Immobilier : retour au réel pour les vendeurs | Lyon Pôle Immo

Immobilier : retour au réel pour les vendeurs

Selon Bernard Cadeau, le président d’Orpi, les vendeurs exigent des prix trop élevés par rapport à la réalité économique.

Les vendeurs en demandent trop. C’est le constat dressé par Bernard Cadeau, le président d’Orpi, qui se base sur un baromètre réalisé en compilant les données provenant des 1 200 agences du réseau, des 82 000 biens en vente dans ces dernières, ainsi que des 1,9 million de visiteurs mensuels du site Orpi.com.

Le baromètre révèle ainsi « un écart significatif entre le prix souhaité par le vendeur et le prix réel de vente ». Le réseau cite l’exemple d’un vendeur, qui espérait obtenir 265 000 euros de sa maison en moyenne au premier semestre 2012. Au final le prix réel de vente, lui, s’établissait à 247 000 euros, soit un écart de 18 000 euros. Avec un prix initial moyen de 201 000 euros contre un prix de vente de 188 000 euros, les appartements sont également concernés. « Des chiffres révélateurs, selon Bernard Cadeau, du fossé qui se creuse actuellement entre le prix souhaité par le vendeur et le prix réel de vente ».

Le président d’Orpi explique ainsi la situation : si les vendeurs campent sur des prix utopiques d’il y a 18 mois, et « n’ont jamais autant rêvé », les acquéreurs eux, ont, sur la même période, « été rattrapés par la réalité ». Ceux-ci ont notamment souffert de la fin du PTZ+ dans l’ancien fin 2011 et des nouvelles exigences des banques (apport personnel minimum, limitation des durées d’emprunt à moins de vingt ans). Bernard Cadeau appelle les vendeurs à « être pragmatiques » et « s’adapter à la nouvelle donne pour vendre », en ajustant leurs prix au marché.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

et cest qui qui leur avaient conseillé il ya un an ces prix de malade???

vous avez rendu les vendeurs cupides et débiles, chers agents immos! de quoi vous plaignez vous???

Signaler un abus

Allez, j’attends encore le temps qu’il faudra pour voir les prix revenir à la raison.

Signaler un abus

tiens , après avoir laissé un commentaire, http://www.lyonpoleimmo.com/2012/12/10/24572/79-des-notaires-sattendent-a-une-baisse-des-prix/
je viens de découvrir cet article… c’est marrant de constater comme mon analyse basique (je parlais de 15% entre les prix annoncés et la réalité) et complétement partagé par un confrère

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’achat d’un logement rapidement rentable à Saint-Etienne, bien moins à Annecy

Meilleurs Agents a dévoilé son classement des villes où il vaut mieux soit acheter, soit louer un 70 m², en fonction de la durée d’amortissement, au sein des 200 plus grandes villes de France.


Le prix médian des appartements a reculé de 5,1% à Lyon en 2023

nullLe prix du m² repasse sous les 5.000€, selon les notaires du Rhône qui organisaient jeudi leur traditionnelle conférence de presse de présentation des chiffres de l’immobilier.


La rue Gasparin, artère la plus chère de Lyon

C’est le constat dressé par Meilleurs Agents, qui a publié son classement des rues les plus chères au sein des 50 plus grandes métropoles de France. La rue la plus chère parmi ces grandes villes est la rue de Furstemberg (24.272€/m²), située dans le 6ème arrondissement de Paris.


Les prix de l’immobilier ont reculé de 9,3% à Lyon en 2023

nullLa baisse des prix a accéléré en France au 4e trimestre, selon les indices Notaires-INSEE. Sur la période, le recul des prix des logements anciens atteint 1,8%. Les prix chutent de 4% en rythme annuel en France.


Vers une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier à Lyon et Saint-Étienne

nullSelon la dernière note de conjoncture des notaires, 2023 pourrait se conclure par un total de 860.000 transactions. Et le reflux des prix observé l’année dernière devrait se poursuivre, au vu des avant-contrats.


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.


Chute des ventes mais recul limité des prix immobiliers en 2023, selon LPI/iad

nullLe baromètre a, au cours de la semaine, divulgué son baromètre des prix au niveau national. La baisse des prix n’est pas uniforme, en France et en Auvergne-Rhône-Alpes.


Century 21 fait état de baisses de prix encore trop limitées

nullLe réseau d’agences franchisées a dressé un bilan de l’activité du marché immobilier en 2023.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.


Un nombre de biens à vendre en nette hausse

Bien’ici a récemment communiqué son bilan de l’année 2023 en matière d’immobilier.


Les indices de prix des logements Notaires-Insee en recul

Les indices des prix des logements dévoilés par l’INSEE sont en baisse en France, en Auvergne-Rhône-Alpes et à Lyon au troisième trimestre 2023.


Nette hausse des ventes de logements étiquetés F et G

nullLes notaires de France ont fait part en fin de semaine dernière de l’étude « la valeur verte des logements en 2022 ». Les logements étiquetés F ou G représentent plus de 10% du parc dans certaines villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


53% des français n’ont pas encore décidé de louer leur bien pour les JO

nullC’est le constat dressé par Orpi, qui a interrogé 444 de ses clients sur leurs intentions à l’approche de la période des Jeux Olympiques.