« La liberté de fixer les loyers fait partie des règles de la démocratie»

Le président de l’UNPI en Rhône-Alpes , Gérard Forcheron, pense que le système de blocage des loyers est inadapté à la situation de Lyon et des villes de la région.

Que pensez-vous de la décision de l’encadrement des loyers ?

Ce qui nous a beaucoup gêné à l’UNPI, c’est que Cécile Duflot ait pris d’emblée cette décision de blocage des loyers, qui nous semble inutile dans certaines zones comme la région Rhône-Alpes où il n’y a pas de problème de tension sur le marché locatif. Donc bloquer les loyers sur des villes comme Paris, pourquoi pas… Mais il faut voir les répercussions que peut avoir une telle mesure. Si nous bloquons les loyers et fiscalisons toujours plus les propriétaires immobiliers, nous allons nous retrouver dans le même système que celui de la loi de 1948… Lorsque la loi de 1948 avait été votée, il faut savoir qu’il y avait eu un arrêt brutal des travaux effectués par les propriétaires. Quelques années après, la loi de 1948 ne s’appliquant plus, les propriétaires ont laissé leur bien se détériorer. On risque donc d’assister aux mêmes problèmes : l’histoire se reproduit régulièrement. Pourtant, la liberté de fixer les loyers fait partie des règles de la démocratie. Je sors de cela le problème de Paris. L’Ile de France est un marché difficile. Mais lorsque l’on regarde le marché locatif à Lyon, ou dans les principales villes de la région Rhône-Alpes que sont Grenoble, Saint-Etienne, Annecy ou Chambéry, il n’y a pas de tension et les loyers ne se sont pas envolés par rapport aux prix de l’immobilier aujourd’hui.

Cette mesure vous semble donc une mesure purement parisienne… La dimension régionale du logement n’est donc toujours pas intégrée ?

C’est bien là le problème. Tous nos dirigeants, quels qu’ils soient, ne voient que le problème de Paris. Les problèmes franciliens peuvent très bien être soulagés par des dations qui pourraient être faites par l’Etat pour construire des immeubles dans Paris ou la première couronne, où les propriétés appartenant à l’Etat sont très nombreuses. On est là dans un problème d’offre et de demande : aujourd’hui sur la région Rhône-Alpes, nous n’avons pas de problème d’offre par rapport à la demande.

Cette mesure intervient alors qu’on note une certaine accalmie sur les loyers, avec une hausse bien inférieure à la demande. L’Etat prend-il avec cet encadrement des loyers, une mesure procyclique ?

La baisse des loyers est automatique : dès lors que vous avez plus d’offre que de demande, les propriétaires baissent leurs loyers. Ils n’aiment jamais avoir un logement vacant pendant deux à trois mois. A partir du moment où il y a moins de demande que d’offre, il y a une régulation qui se fait de manière automatique au niveau des loyers. Cette mesure est complétement inutile. On ferait mieux de se préoccuper du prix de l’immobilier, et notamment en termes d’investissement. Plus on achètera cher des logements, y compris au niveau des investisseurs privés, et plus on aura des loyers qui seront élevés. Commençons déjà à travailler sur la base et baissons les prix. Il n’y a pas que le coût de la construction qu’il faut baisser : il faut aussi faire baisser le prix du foncier. Il faut réfléchir sur les réglementations qui coûtent une fortune aux promoteurs lors de la construction, et qui, souvent, ne servent à rien…

Quelles actions envisagez-vous au niveau national ? Allez-vous tenter d’intervenir pour que Lyon ne fasse pas partie du dispositif ?

Les actions sont coordonnées au niveau national par Jean Perrin, qui est en train de prendre contact avec le ministère pour essayer de limiter ce problème de blocage. On ne se fait toutefois pas beaucoup d’illusions à l’UNPI… Lorsque les politiques ont une idée en tête, ils ne lâchent rien ! Je pense donc que Paris, Lyon, Marseille et un certain nombre de grandes métropoles sera touché. On va donc essayer de mener des actions pour défendre la propriété, notamment au niveau de la liberté de fixer des loyers.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le plafonnement de l’IRL à 3,5% adopté en 1ère lecture

L’Assemblée nationale a approuvé le plafonnement de la hausse des loyers à 3,5 % pendant un an ainsi qu’une revalorisation de 3,5 % des APL, dans le cadre de l’examen du projet de loi en faveur du pouvoir d’achat. En première lecture, le projet de loi en faveur du pouvoir d’achat était examiné ce jeudi […]


Des organisations opposées au plafonnement de l’ILC

nullL’UNPI, la FEI et le CNCC se disent, dans un communiqué commun, opposées à l’adoption d’une mesure de plafonnement de l’indexation des baux commerciaux.


L’arrêté d’encadrement des loyers suspendu partiellement

Le Tribunal administratif de Paris a rendu sa décision suite à la requête de l’UNPI contre l’encadrement des loyers dans la capitale. Selon l’UNPI, ceci démontre à nouveau l’instabilité juridique du dispositif.


Un marché locatif de plus en plus en tension, selon Bien’ici

Le portail immobilier a récemment publié une étude sur le marché de la location, avec un focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes.


Un « bouclier loyers », fruit du lobbying des propriétaires ?

nullLa hausse des loyers sera limitée à 3,5% pour un an d’ici au 1er juillet. Selon la CLCV, le gouvernement serait davantage à l’écoute du lobby des propriétaires


La garantie Visale a sécurisé 700.000 ménages depuis son lancement

Début juin, Action Logement a accordé son dispositif de cautionnement gratuit, simple et rapide à obtenir.


La proposition d’un gel des loyers fait débat

nullLa CLCV a plaidé pour un gel des loyers. Cette proposition a été fustigée par un certain nombre d’organisations, dont l’UNPI, la FNAIM, l’UNIS et Plurience.


La Métropole de Lyon instaure un « permis de louer »

Le dispositif a pour objectif de lutter contre l’habitat indigne.


L’absence de ministère du logement pointée par les fédérations

Les organisations professionnelles ont regretté l’absence de portefeuille spécifique dédié au logement, consécutivement à l’annonce vendredi du nouveau gouvernement.


Vénissieux : suspension des arrêtés contre les expulsions locatives

Le Tribunal Administratif a décidé de suspendre les arrêtés pris par Michèle Picard, maire de Vénissieux, qui interdisaient les expulsions locatives.


Après l’élection d’Emmanuel Macron, la CNL réclame des mesures

La Confédération nationale du logement a appelé des mesures rapides et concrètes, dont une revalorisation immédiate des APL et l’extension du bouclier tarifaire des énergies.


Tassin la Demi-Lune ouvre «Beau Séjour» au logement intergénérationnel

La Ville teste un nouveau dispositif de logements intergénérationnels, en ouvrant sa résidence senior à l’accueil d’étudiants.


Ouverture de l’APL aux déplacés d’Ukraine

Le gouvernement a fait part de l’ouverture de l’aide personnalisée au logement avec complément familial et des prestations familiales d’entretien aux déplacés d’Ukraine.


Les loyers pourront augmenter de 2,48% au deuxième trimestre

La hausse de l’IRL est la plus forte depuis le quatrième trimestre 2008. L’indice suit en cela l’évolution des prix à la consommation.


Lyon durcit sa réglementation sur les meublés de tourisme

nullCe renforcement de la réglementation des changements d’usage de logements en meublés de tourisme se traduit par l’obligation de création d’un second logement en location.