Démolition de la tour UAP : un chantier avant Incity…

Dans quelques mois il ne restera bientôt rien de la tour UAP. Commencée en début d'année, la déconstruction avance au rythme d’un étage tous les 10 jours. Dans quelques mois, le chantier de la tour Incity pourra commencer.

La tour UAP aura bientôt totalement disparu du paysage lyonnais. Construite en 1972, cette dernière n’était plus occupée depuis des années. Un désamiantage avait été opéré en 2010, préalablement à sa démolition effective, qui n'a véritablement commencé qu'en janvier-février. Mais depuis l’été 2011, la déconstruction avait déjà débuté de l’intérieur. En décembre, la grue servant à la démolition effective de l'édifice avait été installée.

La première tour BBC en Europe

« On est très fier de ce chantier car il a beaucoup eu d’impact, y compris en Europe. Incity sera la première tour BBC en Europe, avant Paris. Je pense que Lyon a une exigence d’exemplarité » expliquait ainsi Jean Claude Condamin (en photo ci-dessus), lors de la présentation de la stratégie tertiaire du Grand Lyon en février dernier. Le promoteur et les équipes de GFC - Bouygues, en charge de la déconstruction, ont voulu pousser cette démarche encore plus loin, en faisant de la démolition de la tour UAP un chantier là aussi exemplaire, tant en termes technique que d'impact sur son environnement immédiat.

Le processus de déconstruction de la tour ne date d'ailleurs pas d'hier. Une première étape s’était en effet achevée en avril 2010, celle-ci consistant à enlever tout ce qui se trouvait dans la tour, c’est-à-dire les sols, les cloisons, les équipements électriques et thermiques. Ce "curage vert" a permis aux matériaux enlevés d'être triés, colisés, puis évacués en centre de traitement de déchets spécialisés. Toute l’évacuation s’est ainsi faite sans impact sur l'extérieur de la tour : les 850 tonnes de matériaux enlevés ont été évacués par l’intérieur de la tour, tout cela pour laisser les façades en place et minimiser les nuisances dues au bruit.

Les Halles de Lyon préservées

Les équipes chargées de la déconstruction se sont tout d’abord installées en périphérie de la tour, avant de déconstruire la couronne qui se trouvait dans la partie basse de la tour, qui faisait jusqu’ici usage de parking. Cette couronne en partie basse de la tour a été démolie à l’aide d’une pelle mécanique équipée d’une pince, qui permettait d’éclater le béton sans le taper, afin notamment de minimiser le bruit. Le groupe de BTP a donc pu monter une tour au sol à l’arrière et s’isoler des Halles de Lyon (voir la photo ci-dessous montrant la désolidarisation de la tour et des halles) , qui étaient jusqu’ici mitoyennes du chantier.

Un certain nombre de dispositifs ont par la suite été installés, dont des échafaudages, qui sont entièrement recouverts de panneaux métalliques pour former et un écran visuel. Une protection très particulière a été mise en place sur les Halles afin de se prémunir contre toute chute de gravillons, celles-ci étant recouvertes d’une verrière.

La grue montée, la coiffe ôtée

Une fois son socle ôté, la grue à tour Liebherr HC 355 à flèche relevable, d’une capacité de 35 tonnes à 16 mètres – l’une des plus puissantes actuellement montées en France – a été installée et arrimée à la tour. Sa cabine, qui s’élève à 103 m de hauteur, a en outre été fabriquée spécialement pour ce chantier. La grue est donc ancrée dans les sous-sols de la tour, sur un massif de 100m3 de béton, pour être ainsi au plus près de la tour, et augmenter de facto ses performances en termes de levage. Celle-ci a permis d’ôter la structure métallique qui se trouvait en haut de la tour.

Plutôt que d’aller déconstruire celle-ci en haut de la tour, les équipes ont descendu cette structure de 17 tonnes en une fois, pour la couper par la suite très rapidement, en l’espace de deux heures, avant d’être évacuée en centre de déchets agrée. Avantage : le personnel n’est pas mis en danger, et les nuisances sont fortement réduites.Par la suite, les équipes de GFC ont commencé par grignoter le dernier étage de la tour, l’étage technique, pour pouvoir mettre en place la structure de déconstruction, la coiffe.

Ce procédé, qui n’avait été testé jusqu’ici que dans le cadre de démolition de cheminée, constitue une première dans le cadre d’un immeuble. Cette coiffe métallique, qui pèse 250 tonnes, prend ainsi appui directement sur le bâtiment à déconstruire, et non pas sur le sol.

 

Elle repose en permanence sur douze vérins, lesquels s’appuient eux-mêmes sur les douze poteaux porteurs de la tour.

 

Le principe consiste à couper les poteaux qui se trouvent sous chaque vérin en position haute. Suite à cette opération, le vérin est déplié et vient s’appuyer sur l’étage inférieur. Après avoir répété cette opération douze fois, la coiffe se trouve suspendue en position haute sur les douze vérins dépliés.

Quand la plateforme repose sur ses douze pieds à l’étage inférieur, elle peut être descendue d’un niveau, pour de nouveau réitérer l’opération. A chaque étage, les engins de démolition grignotent la structure, rasent l’intérieur de la construction et font descendre le gravat par l’ancienne cage d’ascenseur.

