Les prix de mise en vente stables sur Lyon

Selon le baromètre Seloger.com du mois d’octobre, les prix de l'immobilier à la vente n’ont pas varié d’un mois sur l’autre. Avec toutefois des différences entre arrondissements.

Les vendeurs n’ont toujours pas varié leurs prix de vente à Lyon. Selon le baromètre Seloger.com, les prix de mise en vente restent stables d’un mois sur l’autre. Le prix du mètre carré en octobre à Lyon s’établit ainsi à 2971 euros du mètre carré, contre 2970 euros en septembre.

On remarquera toutefois que, sur un mois, les prix sont à la baisse sur certains arrondissements de Lyon, dont ceux situés dans l’hypercentre, comme le deuxième (qui passe de 4643 euros à 4598 euros), le sixième (4564 euros contre 4685 euros) et le septième arrondissements (3382 contre 3436 euros). A l’inverse, les prix sont à la hausse, dans les premier (3792 euros du m² vs3774), troisième (3591 vs 3582) et quatrième (3779 vs 3767) arrondissements.

Sur le Grand Lyon, on notera la légère hausse de Villeurbanne sur le mois (2884 vs 2870 en septembre), et la relative stabilité de Vénissieux (2319 vs 2323 euros du m²). En Rhône Alpes, la baisse sur trois mois se poursuit sur Bourg en Bresse (-1.6%), ou Saint-Etienne (-1.1%). Pour ces deux dernières, la baisse annuelle atteint respectivement 8.6% et 4.6%, à 1688 euros et 1470 euros du mètre carré.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Dans un article daté du 19 octobre dernier, vous indiquiez un prix au mètre carré près de 20 % moins élevé à Saint-Etienne que ce que vous indiquez ici : 1211 euros le mètre carré (contre 1470 euros le mètre carré).
Comment expliquez-vous cette différence notable ? Sont-elles liées au sources ? Dans ce cas, l’une ou l’autre (voire les deux) manque visiblement de crédibilité, non ?

Signaler un abus

Encore une fois, les prix de mises en vente ne veulent pas dire grand chose… Sauf que les vendeurs sont complètement déconnectés de la réalité. Ce qui est important c’est de voir que le nombre d’annonces sur Seloger explose depuis 3 mois, et cela même dans le 1er, le 3eme et le 4eme.
Plus personne ne veut acheter avec des prix aussi élevés… Les potentiels acheteurs (s’il en reste) ne sont plus solvables…
Plus aucun acheteur = plus aucune vente = augmentation des stocks = baisse des prix.
Le temps aura raison de la bulle, les vendeurs espèrent juste une vente auprès des derniers pigeons.

Signaler un abus

La baisse est là …pour l’instant , elle est masquée par les statistiques ( choix de garder que les prix des biens les plus chers pour garder les prix moyens élevés).
Dans mon agence , plus personne ne vient pour acheter et toutes les mises en vente sont à la baisse par rapport à l’année passée.(entre 10 et15% pour l’instant)
Je sais qu’on a mangé notre pain blanc mais la baisse sera la solution pour l’ouest lyonnais.

Signaler un abus

Les prix de présentation à Lyon ne veulent pas dire grand-chose car les négociations sont de l’ordre de 15 à 25%.
Les « vendeurs » qui présentent des chiffres absurdes savent qu’ils n’auront pas de visite (mais ce n’est sans doute pas ce qu’ils veulent).Par contre ça pénalise les vrais vendeurs qui voudraient les imiter et, bien évidemment, ne trouvent pas preneurs.

Signaler un abus

Exemple du n’importe quoi de l’immobilier dans le deuxième derrière la place Bellecour. Prix de mise en vente 780 k€ nous faisons une proposition à 580k€et on nous demande de faire un « léger » effort !!!!!!

Je me demande si à 580 k€ c est pas encore trop cher !?

Signaler un abus

Les prix affichés ne veulent plus rien dire, il faut visiter et faire une offre maxi à 4000 euros le m2(pour les adresses les plus recherchées)et ne pas en démordre car dans 6 mois ce sera maxi 3000 !!!

Signaler un abus

Je viens de signer à lyon 3 préfecture pour 550 k€ contre 680k€ affiche

Signaler un abus

En ce qui me concerne je proposerai 4000 euros du mètre uniquement sur des biens sans défaut, bien placés, bien orientés et avec garage compris.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La hausse des prix de l’immobilier s’accélère

C’est le constat de LPI-SeLoger, qui fait état d’une raréfaction de l’offre de biens. Selon ce baromètre mensuel, la hausse des prix immobiliers en France est forte et générale.


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]