Mise sous surveillance de S&P et incidence sur les taux de crédit immobilier

La possible dégradation de la note de la France par S&P est désormais clairement évoquée depuis sa mise sous surveillance par l’agence de notation. Reste à savoir quel sera l’impact sur le marché obligataire…

S&P a brisé le tabou. Désormais, les notes AAA de l’Allemagne et de la France sont désormais clairement dans le viseur de l’agence de notation, après la mise sous surveillance de leur note par l’agence de notation américaine. Dans les trois prochains mois, on saura donc si les notes des deux premières puissances de la zone euro vont être dégradées.

Et pourtant, malgré cette sombre perspective, les marchés financiers de tous ordres sont restés étonnement calmes. Côté actions, le CAC 40 a perdu un petit 0.44%. S&P a juste freiné le « rally » de l’indice phare de la Bourse de Paris, qui, depuis quelques séances, est revigoré par une perspective de sortie de crise en zone euro.

Sur le front des devises, l’euro est resté quasiment stable, à 1.34$. Et du point de vue du marché obligataire, on est loin de la catastrophe annoncée : la hausse du rendement français atteint certes 11 points de base, mais reste contenue au regard des séances épiques d’il y a quelques semaines. Surtout, le stress n’était guère présent sur les marchés : l’Allemagne, face aux menaces de perte de son triple A, a vu son taux baisser, ce qui a été le cas pour plusieurs pays menacés de dégradation, comme la Finlande.

La hausse des taux de crédit n’est pas une fatalité

Face à cette nouvelle menace, y’a-t-il un risque de voir les taux français remonter en flèche, pour dépasser les 4%, voire les 5% ? Certains le pensent et l’intègrent même dans leurs prévisions. Pour ma part, j’en suis nettement moins convaincu, même si je n’exclus pas, par principe, un tel scénario.

Certes, suite aux diverses dégradations intervenues en Espagne et en Italie, les réactions en chaîne sur les marchés obligataires ne se sont pas faites attendre : les taux espagnols et italiens ont été flirter avec les 6-7%, ce qui a provoqué une nette progression des taux. Mais une dégradation n’est pas automatiquement synonyme de hausse des rendements obligataires : le cas des Etats-Unis, dont les taux ont baissé depuis la dégradation de S&P, en sont la preuve. Le Japon, où les taux des obligations à 10 ans sont inférieurs à 1% avec un AA-, ou encore la Nouvelle-Zélande, sont également là pour nous le rappeler : la dégradation n’aboutit pas forcément à une hausse des taux des obligations d’Etat, ni à une hausse des barèmes de crédit immobilier.

L’arbitrage des marchés

Car faut-il le rappeler : les opérateurs de marchés réagissent toujours en position relative. Ils arbitrent, réfléchissent en fonction de leurs positions ou des opportunités. Jusqu’ici, le chemin de la contagion était tout tracé : la Grèce d’abord, le Portugal, l’Irlande ensuite, l’Espagne, l’Italie, la France et l’Allemagne. Tous ces pays ont tour à tour été dégradés ou pointés du doigté séparément par les agences de notation. Or – et c’est une situation nouvelle - les agences de notation ont aujourd’hui changé de fusil d’épaule : S&P « mutualise » et menace de dégrader tous les pays européens d’un cran en même temps, avec mention spéciale pour la France, qui pourrait écoper d'une dégradation de deux crans. Résultat sur le marché obligataire : le statu quo est de mise, car la position ‘relative’ des pays entre eux n’a pas changé au regard des ‘juges de paix’ que constituent les agences de notation sur les marchés. Même cette situation particulière de la France, déjà fragilisée de facto sur le marché obligataire par rapport aux autres pays notés AAA n’a pas été véritablement sanctionnée par les marchés, au regard du choc qu’une mise sous surveillance aurait pu produire à la mi-août.

