Les professionnels en faveur d’une évolution du DPE

Les principales fédérations de diagnostiqueurs, FNAIM et FIDI, demandent une évolution du diagnostic de performance énergétique, après sa généralisation en début d’année.

Les diagnostiqueurs donnent de la voix. Après la généralisation du DPE et de l’affichage de la performance énergétique sur les annonces immobilières en début d’année, les fédérations ont demandé aujourd’hui des aménagements du dispositif.

La Fidi (Fédération interprofessionnelle du diagnostic immobilier) a ainsi précisé, à l’occasion d’une conférence de presse, ses propositions de réforme concernant le DPE, en insistant notamment sur deux points, à savoir la nécessité de doter le DPE d’une annexe technique permettant de lister les paramètres du classement afin d’harmoniser les diagnostics, et la mise à jour des prix de l’énergie permettant de valoriser la consommation dans le rapport du DPE. La fédération souhaiterait en outre des formations obligatoires pour les nouveaux diagnostiqueurs, et que soit encadré dans les textes le choix entre les trois méthodes existantes de DPE, et ce dans un souci d’harmonisation.

La FNAIM veut un DPE amélioré

Même son de cloche chez la FNAIM. "Le Diagnostic de Performance Énergétique ne peut plus se résumer à un simple outil de sensibilisation, tel qu'il était appliqué jusqu'à présent. Il doit désormais évoluer pour devenir un outil de mesure", souligne la fédération, présente dans la transaction comme dans le diagnostic via sa Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers FNAIM. Elle plaide pour un DPE unifié et la validation d'une seule méthode conventionnelle, l'application d'une méthode de mesure et de calcul plus exhaustive, ainsi qu’une homologation obligatoire des logiciels de calcul et un dispositif de certification plus homogène.

Ce meilleur encadrement du DPE permettrait en outre de mieux faire taire les critiques d’une part et faire face à la pression persistante à laquelle fait face la profession depuis la mise en place de nouvelles dispositions au 1er janvier. « Beaucoup de gens insistent parfois pour obtenir un meilleur classement énergétique. Les vendeurs savent que certains acquéreurs sont désormais sensibles au diagnostic, du fait notamment des conditions d’accès au PTZ+» nous confiait il y a quelques jours un diagnostiqueur.

Pour faire face à ces dérives, la Fidi souhaiterait également la mise en place de mesures coercitives visant à retirer le bénéfice du PTZ+ en cas de fausse déclaration, ainsi qu’une dégressivité moins marquée de cette nouvelle version du prêt à taux zéro.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La FNAIM juge le nouveau DPE « plus fiable et plus lisible »

La fédération de l’immobilier s’est félicitée du nouveau diagnostic de performance énergétique annoncé par les ministres de l’Ecologie et du Logement.


Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon présentent le nouveau DPE

Ce nouveau diagnostic de performance énergétique des logements a pour but de lutter contre les passoires énergétiques.


La FNAIM alerte sur les agences immobilières de montagne

La fédération a sensibilisé le gouvernement sur la situation des agences immobilières de montagne.


Accord Century 21 / Action Logement pour le logement des jeunes

Les deux acteurs ont renouvelé leur partenariat visant à accompagner les jeunes actifs.


Square Habitat rejoint la FNAIM

null
Le réseau compte 510 agences et 3.200 collaborateurs.


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


2020, un tournant dans l’immobilier selon PAP

L’année a été marquée par la survenue de la crise sanitaire, impliquant de nouvelles pratiques comme le télétravail, qui ont eu des implications structurantes sur les recherches immobilières des français.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


La reprise des visites de biens immobiliers confirmée par Jean Castex


Le Premier ministre dévoilait ce jeudi, au cours d’une conférence de presse, les détails de la réouverture progressive des commerces dès le samedi 28 novembre.


Les professionnels de l’immobilier poussent pour une autorisation des visites

Les principales fédérations ont, en amont de l’intervention de Jean Castex, communiqué sur la nécessité de « déverrouiller la chaine du logement », via des visites soumises à un strict protocole sanitaire.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.


84.1% des acheteurs et locataires continuent leurs projets, selon PAP

38.3% des locataires sont même prêts à signer leur contrat de location sur la base d’une visite virtuelle, sans visite physique du logement.