Gabriel Attal à Matignon : les premières réactions des fédérations | Lyon Pôle Immo

Gabriel Attal à Matignon : les premières réactions des fédérations

Gabriel Attal a été nommé ce mardi Premier ministre. La CNL et la CAPEB ont réagi à cette nomination.

Gabriel Attal a été nommé ce mardi Premier ministre. La passation de pouvoir entre Elisabeth Borne et lui a eu lieu à 14h30. Le nouveau gouvernement et le devenir du ministère du logement seront connus dans quelques heures. Mais d’ores et déjà, les réactions affluent.

Villes de France, association d'élus qui rassemble les villes et agglomérations de France, s’est d’ores et déjà dite à l’«entière disposition» de Gabriel Attal « pour échanger avec lui sur les nombreux enjeux auxquels sont confrontées les villes à taille humaine allant de la revitalisation des centres-villes à la transition énergétique en passant par la sécurité et les enjeux budgétaires ». Les fédérations de l’immobilier et du bâtiment réagissent de même à cette nomination, comme la CNL et la CAPEB ».

La CAPEB insiste sur le défi de la transition écologique

La CAPEB a ainsi félicité Gabriel Attal pour sa nomination au poste de Premier ministre et lui a souhaité « une pleine réussite dans ses nouvelles fonctions ». La confédération attend « qu'il mette en œuvre les réformes nécessaires au bon fonctionnement de notre économie et de notre société, ainsi qu'à la reconnaissance de la place des TPE qui y contribuent ». La CAPEB a notamment évoqué le défi de la transition écologique, les objectifs en termes de neutralité carbone, de la rénovation du parc de logements permettant à nos concitoyens de vivre confortablement dans leur habitat tout en étant sobres et économes sur le plan énergétique.

«Tous les ménages doivent être soutenus et accompagnés dans leurs projets de rénovation énergétique. Toutes les entreprises artisanales du bâtiment, naturellement compétentes dans leurs métiers sur ces marchés, doivent pouvoir contribuer à ces rénovations, qu'elles soient globales ou par geste.»

CAPEB

La confédération note que toutes les solutions techniques et énergétiques doivent être mises en œuvre pour converger vers un seul et même objectif, à savoir la réduction des gaz à effet de serre. Elle rappelle en outre son « Appel de la dernière chance » qu'elle a lancé fin décembre avec plus de trente acteurs majeurs du bâtiment pour rendre moins exclusive et plus efficace la réforme de MaPrimeRénov', entrée en vigueur au 1er janvier 2024.

« Il y a urgence ! Aujourd'hui, cette réforme exclut trop de ménages prêts à réaliser des travaux de rénovation énergétique, trop d'entreprises capables de les réaliser, trop de solutions techniques susceptibles d'améliorer la classe énergétique des logements et qui sont parfois les seules envisageables. »

CAPEB

La confédération appelle Gabriel Attal à ne pas laisser sans réponse cet appel et compte sur lui « pour engager sans délai une concertation avec les professionnels afin que cette réforme soit une réussite ». Elle ajoute par ailleurs que, dans une période où la construction neuve est en retrait, la rénovation des logements est une priorité absolue pour remettre sur le marché des biens immobiliers qui ne le sont pas aujourd'hui et qui, une fois mis aux normes et rendus confortables, pourront permettre à un plus grand nombre de nos concitoyens de se loger.

« L'accessibilité des bâtiments participe également à ce bien-être auquel aspirent nos aînés, qui, pour leur grande majorité, souhaitent vieillir chez eux. Nos écoles, et le nouveau Premier ministre est fort bien placé pour le savoir, nécessitent également des rénovations massives, en particulier sur le plan énergétique. Les défis à relever ne manquent pas, et les entreprises artisanales du bâtiment sont en première ligne pour y contribuer. La CAPEB demande au nouveau Premier ministre de prendre en considération ces centaines de milliers de petites entreprises à la hauteur de ce qu'elles représentent, c'est-à-dire 97% des entreprises du bâtiment, dans les politiques qu'il entend engager. Enfin, la CAPEB souhaite que le nouveau Premier ministre poursuive sans tarder la démarche de simplification engagée par le précédent gouvernement, car les attentes des entreprises en la matière sont fortes et légitimes. Il est urgent de lever toutes les contraintes administratives qui entravent l'activité et la productivité des entreprises ! »

CAPEB

« Changement dans la continuité de l’austérité », selon la CNL

La CNL, elle, évoque un « changement dans la continuité de l’austérité », et ne semble guère attendre de changement de la politique du logement menée par le gouvernement.

