des établissements bancaires. Cela risque de peser lourdement sur le dynamisme du marché dans les prochains mois et devrait entraîner une nette décélération de la hausse des prix immobiliers. Auquel cas, ce sont de bonnes nouvelles car cette accalmie sur les prix est souhaitée et souhaitable. »

Charles Marinakis

Dans les régions, les maisons s’avèrent être les grandes gagnantes des mouvements post-COVID. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur voit ses prix progresser le plus vite sur un an, à +15,5% pour les maisons (dont le prix moyen au m² s’établit à 4270€) et +10,8% pour les appartements (4508€ le m²). Inversement, l’Auvergne-Rhône-Alpes et la Bourgogne-Franche-Comté présentent des hausses relativement modérées comprises entre 7 et 7,3% pour les maisons et entre 4,7 et 5,3% pour les appartements.

Ces évolutions creusent encore les écarts entre les régions : le prix moyen au m² d’une maison est de 1.561€ en Bourgogne-Franche-Comté quand il est de 4.270€ en PACA. Un appartement s’achète en moyenne 2.092€ le m² dans le Grand-Est quand il fait plus du double (4.508€ le m²) en PACA.

Perspectives

Avec une inflation à 5,2%, la question du pouvoir d’achat va devenir prépondérante dans les prochains mois, tout comme le « reste à vivre » des ménages que vont prendre en considération les banques pour valider ou non les demandes de crédit.

« Même si les taux d’intérêt restent bas, c’est sans aucun doute ce facteur qui va peser le plus lourdement sur la dynamique du marché immobilier. Dans ce contexte, la hausse des prix devrait ralentir et la tendance à plus de modération observée sur les tout derniers mois se poursuivre. Comme souvent le marché des transactions s’adaptera en s’auto-régulant sur le fameux principe des vases communicants entre volume de transactions et prix au m². En toute hypothèse, une accalmie significative sur les prix est souhaitable et souhaitée. »

Century 21





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.


Les prix de l’immobilier reculent à Lyon

nullC’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans son dernier baromètre mensuel de l’immobilier.


Guy Hoquet décrit « une période charnière » pour le marché immobilier

Le réseau a fait part cette semaine de son baromètre trimestriel. Il a notamment détaillé les principales tendances observées dans les marchés de la région, dont Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Annecy.


Les villes moyennes, moteur de la hausse des prix de l’immobilier

nullC’est le constat dressé par Orpi à l’occasion de son état des lieux du marché immobilier de ces 6 derniers mois.


La FNAIM évoque une « zone de turbulences » pour l’immobilier

nullLa fédération nationale de l’immobilier a tiré un bilan du marché immobilier sur la première partie de l’année. Si les prix sont en hausse dans la plupart des villes de France, ils reculent à Lyon et Paris.


Century 21 fait état de prix de l’immobilier records en France

Le réseau d’agences franchisées a fait part de son point trimestriel sur le marché immobilier national.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Les prix de l’immobilier progressent de 7%

L’INSEE a fait part vendredi de ses indices de prix des logements neufs et anciens au titre du premier trimestre 2022.


Immobilier : les prix demeurent en hausse, malgré une stabilité des ventes

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du premier trimestre ont été publiés ce mardi. Une même tendance est perceptible en Auvergne-Rhône-Alpes.


La FNSafer appelle à la préservation du foncier agricole

La fédération nationale des Safer attend un renouvellement des générations en favorisant l’émergence de nouvelles solutions pour permettre concrètement les installations.


Un ralentissement désormais jugé « probable » par la FNAIM

nullC’est ce que révèle la dernière note de conjoncture publiée au titre du mois de mai par la fédération portant sur le marché immobilier.


Baisse marquée des prix dans les arrondissements de l’hypercentre de Lyon


LPI-Seloger a fait part il y a quelques jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier.


Saint-Étienne, plus forte hausse des prix de l’immobilier régionale en 2021


Les Notaires de France ont fait part en fin de semaine de leur note de conjoncture immobilière, qui compilait les données de l’année dernière arrêtées à fin décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix ont flambé à Saint-Étienne et Clermont, mais sont en hausse plus mesurée à Lyon et Grenoble.


Baisse des transactions au premier trimestre, selon Laforêt

nullLe réseau d’agences franchisées a fait part en ce début de semaine de son point d’activité trimestriel.