« Les maisons ont plus baissé que les appartements »

Pour Gilles Cecere, président de la FNAIM du Rhône, le nouveau gouvernement issu des urnes devra s’attaquer en premier lieu à l’instabilité fiscale.

Sur le marché immobilier en général, vous ne semblez pas céder au catastrophisme…

Sur d’autres régions de France, on peut être inquiet, mais sur Lyon, non. L’intérêt des gens porté pour l’agglomération de Lyon reste intact. Le classement réalisé au niveau national par l’APEC classe Lyon en tête des villes les plus attractives auprès des jeunes cadres et diplômés. Ça se ressent aussi au niveau des chiffres de l’immobilier. Toutefois, malgré cela, il y aura malgré tout moins de transactions en volume, aussi bien sur Lyon qu’ailleurs. Cela affectera le chiffre d’affaires de nos entreprises.

Comment voyez-vous les prochains mois ? Qu’attendez-vous de l’après-présidentielle ?

Mon souhait principal serait qu’il y ait une politique cohérente du logement en France, qui fixe des bases, et que l’on ne change plus tous les six mois de données fiscales. Maître Prohaszka, le président de la Chambre des Notaires du Rhône, a bien expliqué, lors de la conférence de presse précédent le salon de l’immobilier, qu’il y avait eu, en 2011, des projets de loi de finances tous les trois mois. Faut-il encore rappeler qu’il y a un an, nous parlions de taxer les plus-values sur les résidences principales… Pour notre part, à la FNAIM, nous demandons un statut de bailleur social privé, c’est-à-dire qu’il y ait des normes définies, et qui permettent d’appliquer une fiscalité qui soit la même pour tout le monde, notamment pour les investisseurs privés. Et tout cela dans une certaine stabilité… Deuxièmement, il faudrait une politique cohérente en matière de logement : les uns disent +30% de droits à construire, les autres qu’il faut encadrer les loyers : il faut arrêter… ce ne sont que des effets d’annonce. Concernant les droits à construire, il faudra que ce soit accepté par les collectivités locales, ce qui est loin d’être gagné. Quant à l’encadrement des loyers, on sait très bien que ça ne marche pas. Cela fait deux fois que les gens de gauche essayent de le faire. Même les associations de consommateurs les plus virulentes disent que c’est une bêtise sans nom. D’ailleurs on le voit bien : Lyon a beau être une ville très attractive, les loyers n’ont pas flambé pour autant, notamment par rapport à ce que l’on peut constater en Ile de France. Les loyers s’autorégulent. Un bien qui n’est pas à la valeur du marché ne se louera pas. Un appartement qui ne répond pas aux normes de qualité, notamment au niveau des charges, ne se louera pas, ou se louera moins cher qu’un appartement en bon état. Il faut arrêter de toujours vouloir penser à la place des gens : la raison l’emporte toujours !

Sur Lyon, le prix des loyers s’est d’ailleurs stabilisé depuis le début de l’année…

Oui. Nous avons un taux de vacance qui se situe entre 5% et 6%, ce qui est normal, voire même un peu limite pour une ville comme Lyon.

Sur la première et deuxième couronne, constate-t-on une baisse de la demande ?

Oui, il y a une baisse. D’ailleurs, les maisons ont plus baissé que les appartements en 2011. Cette évolution devrait être encore plus importante cette année, même si celle-ci sera nettement moins sensible sur des secteurs desservis par des axes routiers, ferroviaires ou de transports en commun. L’axe Vienne-Macon devrait être ainsi bien moins impacté que des secteurs comme le Haut Beaujolais ou des zones plus à l’Est en Isère. Le premier critère dans le choix d’un bien est en effet de n’être pas trop loin de son lieu de travail.

 

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.