« Après la grande consultation qui a fait flop et les CNR qui ont fait pschitt, cette fois, Emmanuel Macron nous sort la carte du rajeunissement, en faisant de Gabriel Attal le plus jeune Premier ministre de la Ve République. Mais, il s’agit d’un jeu de dupe où changer permet de mieux continuer les mêmes politiques antisociales et liberticides. »

CNL

La CNL rappelle que « depuis le début du second quinquennat d’Emmanuel Macron, avec l’inflation et la stagnation des salaires et des pensions, les ménages ont perdu 3% de leur pouvoir d’achat ». La confédération affirme que « le gouvernement s'est complètement désinvesti du logement et de la construction », alors que, « face à la crise sociale et économique de grande ampleur, les Français et Françaises ont besoin d'une politique du logement protectrice ». La CNL note que la seule loi votée en matière de logement a été la loi Kasbarian-Bergé, qui, rappelons-le, triple les sanctions encourues par les squatteurs, qui vont désormais jusqu'à 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende.

Réinvestir dans l’aide à la pierre

Elle rappelle en outre que les mesures de la loi de finances 2018 sont de nouveau reprises dans son budget 2024. Le gouvernement a, rappelle la CNL, adopté, « en ayant recours à un treizième 49.3, le dispositif de la réduction de loyer de solidarité (RLS), mesure mortifère pour les finances des bailleurs sociaux », alors même « qu’il manque 140.000 logements sociaux en 2023 ».

La CNL rappelle que la demande de logement social a augmenté de 7% et que l’accès à un logement abordable est la première condition à la dignité.

« Tandis que les habitants et habitantes s'enfoncent dans la pauvreté, la CNL demande à Gabriel Attal, en tant que nouveau premier ministre, de répondre à l’urgence sociale grâce à la sécurité sociale du logement, de réinvestir dans l’aide à la pierre pour construire 250.000 logements sociaux par an et un service public de l'énergie.»

CNL





Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le Pôle Habitat FFB lance son « dernier appel avant point de non-retour »

nullLa fédération organisait ce jeudi une conférence de presse au cours de laquelle elle a alerté sur la situation alarmante du logement neuf.


La FFB AURA et BTP Rhône boycottent une rencontre avec le ministre

nullLes présidents de fédération avaient été conviés ce 22 février par le ministre à une réunion portant sur la transition écologique dans le Rhône. Ils ont décliné l’invitation, et se sont expliqués dans une lettre ouverte.


La CAPEB promeut la révision immédiate de MaPrimeRénov

nullLa confédération pointe plusieurs centaines de millions d’euros non consommés de l’enveloppe en 2023.


La CAPEB et la FFB plutôt satisfaites de leur entrevue avec les ministres

Selon la CAPEB, Christophe Béchu et Guillaume Kasbarian ont fait le choix «de s’appuyer sur les TPE du bâtiment pour accélérer la rénovation énergétique».


La refonte du DPE fait débat

La question de la refonte du DPE s’est invitée mardi à la conférence de présentation des chiffres de la promotion immobilière en région lyonnaise.


Bercy annonce des mesures de soutien aux entreprises du BTP

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, a annoncé mardi des mesures en direction des entreprises du bâtiment et des travaux publics.


La CAPEB demande à Guillaume Kasbarian des arbitrages

La confédération demande au nouveau ministre « de prendre les arbitrages que le secteur attend avec grande impatience ».


Guillaume Kasbarian, nouveau ministre délégué au Logement

Le nouveau ministre succède à Patrice Vergriete, qui devient, lui, ministre délégué chargé des transports.


L’artisanat du bâtiment reste « en tension » en Auvergne-Rhône-Alpes

nullC’est le constat qui découle de l’étude conduite par les CAPEB de la région auprès de leurs adhérents pour le 4e trimestre 2023.


Christophe Béchu veut raviver la demande de logement, ainsi qu’un choc d’offre

Le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires adressait ce mercredi ses vœux, et fait à cette occasion quelques annonces en matière de d’aménagement du territoire et de logement.


La CAPEB réclame à son tour la suppression de la hausse de la taxe sur le GNR

nullSelon la confédération des petites entreprises du bâtiment, les entreprises artisanales du bâtiment ne peuvent entendre que les entreprises agricoles soient privilégiées.


BTP CFA AURA & l’ANDSA signent une convention

Les deux structures s’associent pour dynamiser les activités sportives des apprentis du BTP.


Salon des métiers de l’étanchéité et du bardage à Lyon les 27 et 28 mars 2024

La Chambre Syndicale Française de l’Étanchéité annonce le premier salon qui aura lieu au Matmut Stadium de Lyon.


Le comité de suivi de la rénovation énergétique salué par la CAPEB

nullUn comité de suivi de la rénovation énergétique a été lancé pour faciliter le quotidien des entreprises qui sont en première ligne dans la rénovation énergétique.


623.790 logements privés rénovés en 2023

3,12 milliards d’euros d’aides ont été distribuées. Pour Christophe Béchu, « une dynamique de fond s’est installée en faveur de la rénovation de l’habitat ».