Les prix en net recul selon Century 21, notamment à Lyon | Lyon Pôle Immo

Les prix en net recul selon Century 21, notamment à Lyon

La nette baisse des volumes a eu un impact sur les prix au 3e trimestre, de l’ordre de 4,1% pour les appartements et de 2% pour les maisons au niveau national. Ils chutent de près de 5% à Lyon.

Century 21 a fait part mardi de son traditionnel point trimestriel. Selon ce dernier, le timide recul des prix qui avait été entamé au 1er semestre fait désormais place à une tendance baissière nettement plus franche au 3e trimestre. Le recul est de 4,1% pour les appartements et de 2% pour les maisons.

« Il s’agit bien entendu d’une moyenne nationale qui cache de fortes disparités selon les marchés locaux, mais le phénomène est là, bien plus marqué qu’auparavant », note le réseau d’agences franchisées. Ce dernier indique que le nombre de transactions plonge de 27% pour les appartements et de 22,7% pour les maisons au 3e trimestre par rapport à la même période de l'an dernier.

Century 21 note que le recul des prix est insuffisant pour compenser la hausse des taux d’intérêt, passée en quelques mois de 1,7 à 4,5% en moyenne pour une durée d’emprunt de 20 ans.

« La situation est inédite dans le pays car nous faisons face à une double crise du pouvoir d’achat : celle qui touche directement le pouvoir d’achat immobilier et qui est liée à la flambée des taux de crédit qui vient rogner sur la capacité d’endettement des ménages. S’ajoute à celle-ci, une crise plus globale du pouvoir d’achat qui tient à l’inflation qui sévit en France et entame sévèrement leur reste à vivre, venant davantage les désolvabiliser. »

Century 21

Augmentation des délais

Le réseau précise que les délais de vente s’allongent considérablement de 8 jours pour les appartements et de 11 jours pour les maisons, à respectivement 93 jours et 94 jours en moyenne. « Ils flirtent avec les niveaux les plus hauts jamais enregistrés », note le réseau. Les secundo accédants et notamment ceux de plus de 60 ans sont essentiellement ceux qui tirent leur épingle du jeu, achetant souvent un bien de moins grande surface que celui qu’ils détenaient précédemment, et n’ayant que peu, voire pas d’emprunt à faire pour réaliser leur opération. Les biens qui pâtissent le plus de ce ralentissement d’activité sont ceux dédiés à l’investissement locatif. Leur part représente 26,5% des transactions au 3e trimestre 2023, contre versus 30,6% en 2022. "Et ce n’est qu’un début…", note Century 21

« Je suis très inquiet pour les locataires, car l’effondrement de la production de logements neufs, notamment liée à la fin du dispositif Pinel, implique que le parc locatif ne va plus être alimenté. A ceci s’ajoutent les réglementations thermiques, -certes indispensables mais qui font aujourd’hui l’objet d’un calendrier intenable-, les nouvelles contraintes qui pèsent sur les bailleurs, les avantages de la location saisonnière : tout cela contribue à assécher l’offre locative de longue durée. C’est une véritable bombe sociale à retardement… »

Charles Marinakis, président de Century 21 France

Évolution variable selon les villes

Les grandes villes de l’Hexagone connaissent des évolutions diverses, certaines corrigeant leur excès post Covid, d’autres bénéficiant d’une attractivité forte, et d’autres encore attirent une clientèle âgée qui n’a pas besoin de crédit…

Bordeaux voit ses volumes baisser de 19,4% alors que les prix reculent substantiellement de 13,1%. A Nice, les volumes chutent de 19,8% mais les prix demeurent en forte hausse, de 9,2%. C’est aussi le cas à Marseille où les prix augmentent de 9,2% dans un marché qui se contracte de 15,9%. C’est aussi le cas pour Strasbourg et Rennes qui enregistrent des prix en hausse, de respectivement +6,3% et +8,2%. L’activité est toutefois en forte baisse de 16,9% et 11,3%. Nantes bénéficie d’un marché plus stable avec des volumes en recul de seulement -1% et des prix qui corrigent à hauteur de -5,4%. Lyon fait figure d’exception profitant d’une activité en hausse de +3,4%, avec des prix en retrait de -4,9%.

Le président du réseau reste, lui, prudent.

« La principale mécanique actuellement à l’œuvre nous échappe : personne n’a le pouvoir d’influer sur le taux directeur de la BCE et conséquemment sur les taux d’intérêt. La seule vraie variable pouvant nous permettre d’espérer un redémarrage du marché à court terme est la baisse des prix. Je suis serein car l’immobilier ancien s’autorégule depuis la nuit des temps. Il y a toujours un délai plus ou moins long, mais après un ralentissement d’activité vient toujours une régulation des prix. D’autant que la résidence principale n’est pas un achat de spéculation mais de sécurisation, le choix de se projeter durablement dans une ville, un quartier, un logement dans lequel on peut s’épanouir seul, en couple ou en famille. »

Charles Marinakis

Net recul des prix en Auvergne-Rhône-Alpes

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous ou identifiez-vous






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.


Chute des ventes mais recul limité des prix immobiliers en 2023, selon LPI/iad

nullLe baromètre a, au cours de la semaine, divulgué son baromètre des prix au niveau national. La baisse des prix n’est pas uniforme, en France et en Auvergne-Rhône-Alpes.


Century 21 fait état de baisses de prix encore trop limitées

nullLe réseau d’agences franchisées a dressé un bilan de l’activité du marché immobilier en 2023.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.


Un nombre de biens à vendre en nette hausse

Bien’ici a récemment communiqué son bilan de l’année 2023 en matière d’immobilier.


Les indices de prix des logements Notaires-Insee en recul

Les indices des prix des logements dévoilés par l’INSEE sont en baisse en France, en Auvergne-Rhône-Alpes et à Lyon au troisième trimestre 2023.


Nette hausse des ventes de logements étiquetés F et G

nullLes notaires de France ont fait part en fin de semaine dernière de l’étude « la valeur verte des logements en 2022 ». Les logements étiquetés F ou G représentent plus de 10% du parc dans certaines villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


53% des français n’ont pas encore décidé de louer leur bien pour les JO

nullC’est le constat dressé par Orpi, qui a interrogé 444 de ses clients sur leurs intentions à l’approche de la période des Jeux Olympiques.


Immobilier : recul conjoint des prix et des volumes en 2023

Les notaires de France ont dévoilé ce lundi leur bilan immobilier de l’année, et fait part de premières tendances pour le début de l’année 2024.


PAP ne prévoit pas de remontada du marché immobilier en 2024

Le portail a fait part de chiffres illustrant une « dégringolade » du marché immobilier en 2023, et qui annonceraient un atterrissage en 2024.


Immobilier : des volumes désormais nettement sous le million de ventes

Les notaires de France ont fait part, ce jeudi, de leur traditionnel point trimestriel sur le marché immobilier. Les prix reculent dans certaines villes d’Auvergne-Rhône-Alpes, dont Lyon.


Les prix de l’immobilier baissent dans tous les arrondissements de Lyon

nullLPI – iad a fait part il y a quelques jours de son traditionnel baromètre mensuel des prix de l’immobilier. Les baisses de prix sont supérieures à 5% dans 6 arrondissements sur 9.


Les prix de l’immobilier en recul de 1,5% à Lyon, selon Guy Hoquet

Selon le réseau Guy Hoquet l’Immobilier, les prix de l’immobilier ne baissent pas suffisamment pour compenser la perte de pouvoir d’achat des français.