Immobilier : un volume de transactions en légère érosion en France

L’INSEE a fait part de ses indices des prix des logements anciens réalisées avec les notaires au titre des logements anciens.

Ont été publié mardi les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du deuxième trimestre 2022. Selon ces derniers, la hausse des prix des logements anciens en France (hors Mayotte) se poursuit, malgré une légère inflexion. La hausse s’élève à 1,4 % sur un trimestre (données provisoires corrigées des variations saisonnières), après une progression de 1,7 % aux deux trimestres précédents.

Sur un an, la hausse des prix se poursuit, avec une progression de 6,8 % au deuxième trimestre 2022, après un relèvement de 7,3 % au premier trimestre et de 7,1% au quatrième trimestre 2021. La hausse reste plus marquée pour les maisons. La hausse pour ce type de biens est de 8,4% sur un an au deuxième trimestre 2022, alors que celle des appartements est limité à 4,5%, comme depuis le quatrième trimestre 2020.

Baisse des prix à Paris

Le phénomène est notamment observé en Île-de-France, où les prix des maisons anciennes augmentent beaucoup plus vite que ceux des appartements anciens. Les prix des logements anciens dans la région augmentent pour le deuxième trimestre consécutif, de 0,3 % sur un trimestre.

La progression est de +2,2 % sur un an. La hausse est nettement plus marquée pour les maisons (+5,4 % sur un an, après +5,9 % au premier trimestre 2022 et +6,6 % au quatrième trimestre 2021) que pour les appartements (+0,7 %, après +0,9 % et +0,3 %). « Ce plus fort dynamisme des prix des maisons en Île-de-France s’observe depuis le quatrième trimestre 2020 », soulignent les notaires. Les prix des appartements à Paris évoluent très peu sur un trimestre avec une évolution de +0,1 % sur la période, après une stabilité au premier trimestre et une baisse de 1% au quatrième trimestre. Sur un an, les prix des appartements parisiens s’avèrent être en baisse, de l’ordre de 0,8%.

Hors Ile-de-France, la hausse des prix se poursuit

Hors Ile-de-France, la hausse des prix des logements anciens se poursuit, avec des prix des logements anciens qui augmentent, au deuxième trimestre, de 1,7 % sur un trimestre, après une hausse de 1,9 % au premier trimestre 2022 et de 2,4 % au quatrième trimestre 2021.

Sur un an, les prix restent très dynamiques même si la progression s’érode. Elle s’établit en effet à +8,6% au deuxième trimestre 2022, après une hausse de 9,2 % et de 9,0 %. Depuis le début de l’année 2021, les prix des maisons hors Ile-de-France, avec une augmentation de 9% sur un an au deuxième trimestre 2022, sont en appréciation plus forte que ceux des appartements. Les prix de ces derniers augmentent de 7,6%. Le phénomène était inverse en 2019 et 2020.

Des transactions annuelles en stabilisation

Au deuxième trimestre, le volume annuel de transactions a légèrement décru. En juin, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois est estimé à 1.157.000, après un volume de 1.176.000 fin mars 2022.

La rotation du parc immobilier reste forte, souligne l’INSEE.

« Si l’on rapporte ce nombre de transactions au stock de logements disponibles, qui augmente d’environ 1% par an, la proportion de ventes dépasse depuis 2019 le niveau élevé observé au début des années 2000. »

INSEE

Le président du Conseil supérieur du notariat note que les derniers chiffres confirme les anticipations de l'institution.

« Comme nous l’avions anticipé dans nos dernières notes de conjoncture immobilière, la hausse des prix au deuxième trimestre 2022 enregistre une légère inflexion et le volume annuel des transactions décroît légèrement. Dans un contexte qui demeure marqué par les incertitudes internationales, l’inflation et une contraction sensible de l’octroi des crédits immobiliers due notamment à un taux d’usure devenu décorrélé des taux nominaux, le troisième trimestre 2022 nous livrera sans doute une vision de plus en plus nette de que ce sera le marché 2022.»

David Ambrosiano, Président du Conseil supérieur du notariat





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Un marché immobilier dynamique en Auvergne, malgré un récent ralentissement

Les prix des logements ont poursuivi leur hausse en 2022, selon la Chambre Auvergne de la FNAIM, qui organisait récemment un point presse.


Immobilier : la FNAIM prédit un nouveau repli des ventes en 2023

La FNAIM présentait mercredi, lors d’une conférence de presse, son bilan de l’année 2022 en matière d’immobilier résidentiel, et ses prévisions pour 2023. La fédération prévoit, pour l’année en cours, un million de transactions, voire un peu moins.


Les compromis de prêt cassés du fait des refus de prêt se multiplient, selon L’Adresse

Selon le réseau, qui a réalisé un sondage auprès de ses 345 agences, « la baisse des prix est bel et bien enclenchée ». Près de la moitié des répondants ont eu des compromis de vente cassés en raison de refus de prêt.


Les prix ont augmenté de 1,4% à Lyon en 2022, selon LPI

nullLPI Seloger a fait état de son baromètre des prix de l’immobilier, qui a dressé un bilan de l’année 2022, tant au niveau national que local.


A Lyon, Orpi a fait état d’une légère hausse des prix de l’immobilier

Contrairement à la plupart des acteurs de l’immobilier, le réseau coopératif avait fait état en décembre d’une très légère hausse de 1% des valeurs en 2022.


Century 21 a vu une hausse des compromis annulés pour refus de prêt

Le réseau d’agences franchisées a, mardi, dévoilé ses chiffres au titre de l’année 2022 en France. Si les transactions se sont érodées au cours du second semestre, les prix continuent d’augmenter.


Les ventes ne devraient pas dépasser le million en 2023, selon Meilleursagents

nullLe spécialiste de l’estimation immobilière en ligne a fait part de son 1er point marché de l’année. Dévoilant par la même occasion ses prévisions, il ne prédit « pas de retournement en 2023, mais un rééquilibrage ».


Les prix de l’immobilier ont progressé de 4,7% en 2022 selon Laforêt

Le réseau d’agences a dressé son bilan annuel du marché immobilier en 2022. Il décrit à la fois un rééquilibrage, une transformation de la demande, l’amorce d’une décrue des transactions, mais des prix toujours sous tension.


Les prix de l’immobilier toujours en hausse en France, mais en baisse à Lyon

null
Selon la FNAIM, les prix continuent de baisser sur un an à Lyon, Paris et Bordeaux. Dans le reste du territoire national, le biais reste pour l’heure haussier.


Baisse des volumes dans les départements de Rhône-Alpes


Les transactions reculent, selon les notaires de l’ancienne Région Rhône-Alpes, sans toutefois affecter les prix.


Les prix ont rebondi en octobre selon LPI Seloger


Les valeurs restent orientées à la hausse, selon le baromètre. Le nombre de compromis signés reste toutefois assez nettement inférieur à celui d’octobre 2021.


Premier baromètre positif pour les « Petites villes de demain »

Le Conseil supérieur du notariat (CSN) et l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) ont présenté ce jeudi ce premier « Baromètre des petites villes de demain ».


Immobilier : les notaires décrivent un « ralentissement »

null
Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires de France ont évoqué une « lente décrue » des volumes de transactions. Les prix des appartements se stabilisent dans plusieurs villes de la région.


Immobilier dans le Rhône : érosion des ventes, mais des prix qui se maintiennent

nullLa Chambre des notaires du Rhône organisait jeudi un point marché sur le marché immobilier dans le département du Rhône et la Métropole de Lyon.


Les prix baissent et les délais de vente s’allongent à Lyon

Meilleurs Agents a communiqué ce mercredi son baromètre de novembre.