Immobilier neuf : prix à la hausse et volumes en chute sur Lyon

Les prix des logements ont poursuivi leur hausse sur l’agglomération lyonnaise, alors même que le marché de l'immobilier neuf est en baisse de plus de 30%.

2011, année de remise à niveau ? C’est en substance le message qu’ont voulu faire passer promoteurs et constructeurs à l’occasion de la présentation des derniers chiffres des logements neufs dans l’aire urbaine de Lyon, intervenue en marge du salon de l’immobilier de Lyon, qui s’est tenu pendant trois jours, de vendredi à dimanche.

Du point de vue des prix, ces derniers n’ont cessé d’augmenter en 10 ans. Alors que les prix du neuf s’établissaient à 1970 euros le m² en 2002, ils atteignent désormais 3613 euros pour les particuliers utilisateurs. Les surfaces achetées sont parallèlement moins grandes, passant de 63 à 51 m2 sur 10 ans. L’enveloppe moyenne a progressé de 125795 euros, contre 197188 euros.

4200 à 4500 ventes prévues pour 2011

Pour autant, cette hausse des prix ne traduit pas un dynamisme du marché sur le plan du volume. La baisse des réservations était même assez nette à fin août: -33% à 2947 réservations intervenues depuis janvier, alors qu’elles atteignaient 4378 en 2010, et 4495 en 2009. Une contre-performance que la FPI, par la voix de son président Frédéric Marchal, attribue à une sorte de retour à la normale. Pendant deux ans, les ventes avaient atteint 6000 unités, alors que le niveau normal de production dans l’agglomération est plutôt de 4500 unités.

Résultat : les acteurs du logement neuf, CECIM, FPI, et UCI FFB tablent désormais sur un chiffre de 4200 à 4500 ventes sur l’année 2011. Dans les faits, les investisseurs ont fui le marché en début d’année, avec une baisse des ventes en Scellier, consécutivement à la réforme du dispositif. Au sein des réservations effectuées, on trouve une plus forte proportion de collectif (88% du marché), alors que celle des résidences de services tendait à baisser (de 13% à 5%).

Mises en vente en baisse

Parallèlement, les mises en ventes de logements neufs (qui regroupent les immeubles collectifs, les maisons individuelles groupées, et les résidences) ont nettement ralenti, passant de 4964 à 3945 unités en 2011.

Pour la seule catégorie des logements en immeubles collectifs, on observe que les mises en vente restent assez proches du niveau de l’an dernier (3661 contre 3998), alors que l’offre disponible a tendance à gonfler. De 2674 logements en 2010, celle-ci est passée à 3412 unités en 2011, avec un délai d’écoulement qui a nettement augmenté, passant de 5.6 mois à 9.2 mois.

Des réservations surtout à l’Est

D’un point de vue géographique, les réservations se font de plus en plus à l’Est de Lyon. Sur l’aire urbaine de Lyon, 31% des réservations se font ainsi dans l’est du Grand Lyon, contre 30% dans Lyon intra muros et 11% à Villeurbanne. Et même à Lyon, les réservations se font également dans les arrondissements situés le plus à l’est : 21% des réservations lyonnaises se sont faites dans le 3°, 28% dans le septième, et 36% dans le 8° arrondissement. Côté Prix, Lyon intra-muros (4369 euros du m²) est bien sûr plus cher que Villeurbanne (3811 euros), Caluire(3927 euros), le sud-ouest de Lyon (3568 euros), et l’est du Grand Lyon (3244 euros). Le secteur le moins onéreux dans le Grand Lyon reste Givors-Grigny (2416 euros).

Les investisseurs en baisse en 2011

L’année 2011, en plus de voir un retour à la normale en termes de volumes, est marquée par une baisse de la part des investisseurs. Alors qu’ils représentaient près de 61% des achats dans le collectif neuf l’an dernier, ils totalisaient 44% à la fin août, soit un chiffre identique aux acquéreurs utilisateurs. Les utilisateurs privilégient plutôt les T3 (41%) ou T4 (27%), tandis que les investisseurs privés privilégient plutôt les T2 (45%) et T3 (36%).

