Immobilier : ce que va changer la loi de protection des consommateurs

L’article 2 du projet de loi renforçant les droits, la protection et l'information des consommateurs vise à imposer de nouvelles règles entre les bailleurs et les locataires.

Le projet de loi renforçant les droits, la protection et l'information des consommateurs introduit de nouvelles contraintes pour les bailleurs. Celui-ci prévoit notamment une amélioration des règles relatives au dépôt de garantie. Le bailleur qui ne restituerait pas le dépôt de garantie dans le délai légal serait contraint à verser des majorations en sus du dépôt. Le solde du dépôt de garantie restant dû au locataire, après arrêté des comptes, serait ainsi majoré d’une somme égale à 10 % du loyer en principal par mois de retard. Le tout en harmonisant les règles du montant des dépôts de garantie à un mois de loyer y compris pour les bailleurs sociaux non conventionnés.

Le projet de loi prévoit également que, pour les agences immobilières qui appartiennent à un réseau, celles-ci devront faire figurer dans le contrat de mandat leur appartenance au réseau, et informer le vendeur sur la portée de la diffusion de ses annonces.

Des obligations pour le mandat de gestion

La loi vise en outre à mieux encadrer la reconduction des mandats de gestion : « Sera également prévu un accord exprès du propriétaire-vendeur lors de la reconduction des mandats de gestion afin d’éviter la prolongation involontaire de mandats de gestion exclusifs au profit d’une plus grande liberté du propriétaire » indique le projet de loi, ce afin d’assurer l’effectivité de la loi du 25 mars 2009, qui a introduit une obligation pour le contrat de location de préciser la surface habitable de la chose louée, comme c’est déjà le cas pour l’acquisition de logements en copropriété, en étendant cette obligation aux logements meublés.

Des sanctions pour les erreurs de surface

Des sanctions spécifiques existent pour l’acquisition de lots de copropriété en cas de mention inexacte ou fausse sur la surface habitable d’un acte de vente, qui vont de la nullité de la vente dans un délai d’un an à compter de l’acte authentique constatant la réalisation de la vente dans le cas d’un acte de vente ne mentionnant pas la superficie, l’absence de possibilité de demander un supplément en cas de sous-estimation de la superficie. Dans le cas où la superficie exprimée dans l’acte est inférieure de plus de 5 % à la superficie réelle, l’acquéreur pourra prétendre à une diminution du prix proportionnelle à la différence.

Le projet prévoit en outre d’instaurer, pour les locations vides et meublées, un mécanisme inspiré de l’existant pour les copropriétés, adapté à la location. « La possibilité pour un locataire de contester l’absence de mention du loyer, ou le montant du loyer lui-même, serait enserrée dans des délais stricts, plus courts pour la location meublée que pour la location vide, la durée minimale des baux correspondants étant elle-même différente (un an et trois ans respectivement) » note le projet de loi.

L’extension de la compétence de la DGCCRF au diagnostic immobilier

L’article 2 de ce projet de loi vise également à étendre la compétence des agents de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes aux conditions d’exercice de l’activité de diagnostiqueur immobilier.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La CNL appelle à sanctuariser l’épargne du livret A et du LDD pour le logement social

La confédération nationale du logement a appelé à sanctuariser l’épargne populaire en affectant 100% des dépôts du livret A et du LDD à la CDC pour construire et réhabiliter le logement social.


Les OPCI profitent du rebond des marchés financiers

Rock-n-Data a présenté mardi son étude sur la performance des organismes de placement collectif immobilier.


Capelli maintient ses objectifs annuels

Le groupe a annoncé un chiffre d’affaires en forte hausse de 25% à 73,4 millions d’euros au deuxième trimestre 2021/2022. Le marché a bien accueilli ces chiffres.


Val d’Azergues : une nouvelle installation à l’usine Lafarge

Une installation de chargement de trains a été réalisée, avec le soutien financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.


« Tout outil qui me permet de réguler, je le prends »

null
Renaud Payre est le vice-président de la Métropole de Lyon en charge du logement. Nous évoquons avec lui la politique de la collectivité en la matière, et échangeons sur les grandes évolutions de l’habitat dans la ville.


L’encadrement des loyers entre en vigueur ce 1er novembre

L’expérimentation du dispositif d’encadrement des loyers démarre ce lundi à Lyon et Villeurbanne.


Villeurbanne : consultation des habitants sur la résidence Saint-André

Une consultation est organisée ce mercredi sur le plan de sauvegarde de la copropriété Saint-André, située allée des cèdres.


Des difficultés pour mener à bien un projet immobilier

C’est ce qui ressort de la 8e vague de l’indicateur Drimki/BVA.


Les expatriés portent les investissements immobiliers des non-résidents

Le service des données et études statistiques (SDES) du ministère de la transition écologique a fait état d’une étude sur les investissements immobiliers des non-résidents.


Encadrement des loyers : la FNAIM dénonce «une absence de vue globale»

La fédération nationale de l’immobilier a fustigé l’absence de vision globale sur le problème du logement.


Ôm2c, la nouvelle marque d’em2c dédiée à l’immobilier résidentiel

Le groupe développe une gamme de produits en accession et en investissement locatif.


La justice suspend les arrêtés interdisant les expulsions locatives à Vénissieux

nullMichèle Picard a défendu le 17 août dernier ces arrêtés, à l’occasion d’une seconde audience en référé devant le Tribunal Administratif de Lyon.


Lyon 2 : Sofidy annonce l’achat d’un immeuble rue de la République

Cette acquisition est réalisée pour le compte des épargnants de sa SCPI Immorente.


Une possible hausse des loyers de 0,42%

L’indice de référence des loyers a été dévoilé mardi dernier par l’INSEE. Celui-ci permet de réviser les loyers en cours de bail, mais aussi lors d’une relocation.


Un guide pour aider les locataires en situation d’impayés de loyer

Le ministère du logement et l’ANIL, ont publié ce document dans une optique de prévention des expulsions locatives.