Les prix de mise en vente stables sur Lyon | Lyon Pôle Immo

Les prix de mise en vente stables sur Lyon

Selon le baromètre Seloger.com du mois d’octobre, les prix de l'immobilier à la vente n’ont pas varié d’un mois sur l’autre. Avec toutefois des différences entre arrondissements.

Les vendeurs n’ont toujours pas varié leurs prix de vente à Lyon. Selon le baromètre Seloger.com, les prix de mise en vente restent stables d’un mois sur l’autre. Le prix du mètre carré en octobre à Lyon s’établit ainsi à 2971 euros du mètre carré, contre 2970 euros en septembre.

On remarquera toutefois que, sur un mois, les prix sont à la baisse sur certains arrondissements de Lyon, dont ceux situés dans l’hypercentre, comme le deuxième (qui passe de 4643 euros à 4598 euros), le sixième (4564 euros contre 4685 euros) et le septième arrondissements (3382 contre 3436 euros). A l’inverse, les prix sont à la hausse, dans les premier (3792 euros du m² vs3774), troisième (3591 vs 3582) et quatrième (3779 vs 3767) arrondissements.

Sur le Grand Lyon, on notera la légère hausse de Villeurbanne sur le mois (2884 vs 2870 en septembre), et la relative stabilité de Vénissieux (2319 vs 2323 euros du m²). En Rhône Alpes, la baisse sur trois mois se poursuit sur Bourg en Bresse (-1.6%), ou Saint-Etienne (-1.1%). Pour ces deux dernières, la baisse annuelle atteint respectivement 8.6% et 4.6%, à 1688 euros et 1470 euros du mètre carré.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Dans un article daté du 19 octobre dernier, vous indiquiez un prix au mètre carré près de 20 % moins élevé à Saint-Etienne que ce que vous indiquez ici : 1211 euros le mètre carré (contre 1470 euros le mètre carré).
Comment expliquez-vous cette différence notable ? Sont-elles liées au sources ? Dans ce cas, l’une ou l’autre (voire les deux) manque visiblement de crédibilité, non ?

Signaler un abus

Encore une fois, les prix de mises en vente ne veulent pas dire grand chose… Sauf que les vendeurs sont complètement déconnectés de la réalité. Ce qui est important c’est de voir que le nombre d’annonces sur Seloger explose depuis 3 mois, et cela même dans le 1er, le 3eme et le 4eme.
Plus personne ne veut acheter avec des prix aussi élevés… Les potentiels acheteurs (s’il en reste) ne sont plus solvables…
Plus aucun acheteur = plus aucune vente = augmentation des stocks = baisse des prix.
Le temps aura raison de la bulle, les vendeurs espèrent juste une vente auprès des derniers pigeons.

Signaler un abus

La baisse est là …pour l’instant , elle est masquée par les statistiques ( choix de garder que les prix des biens les plus chers pour garder les prix moyens élevés).
Dans mon agence , plus personne ne vient pour acheter et toutes les mises en vente sont à la baisse par rapport à l’année passée.(entre 10 et15% pour l’instant)
Je sais qu’on a mangé notre pain blanc mais la baisse sera la solution pour l’ouest lyonnais.

Signaler un abus

Les prix de présentation à Lyon ne veulent pas dire grand-chose car les négociations sont de l’ordre de 15 à 25%.
Les « vendeurs » qui présentent des chiffres absurdes savent qu’ils n’auront pas de visite (mais ce n’est sans doute pas ce qu’ils veulent).Par contre ça pénalise les vrais vendeurs qui voudraient les imiter et, bien évidemment, ne trouvent pas preneurs.

Signaler un abus

Exemple du n’importe quoi de l’immobilier dans le deuxième derrière la place Bellecour. Prix de mise en vente 780 k€ nous faisons une proposition à 580k€et on nous demande de faire un « léger » effort !!!!!!

Je me demande si à 580 k€ c est pas encore trop cher !?

Signaler un abus

Les prix affichés ne veulent plus rien dire, il faut visiter et faire une offre maxi à 4000 euros le m2(pour les adresses les plus recherchées)et ne pas en démordre car dans 6 mois ce sera maxi 3000 !!!

Signaler un abus

Je viens de signer à lyon 3 préfecture pour 550 k€ contre 680k€ affiche

Signaler un abus

En ce qui me concerne je proposerai 4000 euros du mètre uniquement sur des biens sans défaut, bien placés, bien orientés et avec garage compris.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La FNAIM exclut une reprise du marché immobilier dans les prochains mois

La fédération de l’immobilier a fait part de sa note de conjoncture de mai.


L’achat d’un logement rapidement rentable à Saint-Etienne, bien moins à Annecy

Meilleurs Agents a dévoilé son classement des villes où il vaut mieux soit acheter, soit louer un 70 m², en fonction de la durée d’amortissement, au sein des 200 plus grandes villes de France.


Le prix médian des appartements a reculé de 5,1% à Lyon en 2023

nullLe prix du m² repasse sous les 5.000€, selon les notaires du Rhône qui organisaient jeudi leur traditionnelle conférence de presse de présentation des chiffres de l’immobilier.


La rue Gasparin, artère la plus chère de Lyon

C’est le constat dressé par Meilleurs Agents, qui a publié son classement des rues les plus chères au sein des 50 plus grandes métropoles de France. La rue la plus chère parmi ces grandes villes est la rue de Furstemberg (24.272€/m²), située dans le 6ème arrondissement de Paris.


Les prix de l’immobilier ont reculé de 9,3% à Lyon en 2023

nullLa baisse des prix a accéléré en France au 4e trimestre, selon les indices Notaires-INSEE. Sur la période, le recul des prix des logements anciens atteint 1,8%. Les prix chutent de 4% en rythme annuel en France.


Vers une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier à Lyon et Saint-Étienne

nullSelon la dernière note de conjoncture des notaires, 2023 pourrait se conclure par un total de 860.000 transactions. Et le reflux des prix observé l’année dernière devrait se poursuivre, au vu des avant-contrats.


Baisse des ventes et des prix de l’immobilier dans le Rhône en 2023

C’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans sa note de conjoncture à Lyon et le Rhône.


La FNAIM prévoit une accélération de la baisse des prix en 2024

La fédération nationale de l’immobilier a fait état ce mardi de son bilan de l’année immobilière. Elle anticipe une nouvelle année de recul des volumes, après 875.000 transactions actées en 2023.


Chute des ventes mais recul limité des prix immobiliers en 2023, selon LPI/iad

nullLe baromètre a, au cours de la semaine, divulgué son baromètre des prix au niveau national. La baisse des prix n’est pas uniforme, en France et en Auvergne-Rhône-Alpes.


Century 21 fait état de baisses de prix encore trop limitées

nullLe réseau d’agences franchisées a dressé un bilan de l’activité du marché immobilier en 2023.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.


Un nombre de biens à vendre en nette hausse

Bien’ici a récemment communiqué son bilan de l’année 2023 en matière d’immobilier.


Les indices de prix des logements Notaires-Insee en recul

Les indices des prix des logements dévoilés par l’INSEE sont en baisse en France, en Auvergne-Rhône-Alpes et à Lyon au troisième trimestre 2023.


53% des français n’ont pas encore décidé de louer leur bien pour les JO

nullC’est le constat dressé par Orpi, qui a interrogé 444 de ses clients sur leurs intentions à l’approche de la période des Jeux Olympiques.


Immobilier : recul conjoint des prix et des volumes en 2023

Les notaires de France ont dévoilé ce lundi leur bilan immobilier de l’année, et fait part de premières tendances pour le début de l’année 2024.