Le VEFA, la grande tendance

Alors que le marché du logement neuf avait été marqué au cours de l’année 2009 par une quasi égalité entre les ventes sur plan et les ventes en cours de construction, la tendance est, depuis, de plus en plus à la vente sur plan. Alors qu’elles représentaient 45% de l’offre disponible, elles totalisent désormais 77% de celle-ci. 21% est en cours de construction et 2% sont livrés.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

La bulle immobilière j’aurai été fier d’etre resté locataire

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les prix de l’immobilier ont reculé de 1,5% à Lyon en 2022

La Chambre de la FNAIM du Rhône a présenté, lors de sa conférence de presse du jeudi 19 janvier, les chiffres des ventes de logements en France et dans le Rhône.


Immobilier : la FNAIM prédit un nouveau repli des ventes en 2023

La FNAIM présentait mercredi, lors d’une conférence de presse, son bilan de l’année 2022 en matière d’immobilier résidentiel, et ses prévisions pour 2023. La fédération prévoit, pour l’année en cours, un million de transactions, voire un peu moins.


Les prix ont augmenté de 1,4% à Lyon en 2022, selon LPI

nullLPI Seloger a fait état de son baromètre des prix de l’immobilier, qui a dressé un bilan de l’année 2022, tant au niveau national que local.


A Lyon, Orpi a fait état d’une légère hausse des prix de l’immobilier

Contrairement à la plupart des acteurs de l’immobilier, le réseau coopératif avait fait état en décembre d’une très légère hausse de 1% des valeurs en 2022.


Les ventes ne devraient pas dépasser le million en 2023, selon Meilleursagents

nullLe spécialiste de l’estimation immobilière en ligne a fait part de son 1er point marché de l’année. Dévoilant par la même occasion ses prévisions, il ne prédit « pas de retournement en 2023, mais un rééquilibrage ».


Les prix de l’immobilier ont progressé de 4,7% en 2022 selon Laforêt

Le réseau d’agences a dressé son bilan annuel du marché immobilier en 2022. Il décrit à la fois un rééquilibrage, une transformation de la demande, l’amorce d’une décrue des transactions, mais des prix toujours sous tension.


Les prix de l’immobilier toujours en hausse en France, mais en baisse à Lyon

null
Selon la FNAIM, les prix continuent de baisser sur un an à Lyon, Paris et Bordeaux. Dans le reste du territoire national, le biais reste pour l’heure haussier.


Baisse des volumes dans les départements de Rhône-Alpes


Les transactions reculent, selon les notaires de l’ancienne Région Rhône-Alpes, sans toutefois affecter les prix.


Les prix ont rebondi en octobre selon LPI Seloger


Les valeurs restent orientées à la hausse, selon le baromètre. Le nombre de compromis signés reste toutefois assez nettement inférieur à celui d’octobre 2021.


Immobilier : les notaires décrivent un « ralentissement »

null
Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires de France ont évoqué une « lente décrue » des volumes de transactions. Les prix des appartements se stabilisent dans plusieurs villes de la région.


Immobilier dans le Rhône : érosion des ventes, mais des prix qui se maintiennent

nullLa Chambre des notaires du Rhône organisait jeudi un point marché sur le marché immobilier dans le département du Rhône et la Métropole de Lyon.


Les prix baissent et les délais de vente s’allongent à Lyon

Meilleurs Agents a communiqué ce mercredi son baromètre de novembre.


Immobilier : la hausse des prix et les ventes s’érodent

C’est le constat du baromètre mensuel dévoilé par la FNAIM.


Les prix de l’immobilier en hausse dans le Rhône mais en baisse à Lyon


La FNAIM a fait part jeudi des chiffres du marché immobilier rhodanien au terme du premier semestre.


Le marché immobilier demeure dynamique, selon Laforêt

Le réseau d’agences franchisées a fait part vendredi de son point marché trimestriel.