Une baisse des transactions de 14,1% sur un an, selon Century 21 | Lyon Pôle Immo

Une baisse des transactions de 14,1% sur un an, selon Century 21

Century 21 a fait part de son bilan semestriel en matière d’immobilier. Selon le réseau d’agences, la baisse des prix ne compense pas la hausse des crédits, poussant les ménages à à acheter plus petit. Le repli des ventes touche aussi Auvergne-Rhône-Alpes.

Century 21 a fait part lundi de son bilan semestriel en matière d’immobilier. Et selon le réseau d’agences franchisées, la situation du marché « a radicalement changé en France ». Le nombre de transactions, qui n’avait cessé de croître depuis 8 ans, a, selon le réseau, considérablement baissé, de l’ordre de 14,1% entre le 1er semestre 2022 et le 1er semestre 2023, du fait des changements sur le marché du crédit. Celui-ci a en effet été impacté par l’augmentation brutale des taux d’intérêt, conjuguée à une forte inflation. Ceci a ainsi profondément pesé sur le pouvoir d’achat immobilier des ménages, qui a reculé de 18,4%, par rapport à juillet 2022.

Or, pour compenser l’atrophie de l’enveloppe financière mobilisable par emprunt, seules deux possibilités existent, à savoir la baisse des prix ou la hausse de l’apport personnel. Toutefois, les prix peinent à s’infléchir et augmentent même de 0,9% pour les maisons, à 2636€ le m², un record historique.

Les prix diminuent toutefois légèrement pour les appartements de 1,7% pour atteindre 4.198 € le m², un niveau qui reste toujours supérieur à 2021, année du pic de transactions.

Des prix revus uniquement par les vendeurs « contraints »

Century 21 note que seuls les vendeurs « contraints » par un fait de vie acceptent de revoir leur prix à la baisse pour s’ajuster aux nouvelles contraintes économiques des acquéreurs. Inversement, les vendeurs qui ne sont pas obligés de vendre à court terme font le choix, soit de retirer leur bien du marché, soit de le laisser au prix initialement escompté. Ainsi, ceci contribue à allonger les délais de vente, ce qui se traduit par une hausse de 8 jours pour les maisons et de 4 jours en moyenne pour les appartements.

Le réseau souligne que si la baisse des prix ne compense pas la hausse des crédits, les ménages doivent accroître leur apport personnel.

« Ainsi, pour acheter un bien correspondant au montant moyen d’acquisition en France, l’apport personnel nécessaire a dû augmenter de plus de 60% entre le 1er semestre 2022 et le 1er semestre 2023 et représente désormais près de 35% du prix d’achat du bien. Mais l’apport personnel reste... très personnel justement ! Tout le monde n’est pas en mesure de fournir cet effort supplémentaire. Pour acheter, les ménages ont donc actionné un nouveau levier : la surface. C’est l’ironie de l’histoire... L’après COVID fut l’éloge des grands espaces, jusqu’à ce que la pression sur les prix finisse par contraindre les ménages à renoncer à plusieurs m² pour pouvoir réaliser leur projet. »

Century 21

Baisse des surfaces

La superficie diminue de près de 1,6% pour les maisons et de 1,9% pour les appartements à l’échelle nationale. Cette moyenne masque néanmoins de fortes disparités au niveau régional. Et malgré cet effort consenti, toutes les catégories socioprofessionnelles n’ont pas capacité à faire face à ces nouvelles conditions de marché. Ainsi, la part des employés et ouvriers parmi les acquéreurs se contracte de 7,5% France entière.

« Le souhait d’être propriétaire est toujours extrêmement présent dans le cœur des Français. Nous ne sommes pas face à un désamour de la population pour l’acquisition mais face à un désemparement des ménages devant des niveaux de prix trop élevés que les conditions de crédit ne permettent plus d’absorber. Pour que le marché reparte, il n’y a pas d’alternative possible : il faut que les prix baissent substantiellement -de l’ordre de 10 à 12% en fonction des territoires- pour compenser la hausse des crédits qui est venue désolvabiliser une partie des acheteurs. »

Charles Marinakis, président de Century 21 France

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous ou identifiez-vous






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Hausse des prix de 0,8% sur trois mois selon Seloger / Meilleurs Agents

Selon le baromètre Seloger / Meilleurs Agents, entre janvier et juin, les prix au niveau national sont en effet repartis à la hausse entre mars et juin.


Léger sursaut des transactions immobilières, repli des prix

nullC’est le constat dressé par Laforêt, qui a fait part lundi de son point marché semestriel.


La FNAIM table sur un plancher du marché immobilier à 800.000 transactions

nullSelon l’organisation, qui organisait mercredi son traditionnel point marché, ce plancher pourrait être atteint cette année.


Les transactions reculent et les prix baissent dans le Rhône

nullLa Chambre du Rhône de la FNAIM a organisé la semaine dernière un point sur le marché immobilier à Lyon. A notamment été évoquée la situation du marché immobilier ancien.


Les prix de l’immobilier ont baissé de 5,2% sur un an

nullLes indices Notaires-Insee des prix des logements anciens du premier trimestre 2024 ont été publiés ce mardi. Ceux-ci baissent pour le troisième trimestre consécutif. Auvergne-Rhône-Alpes ne fait pas exception.


835.000 transactions immobilières à fin février

nullC’est ce qu’a révélé la dernière note de conjoncture des notaires de France.


La FNAIM exclut une reprise du marché immobilier dans les prochains mois

La fédération de l’immobilier a fait part de sa note de conjoncture de mai.


L’achat d’un logement rapidement rentable à Saint-Etienne, bien moins à Annecy

Meilleurs Agents a dévoilé son classement des villes où il vaut mieux soit acheter, soit louer un 70 m², en fonction de la durée d’amortissement, au sein des 200 plus grandes villes de France.


Le prix médian des appartements a reculé de 5,1% à Lyon en 2023

nullLe prix du m² repasse sous les 5.000€, selon les notaires du Rhône qui organisaient jeudi leur traditionnelle conférence de presse de présentation des chiffres de l’immobilier.


La rue Gasparin, artère la plus chère de Lyon

C’est le constat dressé par Meilleurs Agents, qui a publié son classement des rues les plus chères au sein des 50 plus grandes métropoles de France. La rue la plus chère parmi ces grandes villes est la rue de Furstemberg (24.272€/m²), située dans le 6ème arrondissement de Paris.


Les prix de l’immobilier ont reculé de 9,3% à Lyon en 2023

nullLa baisse des prix a accéléré en France au 4e trimestre, selon les indices Notaires-INSEE. Sur la période, le recul des prix des logements anciens atteint 1,8%. Les prix chutent de 4% en rythme annuel en France.


Vers une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier à Lyon et Saint-Étienne

nullSelon la dernière note de conjoncture des notaires, 2023 pourrait se conclure par un total de 860.000 transactions. Et le reflux des prix observé l’année dernière devrait se poursuivre, au vu des avant-contrats.


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.