Lyon : hausse des prix de l’immobilier à la mise en vente

Selon le dernier baromètre publié par Seloger.com, les prix de l’immobilier ont légèrement augmenté à Lyon en août, et se rapprochent désormais des 3000 euros.

Les prix de l’immobilier à la mise en vente ont de nouveau progressé à Lyon en août, selon le dernier baromètre publié lundi par Seloger.com. Le prix moyen au mètre carré à la mise en vente atteint en effet 2.964 euros du mètre carré, contre 2.950 euros en juillet. Sur trois mois, la progression des prix atteint 0.6%. Sur un an, elle est néanmoins en hausse de 2.6%.

Par secteur, on notera que le 7ème et le 9ème arrondissements ont fait exception à ce mouvement de hausse, avec des baisses sur le mois, à 3.465 euros et 2.969 euros contre 3.477 et 3.016 euros en juillet. Sur les autres arrondissements, tous les prix de mise en vente sont orientés à la hausse.

Baisse des prix dans les villes de Rhône-Alpes

Sur un an, les prix sont à la hausse sur tous les arrondissements, le 2ème et le 6ème arrondissements affichant même des augmentations de prix supérieures à 10% (+13.5% et +10.3%). Sur trois mois, les prix sont à la baisse sur les 9ème et 4ème arrondissements (-1.1% et -3.6%). A Villeurbanne, les prix de l’immobilier au m2 sont également à la baisse de 1.5% sur trois mois, à 2.869 euros (2.898 euros en juillet).

Sur la région Rhône-Alpes, on notera que les prix restent à la baisse en août à Grenoble (2 509 euros contre 2 544 en août), ainsi qu’à Saint-Etienne (1 487 en août, contre 1 495 en juillet). Les prix sont, dans ces villes, en baisse de 2.1% et 1.5% sur trois mois. Annecy et Bourg en Bresse sont également, sur trois mois, orientées à la baisse (-0.5% et -2%).

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Bonjour,
A Lyon les négociations vont déjà jusqu’à 15% dans les quartiers les plus chers, voire d’avantage pour les biens atypiques.
Pour contrer cette réalité certains vendeurs augmentent leur prix de présentation, cette pratique est dangereuse car elle les prive de beaucoup de visites.
Mettez tout de suite au bon prix et vous serez gagnants.
Comme dit la sagesse populaire il vaut mieux perdre une main que le bras, surtout dans la conjoncture actuelle ou tout peut aller très vite.

Signaler un abus

Je suis également en négociation pour un appartement de qualité à Lyon. Je viens à peine de proposer -10% que l’agent immobilier me saute dessus alors qu’il avait soit disant déjà une deuxième visite, que du bluff!!
C’est le début d’une grosse baisse à mon avis, les prix affichés sont tous sur évalué de 20% même pour les trucs de qualité, c’est impressionnant!
Dans ce cas il est plus prudent d’attendre fin 2013, d’ici là les prix ne pourront que baisser vue l’état du marché!
Sans oublier que les frais de notaire et d’agence immo maigrirons d’autant!

Pour plus d’info:
http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/prix-immobilier-1200-2012-r138.html

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.