Pour autant, peut-on dire que la crise est terminée ? Rien n’est moins sûr. Elle change, en tout cas de nature… Le spectre de la contagion est désormais une peur obsolète : les opérateurs de marché ne peuvent désormais plus jouer sur les craintes de propagation du mal grec à l’ensemble de l’Europe. Les plans de rigueur étant en marche dans tous les pays, les attaques des marchés pourraient bien se faire de manière beaucoup plus épisodique, à la faveur notamment de publications statistiques qui pourraient éventuellement changer la hiérarchie des positions relatives. Le stress des dégradations semble, en revanche, avoir vécu.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Taux : la fin d’un cycle ?

EDITORIAL – La remontée sensible des taux de l’OAT 10 ans observée depuis la mi-août doit inciter à la prudence.
» Nouvelles hausses de taux en novembre


Les taux de l’OAT 10 ans en nette baisse après le premier tour

Les taux sur le marché de la dette d’Etat ont nettement baissé dans le sillage du premier tour de la présidentielle désignant un duel Macron/Le Pen. Sur le marché de la dette, le spread France / Allemagne se resserre nettement.


Vers une hausse des taux de crédit immobilier

L’ensemble des intermédiaires en crédit à l’habitat ont, ces derniers jours, réagi à la forte hausse des taux constatée sur les marchés obligataires.  


​Crédit immobilier : nette remontée des taux de l’OAT

Les taux de l’OAT ont pris, depuis l’élection de Donald Trump, près de 0,25 point. Un mouvement qui pourrait avoir un impact substantiel sur les taux de crédit immobilier.


Brexit : les marchés d’actions reculent, net recul des taux

Le CAC 40 baisse de 5% à l’ouverture des marchés. Les taux des obligations d’Etat reculent sur le marché secondaire.


L’inflation remonte, tension sur les taux

L’INSEE a publié un indice des prix à la consommation en hausse jeudi. L’inflation reprend un peu de vigueur en France, avec une hausse de 0.3 %. Les taux de l’OAT se tendaient dans la foulée.


Nouvelle baisse des taux de l’OAT 10 ans

Les taux de l’OAT 10 ans ont encore reculé mercredi. La perspective d’un rachat d’obligations souveraines par la BCE provoque de nouveaux reports sur les dettes françaises et allemandes.


Taux : l’OAT 10 ans s’approche des 0.80%

Le rendement de la dette à 10 ans s’est encore affaissé ce vendredi, touchant même un nouveau plus bas historique.


Crédit: la baisse des taux de l’OAT aura un impact, selon Vousfinancer

Le courtier en crédit immobilier prédit une baisse des taux de crédit dans le sillage de l’OAT 10 ans.


Les taux de la dette française tombent sous les 1%

Les taux de l’OAT 10 ans ont reculé sous les 1% ce jeudi sur le marché secondaire.
» La baisse des taux aura un impact sur le crédit immobilier selon Vousfinancer


Des taux de l’OAT 10 ans en légère hausse mercredi, avant la BCE

Les investisseurs ont modérément vendu des obligations d’Etat mercredi, avant une réunion de la BCE.


Les taux descendent à un plus bas sur le marché obligataire

Les taux de l’OAT 10 ans ont chuté aujourd’hui à 1.13%. Les investisseurs se sont portés sur les marchés obligataires, suite à une chute des marchés financiers européens et américains.


Taux : l’inflation reste au plus bas en zone euro

L’inflation en zone euro a baissé en janvier par rapport à décembre. Une nouvelle statistique qui pourrait inciter la banque centrale à agir lors de sa prochaine réunion de mars.


Immobilier : certaines banques baissent leurs taux

Les taux ont diminué en janvier chez de nombreuses banques, selon le courtier Meilleurtaux.com.


Dégradation de S&P : quel impact pour l’immobilier ?

Selon les courtiers en crédit, les taux de prêt immobilier pourraient augmenter, suite à cette décision de l’agence.