Limitation des nuisances

L’intérêt de recourir à une telle coiffe est double: d’abord assurer la sécurité des hommes, mais également assurer un certain confort aux riverains. Les intervenants sur le chantier peuvent en effet travailler sur 3 étages dans un environnement clos, éclairé et sécurisé.

Avec l’installation d’une bâche de plus de 1000m2 sur l’ensemble de la coiffe, les hommes travaillant sur le chantier sont protégés de la pluie. Cette dernière assure également la bonne isolation des travaux et préserve l’environnement du chantier.

 

En bas, les gravats sont triés, avec une séparation du béton et de l’acier. Les matériaux sont ensuite évacués par camion, les poussières ayant été préalablement traitées par un procédé de micro-nébulisation. Afin de limiter au maximum toute nuisance sonore, les entreprises évitent au maximum l’utilisation du brise roche, le sciage, et recourent le plus souvent possible à la pince. En périphérie, des capteurs sonores et vibratoires sont placés en différents points stratégiques pour mesurer l’impact du chantier sur l’environnement immédiat. Si des limites sont dépassées, les responsables du chantier sont alertés directement et peuvent corriger le tir en permanence.

Début février, les équipes ont commencé cette « descente » de la tour, avec le grignotage du premier étage. La coiffe devrait descendre jusqu’au 5ème étage de la tour. Dès lors, la coiffe de déconstruction, conçue et dirigée par l’entreprise italienne Despe, sera démontée, et il ne restera plus aux équipes en charge de la déconstruction qu’à démonter le restant du socle. Au début du deuxième semestre, après cette longue phase de démolition, le chantier de la construction de la tour Incity pourra alors véritablement commencer.

Crédits Photos: photo 1 et 3 à 15: DR/Sogelym Dixence. Photo 2 et 16: Sylvain D'Huissel et LPI

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier neuf: 148.618 ventes en 2016, fait inédit depuis le début de la crise

La fédération des promoteurs immobiliers a fait état mardi d’une hausse de 21% des réservations de logements neufs en 2016.
» Clermont-Ferrand, Lyon, et Grenoble : des prix à la hausse


Genevois : une hausse de 2% dans l’immobilier collectif neuf en 2016

La FPI Alpes a dévoilé ces dernières semaines ses chiffres sur les ventes de logements dans le collectif neuf dans l’arc alpin. Et notamment sur le marché genevois.


Annecy : hausse des réservations de logements neufs en 2016

La FPI Alpes a dévoilé il y a quelques jours ses chiffres sur le marché immobilier annecien dans le collectif.


Chambéry : une bonne dynamique du marché immobilier neuf en 2016

La FPI Alpes a dévoilé il y a quelques jours ses chiffres 2016 sur les réservations et les prix dans l’agglomération savoyarde.


Grenoble : +20% de réservations de logements neufs en 2016

null
La FPI Alpes a récemment fait part des ventes de logements collectifs neufs dans l’arc alpin, dont le marché grenoblois.
» Genevois : une hausse de 2% dans l’immobilier collectif neuf en 2016
» Annecy : hausse des réservations de logements neufs en 2016
» Chambéry : une bonne dynamique du marché immobilier neuf en 2016


912 ventes de logements pour 6ème Sens Immobilier en 2016

Le groupe 6ème Sens Immobilier a fait état vendredi de ses réservations globales pour l’année écoulée.


Les prix des T3 en légère hausse, selon Trouverunlogementneuf

Trouverunlogementneuf.com a, comme chaque mois, fait état des principales hausses de prix de logements neufs en France.


La construction de logements s’est nettement reprise en 2016

Le ministère du logement a fait état de chiffres de mises en chantier de logements en hausse de 10.4% par rapport à 2015. Les permis de construire délivrés ont, eux, progressé de 14.2%.


Des ventes de logements neufs records à Lyon en 2016

null
6726 ventes de logements neufs ont été enregistrées dans la Métropole de Lyon en 2016, soit un niveau inédit depuis 10 ans. Mais les prix sont de nouveau orientés à la hausse.


« Notre rôle est d’anticiper, de préparer, et de proposer »

Patrick Liébus est le président de la CAPEB. Il évoque les prochaines échéances électorales et le rôle de proposition que son organisation veut tenir vis-à-vis de l’artisanat du bâtiment.
» Une fin d’année 2016 mitigée dans l’artisanat du bâtiment


Une fin d’année 2016 mitigée dans l’artisanat du bâtiment

En Auvergne-Rhône-Alpes, les artisans du bâtiment ont fait état d’une fin d’année en demi-teinte. Pour accompagner ses adhérents, la CAPEB régionale a fixé plusieurs priorités pour 2017.


Reprise hétérogène de la construction en Auvergne-Rhône-Alpes, selon la FFB

null
La chambre Auvergne-Rhône-Alpes de la fédération française du bâtiment constate des signes de reprise variable selon les zones, avec un rebond plus marqué dans la Métropole de Lyon et en Savoie.


«Nous parlons de 5 grands thèmes avec les principales formations politiques»

Jacques Chanut est le président de la fédération française du bâtiment et d’Action Logement.


Métropole de Lyon : une convention pour le logement des salariés

null
Gérard Collomb, président de la Métropole de Lyon, et Jacques Chanut, président d’Action Logement, ont signé vendredi une convention visant à favoriser le logement des salariés.


Création de la FFB Auvergne-Rhône-Alpes

La nouvelle fédération régionale est issue de la fusion des deux anciennes fédérations d’Auvergne et de Rhône-Alpes.