Immobilier : un volume de transactions en légère érosion en France | Lyon Pôle Immo

Immobilier : un volume de transactions en légère érosion en France

L’INSEE a fait part de ses indices des prix des logements anciens réalisées avec les notaires au titre des logements anciens.

Ont été publié mardi les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du deuxième trimestre 2022. Selon ces derniers, la hausse des prix des logements anciens en France (hors Mayotte) se poursuit, malgré une légère inflexion. La hausse s’élève à 1,4 % sur un trimestre (données provisoires corrigées des variations saisonnières), après une progression de 1,7 % aux deux trimestres précédents.

Sur un an, la hausse des prix se poursuit, avec une progression de 6,8 % au deuxième trimestre 2022, après un relèvement de 7,3 % au premier trimestre et de 7,1% au quatrième trimestre 2021. La hausse reste plus marquée pour les maisons. La hausse pour ce type de biens est de 8,4% sur un an au deuxième trimestre 2022, alors que celle des appartements est limité à 4,5%, comme depuis le quatrième trimestre 2020.

Baisse des prix à Paris

Le phénomène est notamment observé en Île-de-France, où les prix des maisons anciennes augmentent beaucoup plus vite que ceux des appartements anciens. Les prix des logements anciens dans la région augmentent pour le deuxième trimestre consécutif, de 0,3 % sur un trimestre.

La progression est de +2,2 % sur un an. La hausse est nettement plus marquée pour les maisons (+5,4 % sur un an, après +5,9 % au premier trimestre 2022 et +6,6 % au quatrième trimestre 2021) que pour les appartements (+0,7 %, après +0,9 % et +0,3 %). « Ce plus fort dynamisme des prix des maisons en Île-de-France s’observe depuis le quatrième trimestre 2020 », soulignent les notaires. Les prix des appartements à Paris évoluent très peu sur un trimestre avec une évolution de +0,1 % sur la période, après une stabilité au premier trimestre et une baisse de 1% au quatrième trimestre. Sur un an, les prix des appartements parisiens s’avèrent être en baisse, de l’ordre de 0,8%.

Hors Ile-de-France, la hausse des prix se poursuit

Hors Ile-de-France, la hausse des prix des logements anciens se poursuit, avec des prix des logements anciens qui augmentent, au deuxième trimestre, de 1,7 % sur un trimestre, après une hausse de 1,9 % au premier trimestre 2022 et de 2,4 % au quatrième trimestre 2021.

Sur un an, les prix restent très dynamiques même si la progression s’érode. Elle s’établit en effet à +8,6% au deuxième trimestre 2022, après une hausse de 9,2 % et de 9,0 %. Depuis le début de l’année 2021, les prix des maisons hors Ile-de-France, avec une augmentation de 9% sur un an au deuxième trimestre 2022, sont en appréciation plus forte que ceux des appartements. Les prix de ces derniers augmentent de 7,6%. Le phénomène était inverse en 2019 et 2020.

Des transactions annuelles en stabilisation

Au deuxième trimestre, le volume annuel de transactions a légèrement décru. En juin, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois est estimé à 1.157.000, après un volume de 1.176.000 fin mars 2022.

La rotation du parc immobilier reste forte, souligne l’INSEE.

« Si l’on rapporte ce nombre de transactions au stock de logements disponibles, qui augmente d’environ 1% par an, la proportion de ventes dépasse depuis 2019 le niveau élevé observé au début des années 2000. »

INSEE

Le président du Conseil supérieur du notariat note que les derniers chiffres confirme les anticipations de l'institution.

« Comme nous l’avions anticipé dans nos dernières notes de conjoncture immobilière, la hausse des prix au deuxième trimestre 2022 enregistre une légère inflexion et le volume annuel des transactions décroît légèrement. Dans un contexte qui demeure marqué par les incertitudes internationales, l’inflation et une contraction sensible de l’octroi des crédits immobiliers due notamment à un taux d’usure devenu décorrélé des taux nominaux, le troisième trimestre 2022 nous livrera sans doute une vision de plus en plus nette de que ce sera le marché 2022.»

David Ambrosiano, Président du Conseil supérieur du notariat





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les prix de l’immobilier ont baissé de 5,2% sur un an

nullLes indices Notaires-Insee des prix des logements anciens du premier trimestre 2024 ont été publiés ce mardi. Ceux-ci baissent pour le troisième trimestre consécutif. Auvergne-Rhône-Alpes ne fait pas exception.


835.000 transactions immobilières à fin février

nullC’est ce qu’a révélé la dernière note de conjoncture des notaires de France.


La FNAIM exclut une reprise du marché immobilier dans les prochains mois

La fédération de l’immobilier a fait part de sa note de conjoncture de mai.


L’achat d’un logement rapidement rentable à Saint-Etienne, bien moins à Annecy

Meilleurs Agents a dévoilé son classement des villes où il vaut mieux soit acheter, soit louer un 70 m², en fonction de la durée d’amortissement, au sein des 200 plus grandes villes de France.


Le prix médian des appartements a reculé de 5,1% à Lyon en 2023

nullLe prix du m² repasse sous les 5.000€, selon les notaires du Rhône qui organisaient jeudi leur traditionnelle conférence de presse de présentation des chiffres de l’immobilier.


La rue Gasparin, artère la plus chère de Lyon

C’est le constat dressé par Meilleurs Agents, qui a publié son classement des rues les plus chères au sein des 50 plus grandes métropoles de France. La rue la plus chère parmi ces grandes villes est la rue de Furstemberg (24.272€/m²), située dans le 6ème arrondissement de Paris.


Les prix de l’immobilier ont reculé de 9,3% à Lyon en 2023

nullLa baisse des prix a accéléré en France au 4e trimestre, selon les indices Notaires-INSEE. Sur la période, le recul des prix des logements anciens atteint 1,8%. Les prix chutent de 4% en rythme annuel en France.


Vers une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier à Lyon et Saint-Étienne

nullSelon la dernière note de conjoncture des notaires, 2023 pourrait se conclure par un total de 860.000 transactions. Et le reflux des prix observé l’année dernière devrait se poursuivre, au vu des avant-contrats.


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.


Chute des ventes mais recul limité des prix immobiliers en 2023, selon LPI/iad

nullLe baromètre a, au cours de la semaine, divulgué son baromètre des prix au niveau national. La baisse des prix n’est pas uniforme, en France et en Auvergne-Rhône-Alpes.


Century 21 fait état de baisses de prix encore trop limitées

nullLe réseau d’agences franchisées a dressé un bilan de l’activité du marché immobilier en 2023.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.


Un nombre de biens à vendre en nette hausse

Bien’ici a récemment communiqué son bilan de l’année 2023 en matière d’immobilier.